Accéder au contenu principal

Renaud

En ce qui me concerne à propos de Renaud, ce fut un vrai coup de foudre musical. C'était l'été 1985, j'avais à peine 11 ans et l'album était Renaud à Bobino. Je me souviens avoir écouté la cassette de mon cousin, écouteurs de mon walkman sur les oreilles, un nombre incalculable de fois en admirant les montagnes iséroises. A cet âge là, je ne comprenais pas tout évidemment (les "matraqueurs assermentés" de Charonne par exemple)  mais ça me permettait de dire des gros mots en me protégeant derrière les textes de la chetron sauvage tout en guettant, amusé, la réaction de mes parents. Peu de temps après, ils m'offraient l'album Marche à l'ombre.

En ces temps de reprises systématiques, il n'est pas étonnant de voir un album complet où quelques artistes et pseudo artistes s'essaient aux vocalises sur les chansons de Renaud. Intitulé La bande à Renaud, on peut se demander quels liens certains peuvent partager avec une quelconque bande à laquelle il pourrait appartenir : Nolwenn Leroy, Elodie Frégé, Carla Bruni, Benjamin Biolay, etc. Même si, à en croire la page wikipédia de l'album, Renaud lui-même aurait dirigé et choisi les artistes.

Quoi qu'il en soit, on peut se consoler en se disant que, finalement, le résultat n'est peut-être pas si mal que ça ; et il s'avère qu'en fait, il n'est pas génial. Jean-Louis Aubert en fait trop avec Manu, Nolwenn Leroy joue une fois de plus sur ses origines celtico-bretonnes en reprenant La ballade nord-irlandaise, Carla Bruni est insupportable avec C'est quand qu'on va où ? (Pas ce que Renaud a écrit de mieux d'ailleurs) mais le pire est Bénabar avec sa version "Belle des champs" de La pêche à la ligne.

En revanche, Nicolas Sirkis surprend agréablement avec Hexagone tout comme Grand Corps Malade qui reprend sobrement mais efficacement La médaille.

Le reste du disque n'a que peu d'intérêt à part peut-être le rappeur Disiz qui est dans le ton avec sa version de Laisse béton et Hubert-Félix Thiéfaine qui a choisi En cloque certainement plus proche de Renaud dans l'esprit que Nolwenn Leroy ou Carla Bruni.

En tout cas, personne n'a osé Fatigué, certainement celle que je préfère dans toute la discographie de Renaud.


Commentaires

  1. Renaud c'est Renaud...Personne ne fera vibrer ses chansons mieux que lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pouvait au moins espérer quelque chose d'un peu plus sympa.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…