Accéder au contenu principal

Poltergeist (1982) - Tobe Hooper


La sortie d'un remake, souvent, me donne l'envie de voir ou revoir le film original. Sorti récemment, celui de Poltergeist m'a donc conduit à m'intéresser à nouveau au film de Tobe Hooper sorti en 1982. Dans ce film, une famille américaine, les Freeling, se trouve confrontée à des esprits qui hantent leur maison et enlèvent leur fille Carol-Anne pour la maintenir dans un univers hors du notre.

Désormais un classique de l'épouvante, je n'avais pas vu Poltergeist depuis une bonne quinzaine d'années, si ce n'est plus. Je me souvenais pourtant des grandes lignes de son histoire tant il fait partie de ces films que j'ai visionné sans retenue pendant mon adolescence. Le revoir avec un regard plus mature fut une expérience intéressante et grâce au DVD de ma sœur, j'ai pu profiter pour la première fois de la version originale ; ce qui est toujours mieux pour se mettre dans l'ambiance.

Au delà des scènes d'angoisse qui ont gardé leur efficacité, j'ai surtout été frappé par les instants de poésie du métrage. En effet, le film ne cherche pas uniquement à faire peur mais aussi à créer des émotions positives chez le spectateur comme certaines apparitions fantomatiques qui attirent la fascination des personnages. Je pense que la présence de Steven Spielberg en tant que producteur n'est pas étrangère à la dimension poétique du film comme les moments effrayants portent indéniablement la patte de son réalisateur officiel qui avait livré The Texas chain saw massacre quelques années auparavant.

Tout est fait pour que le spectateur ait de la sympathie pour les Freeling, pour que ce qu'il leur arrive paraisse injuste. Les moments de vie quotidienne que le film prend le temps de mettre en scène parviennent à ce résultat, d'autant plus que jamais ils ne tombent dans une rebutante mièvrerie. Poltergeist ne force pas à aimer cette famille, le spectateur est laissé à sa libre appréciation.

Encore aujourd'hui, Poltergeist est une référence du genre.









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…