Accéder au contenu principal

Terminator Genisys ( 2015) - Alan Taylor

1984 : James Cameron livre The Terminator, une production fantastique à budget réduit mais qui, grâce à ses talents de narrateur et de metteur en scène, fait de cette série B une référence du genre fantastique et d'action.

L'histoire : Un cyborg, le T-800 (Arnold Schwarzenegger), est envoyé du futur en 1984 pour tuer Sarah Connor (Linda Hamilton) qui mettra au monde un fils, John, qui mènera l'Humanité à la victoire dans la guerre contre des machines qui entendent l'anéantir. Parallèlement, les humains ont eux envoyé un soldat, Kyle Reese (Michael Biehn) pour la protéger.

1991 : Sortie de Terminator 2 : Judgment day. Toujours mis en scène par James Cameron, cette fois, nous sommes dans une catégorie nettement au-dessus. En effet, il s'agit, à l'époque, du plus gros budget cinématographique et les effets spéciaux utilisent des procédés qui sont alors inédits.

L'histoire :  Un T-800 est à nouveau envoyé dans le passé, en 1995 (un futur proche par rapport à l'année de sortie du film), cette fois pour protéger John Connor (Edward Furlong) et sa mère Sarah Connor (toujours jouée par Linda Hamilton). Ils sont en effet la cible d'un autre cyborg, le T-1000 (Robert Patrick), un modèle fait de métal liquide.

Jusqu'en 2003, l'histoire en est restée là et c'était satisfaisant. En effet, les actions menées par les personnages permettaient d'éviter l'apocalypse nucléaire qui doit intervenir en 1997 et par conséquent, la guerre des hommes contre les machines.

Mais avant de se lancer à la course au poste de gouverneur de la Californie, ce vieux Schwarzy ne pouvait pas se permettre de quitter le cinéma sur les échecs de ses trois derniers films d'alors, End of days (Arnold contre Satan, rien que ça), The 6th day (un film de science-fiction que je trouve plutôt correct), Collateral damage (un nanar qui fait assez rire). Ainsi, un troisième Terminator est sorti.

2003 : C'est Jonathan Mostow qui est chargé de mettre en scène Terminator 3 : Rise of the machines. Mais comment est-il possible qu'un nouveau Terminator sorte en cette année alors que la catastrophe nucléaire est sensée avoir eu lieu six ans avant ? L'explication est d'une simplicité enfantine, elle n'a été que retardée.

L'histoire : Bouleversé par ce qu'il a subi précédemment, John Connor (Nick Stahl) évite de laisser des traces et ère d'un endroit à un autre en fonction du travail qu'il peut trouver. Mais deux Terminators sont à nouveau envoyés, l'un pour le protéger, le T-800 (Arnold Schwarzenegger donc) et l'autre pour le tuer le T-X (Kristanna Loken).

Assez plaisant, même si l'on reste sur le même schéma que les deux premiers.

2009 : Un quatrième film de la franchise voit le jour et c'est à McG qu'est confiée la caméra. Il s'agit de Terminator salvation.

L'histoire : Nous sommes en 2018 et John Connor commande une unité de soldats dans la guerre contre les robots. Une solution semble avoir été découverte pour mettre un terme définitif au conflit qui fait rage, au profit des humains bien sûr.

Enfin, le futur post-apocalyptique dont on nous parle depuis les années quatre-vingts, où les hommes et les machines se font la guerre frontalement, fait l'objet d'un film entier.

C'est Christian Bale qui est retenu pour le rôle de John Connor et Arnold Schwarzenegger ne fait pas partie du casting... du moins réellement puisqu'une version numérique de lui version 1984 fait une apparition.

Après les résultats mitigés du quatrième film et l'annulation de la série dérivée Terminator : The Sarah Connor chronicles sans que les producteurs se soient donné la peine de livrer une fin satisfaisante (en fonction de ce que j'ai pu lire, j'ai arrêté de la suivre après quatre ou cinq épisodes tant ce que je voyais ne me semblait pas bon), je ne pensais pas qu'un nouveau Terminator sortirait, encore moins avec Arnold Schwarzenegger, trop âgé à mes yeux pour une fois de plus jouer de façon crédible un cyborg quasiment indestructible.

Et pourtant,

2015 : Terminator Genisys est dans les salles. Pour le réaliser, c'est un certain Alan Taylor qui s'y colle. Pour moi, il est inconnu au bataillon.

L'histoire : Au cœur du conflit contre les machines, John Connor (Jason Clarke) envoie Kyle Reese (Jai Courtney) pour protéger sa mère du cyborg qui a aussi été transféré pour tuer sa mère. Mais le passé n'est plus celui auquel on pense...

Je craignais le résultat mais ce Terminator Genisys m'est apparu comme la meilleure suite aux deux premiers films de James Cameron. Il y a bien quelques erreurs de casting (Jai Courtney a le charisme d'une endive) et Alan Taylor n'a pas le talent de James Cameron. En réalité, n'importe qui d'autre aurait pu filmer ce cinquième Terminator mais le film est assez mouvementé et le scénario toujours en évolution pour s'estimer satisfait quand commence le générique de fin. Il ne faut pas non plus être trop regardant sur les paradoxes temporels qu'engendre ce cinquième opus mais il en existe depuis le premier film. J'ai survolé des discussions à ce sujet, elles sont stériles et sans fin.

Parait-il que Terminator Genisys est le point de départ d'une nouvelle trilogie. A voir, je ne suis pas non plus persuadé qu'il faille continuer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…