Accéder au contenu principal

Clue (1985) - Jonathan Lynn

L'année dernière, nombreux sont ceux qui ont raillé la sortie de Battleship parce qu'il s'agissait de l'adaptation cinématographique du jeu de société, la bataille navale ; Et aussi parce que le film est quand même un sacré gros nanar. Certains y voient une nouvelle progression dans la déchéance du 7ème art. Après avoir adapté de nombreux jeux vidéo, voilà que le cinéma se met à puiser son inspiration dans ces fameux jeux de société que nous partageons en famille. Et pourquoi pas Risk tant qu'on y est ! Et le Monopoly aussi ? Et bien oui, il en est question. J'ignore où en sont ces projets actuellement mais ils sont en cours d'élaboration. Cela dit, ce n'est pas nouveau, en témoigne Clue sorti en 1985 et qui est l'adaptation du célèbre jeu du même nom, Cluedo en France.

Après avoir revu récemment Murder by death, j'ai eu envie d'un nouveau visionnage de Clue dont le sujet est similaire. D'ailleurs, on retrouve Eileen Brennan au casting. Dans le film de Robert Moore, elle jouait la petite amie du personnage de Peter Falk, ici elle interprète Mrs Peacock (Mme Pervenche en français). Le DVD a donc été sorti de l'étagère et mis dans le lecteur. Accueillies par Wadworth (Tim Curry), le majordome, différentes personnes sont réunies pour une soirée dans un manoir après avoir reçu la mystérieuse invitation d'un certain M. Boddy (Lee Ving). Le meurtre attendu est commis. Qui est l'assassin ? Un à un, les convives vont être amenés à révéler leurs douteuses activités et le passé trouble qui les lient les uns aux autres.

Même si l'on retrouve les personnages du jeu, les armes pouvant servir au crime et les pièces de la demeure, le film s'éloigne très vite de sa base initiale en plaçant l'intrigue dans la Nouvelle Angleterre de 1954 où F.B.I et scandales politiques et sexuels étouffés viennent se mêler à l'affaire.


Personnellement, j'adore ce genre d'ambiance mais j'ai toujours trouvé Clue à demi réussi. Si les personnages sont plutôt bien caractérisés, s'il y a de bons mots et d'amusantes répliques (L'une de mes préférées : Colonel Mustard : "You like Kipling ?" Miss Scarlet : "I'll eat anything"), le plaisir est atténué du fait d'une atmosphère pas toujours suffisamment travaillée et d'un humour pas toujours très fin alors qu'un tel sujet nécessite que ces deux éléments soient d'une précision chirurgicale. Ainsi, je ne peux jamais m'empêcher de faire la comparaison avec Murder by death plus abouti sur ces points.


Clue peut se conclure de trois façons différentes. Quand le DVD est lancé, le spectateur ne peut pas savoir quelle fin conclura l'intrigue. Au cinéma, le projectionniste avait le choix entre trois bobines. Ce qui au premier abord peut constituer un procédé amusant car chaque fin étant logique par rapport au reste du film, il ne fait en réalité que révéler des techniques scénaristiques un rien roublardes, celles justement que Murder by death entendait moquer. Chaque fin contenant une ou plusieurs révélations de dernière minute, le spectateur ne peut que constater que les événements et indices qui lui sont donnés pendant le métrage ont une importance mineure puisque tout se joue sur une pirouette finale. Dès lors, la ficelle apparaît un peu facile.


Commentaires

  1. Donc je disais ^^:
    j'ai vu ce film petite. Certes je l'ai vu avec mes yeux d'enfant. Mais il m'a marqué.
    Je voulais absolument le revoir et quand j'ai su qu'il était sortir en DVD, j'ai sauté dessus.
    J'avais un peur de le revoir : est ce que je n'allais pas être déçue ? est ce que j'allais encore rire ? et bien.... oui. Et je me suis surprise à rire aux même scènes. Et puis je me souvenais aussi de quelques phrases.
    Comme je t'ai dit, je ne vois pas Cluedo comme un film mais plus comme une pièce de théâtre. Donc pas besoin d'être pointilleux sur l'humour car je crois qu'il perdrait de son charme. Je pourrais en dire encore mais j'ai les yeux qui piquent et je me lève tôt demain :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peggy, tu aurais pu aussi mettre un pseudo.

      Sinon, pour faire suite à ce que tu disais sur facebook et ici, le film est drôle, amusant, malgré les quelques défauts que je lui trouve, il reste très plaisant à voir.

      Et effectivement, il peut être vu comme une pièce de théâtre. Mais dans ce cas, "Murder by death" (Un cadavre au dessert), dont j'ai fait un article il y a un peu plus d'un mois, peut aussi être vu comme une pièce de théâtre (même type de lieu, même type d'intrigue) et crois moi, l'humour et l'ambiance sont nettement supérieurs. L'as-tu vu ? Si non, je t'invite à le voir au plus vite. Tu adores "Cluedo" ? Tu vénèreras Un cadavre au dessert !

      Bon, ceci dit, j'ai vu "Murder by death" enfant et je me suis rué sur le dvd dès que j'ai su qu'il existait. C'est après avoir revu ce film sur le dvd que j'ai acheté "Clue" que je n'avais jamais vu ; Et peut-être que la nostalgie de l'enfance joue un peu... Mais quand même, l'humour et l'ambiance de "Murder by death" sont objectivement meilleurs.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…