Accéder au contenu principal

La modification (1957) - Michel Butor

"Tu n'aurais pas un bouquin à me proposer ? Je ne sais pas quoi lire."

C'est ce que j'ai demandé à JustmeFanny peu de temps après avoir fini le recueil de nouvelles de Maupassant. Quelques minutes plus tard, elle me tendait La modification en disant qu'elle l'avait lu il y a longtemps et qu'elle en avait un bon souvenir.

"Vous avez mis le pied gauche sur la rainure de cuivre, et de votre épaule droite vous essayez en vain de pousser un peu plus le panneau coulissant.

Vous vous introduisez par l'étroite ouverture en vous frottant contre ses bords puis, votre valise couverte de granuleux cuir sombre couleur d'épaisse bouteille, votre valise assez petite d'homme habitué aux longs voyages, vous l'arrachez par sa poignée collante, avec vos doigts qui se sont échauffés, si peu lourde qu'elle soit, de l'avoir portée jusqu'ici, vous la soulevez et vous sentez vos muscles et vos tendons se dessiner non seulement dans vos phalanges, dans votre paume, votre poignet et votre bras, mais dans votre épaule aussi, dans toute la moitié du dos et dans vos vertèbres depuis votre cou jusqu'aux reins.

Non, ce n'est pas seulement l'heure, à peine matinale, qui est responsable de cette faiblesse inhabituelle, c'est déjà l'âge qui cherche à vous convaincre de sa domination sur votre corps, et pourtant, vous venez seulement d'atteindre les quarante-cinq ans." 

Ainsi débute La modification. J'ai eu un peu de mal à entrer dans le récit. En cause le mode de narration qui utilise le vouvoiement, technique invitant le lecteur à se sentir concerné par ce qu'il se passe. Quand même intrigué par cette originalité et curieux du sentiment qu'elle pouvait créer à la longue, j'ai poursuivi la lecture pour me rendre compte qu'effectivement, le procédé de Michel Butor pouvait être efficace. 

Petit à petit, je me sentais de plus en plus installé dans le compartiment de ce train qui va de Paris à Rome où le narrateur, vous, doit rejoindre Cécile, sa maîtresse. Ses observations, les passagers et les objets, prennent une dimension très concrète et ses pensées deviennent finalement les vôtres. Du fait de l'âge du récit, s'ajoute le plaisir de découvrir des choses qui n'existent plus de nos jours grâce aux nombreux détails que donne l'écrivain.

C'est aussi le témoignage d'une époque révolue où la morale et les préoccupations qu'elle engendre sont radicalement différentes des nôtres. Le personnage principal imagine des stratagèmes afin d'éveiller le moins de soupçons possibles en présence de Cécile, sa maîtresse. Ses pensées vont aussi à sa femme, Henriette, et les enfants qu'ils ont ensemble.

Parallèlement, j'ai souhaité en savoir plus sur ce que le quatrième de couverture décrit comme "le plus lu des ouvrages du Nouveau Roman". Ainsi, La modification s'inscrit dans un mouvement littéraire, celui du Nouveau Roman. Wikipédia me permet d'apprendre que "le nouveau roman se veut un art conscient de lui-même" et "l'intrigue passe au second plan, les personnages deviennent subsidiaires, inutiles".

Je ne sais pas si l'on peut affirmer que l'intrigue passe au second plan dans le livre de Michel Butor. Au début, le narrateur est décidé à quitter sa femme, Henriette et à annoncer à Cécile qu'il lui a trouvé une situation à Paris. Au fil des pages, sa certitude se fissure. Ainsi, au milieu des descriptions, on peut considérer qu'il y a une intrigue. En effet, il s'agit de savoir si oui ou non, celui qui écrit va aller au bout de sa décision initiale.

Peu à peu, au gré des souvenirs, le doute s'installe sans que cela n'étonnera le lecteur. Il y a le poids des considérations morales de l'époque bien sûr et surtout, le personnage qui n'a rien d'un original. C'est un conformiste installé dans une aisance "petit bourgeois", une aisance qui dans le fond ne lui déplait pas.

Par conséquent, et le titre le laisse entendre, l'homme retournera vivre auprès de son épouse et de ses enfants. Le personnage auquel Butor essaie d'identifier le lecteur par ce vous omniprésent n'a en réalité pas grand chose de sympathique. C'est un lâche jusqu'au bout.

L'édition que j'ai lue est la première, celle de 1957 aux Éditions de minuit. Le roman est suivi d'un texte de Michel Leiris, Le réalisme mythologique de Michel Butor. Assez intéressant, il met en avant les figures et les symboles mythologiques employés par l'auteur, des éléments que je n'avais pas tous remarqués.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…