Accéder au contenu principal

The Lord of the Rings - The return of the king (2003) - Peter Jackson

A la fin de The two towers, le magicien Saroumane (Christopher Lee) qui s'était mis au service de Sauron est vaincu mais le seigneur des ténèbres dispose toujours des forces nécessaires pour conquérir le monde. Dans The return of the king, il envoie ses armées à l'assaut de Minas Tirith, la capitale de la Terre du Milieu et les royaumes ne sont pas prêts à lui tenir tête. Plus que jamais, le sort du monde dépend de Frodo Baggins (Elijah Wood) et de Sam Gamegie (Sean Astin) qui ont pour mission d'amener l'anneau unique dans les laves de la montagne du destin, seul endroit où il peut être détruit et unique moyen de vaincre Sauron définitivement.

Peter Jackson achève son adaptation de la trilogie de The Lord of the rings en apothéose. La bataille de Minas Tirith fait partie de ce que j'ai pu voir de plus époustouflant sur un écran. Le réalisateur néo-zélandais offre un spectacle généreux sans que jamais les personnages, toujours aussi passionnants et touchants dans ce qu'ils font et dans ce qu'ils sont, ne soient écrasés sous le déluge d'effets spéciaux en tous genres auquel assistent les spectateurs. Il y a bien parfois quelques plans numériques flagrants mais ce n'est rien face à la qualité de l'ensemble.

Je me sens toujours un peu vidé à la fin de The return of the king. Il faut être capable de supporter les 4 heures que dure la version longue mais c'est aussi l’achèvement d'une épopée qui a commencé près de 12 heures auparavant si l'on regarde les versions longues depuis The fellowship of the ring. Tant d'émotions contradictoires, tant d'enjeux individuels et collectifs qui se sont manifestés.

J'ai, aussi, toujours un petit pincement au cœur quand le film se termine. On se dit que c'est la fin d'une formidable aventure qui nous a embarqué loin de chez nous, qu'on ne vibrera plus pour le destin de la terre du Milieu ou le royaume du Rohan, qu'on quitte définitivement Frodo, Gandalf, Aragorn, Arwen et tant d'autres.

On se dit que le voyage a été extraordinaire.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…