Accéder au contenu principal

Poltergeist (1982) - Tobe Hooper


La sortie d'un remake, souvent, me donne l'envie de voir ou revoir le film original. Sorti récemment, celui de Poltergeist m'a donc conduit à m'intéresser à nouveau au film de Tobe Hooper sorti en 1982. Dans ce film, une famille américaine, les Freeling, se trouve confrontée à des esprits qui hantent leur maison et enlèvent leur fille Carol-Anne pour la maintenir dans un univers hors du notre.

Désormais un classique de l'épouvante, je n'avais pas vu Poltergeist depuis une bonne quinzaine d'années, si ce n'est plus. Je me souvenais pourtant des grandes lignes de son histoire tant il fait partie de ces films que j'ai visionné sans retenue pendant mon adolescence. Le revoir avec un regard plus mature fut une expérience intéressante et grâce au DVD de ma sœur, j'ai pu profiter pour la première fois de la version originale ; ce qui est toujours mieux pour se mettre dans l'ambiance.

Au delà des scènes d'angoisse qui ont gardé leur efficacité, j'ai surtout été frappé par les instants de poésie du métrage. En effet, le film ne cherche pas uniquement à faire peur mais aussi à créer des émotions positives chez le spectateur comme certaines apparitions fantomatiques qui attirent la fascination des personnages. Je pense que la présence de Steven Spielberg en tant que producteur n'est pas étrangère à la dimension poétique du film comme les moments effrayants portent indéniablement la patte de son réalisateur officiel qui avait livré The Texas chain saw massacre quelques années auparavant.

Tout est fait pour que le spectateur ait de la sympathie pour les Freeling, pour que ce qu'il leur arrive paraisse injuste. Les moments de vie quotidienne que le film prend le temps de mettre en scène parviennent à ce résultat, d'autant plus que jamais ils ne tombent dans une rebutante mièvrerie. Poltergeist ne force pas à aimer cette famille, le spectateur est laissé à sa libre appréciation.

Encore aujourd'hui, Poltergeist est une référence du genre.









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…