Accéder au contenu principal

From Russia with love (1963) - Terence Young


Deuxième adaptation d'une oeuvre de Ian Fleming, From Russia with love était, dans mon esprit et mis à part le fait que l'ennemi devenait le S.P.E.C.T.R.E et non plus le SMERSH, très fidèle au roman d'origine. Pourtant, ayant relu le livre l'année dernière, je ne peux que constater les substantielles libertés prises par rapport à celui-ci. Cette remarque ne signifie pas que le film devient désormais moins bon à mes yeux mais c'est pour confirmer ce que je disais dans mon sujet consacré il y a quelques semaines au film Dr No. Dès le début, le James Bond cinématographique n'est déjà pas le James Bond littéraire.

Ainsi, tout ce que j'ai pu lire et entendre quant au "retour aux sources" n'a maintenant plus de véritable sens à mes yeux. Ce "retour aux sources" est évoqué lorsque l'on parle de On her Majesty's secret service, For your eyes only, The living daylight et Licence to kill. Il en a aussi été beaucoup question avec Casino Royale et Skyfall. Or, j'estime aujourd'hui Daniel Craig nettement plus proche du Bond créé par Ian Fleming que Sean Connery alors que celui-ci est, comme chacun sait, le premier interprète de l'espion britannique. En effet, Sean Connery n'a jamais exploré la psychologie, les états d'âme et les failles de 007 alors qu'il en est régulièrement question dans les romans et nouvelles ; Et lorsqu'il eut l'occasion de le faire avec On her Majesty's secret service, il déclina la proposition. De ce fait, s'il faut parler de "retour aux sources", il ne peut s'agir que des écrits de Ian Fleming.

Le plus regrettable avec From Russia with love est que la redoutable première partie du roman soit absente du métrage. Il s'agit d'une réunion d'officiers et responsables du SMERSH qui, sous la direction du terrible général Grubozaboyschikov et dans une ambiance de paranoïa et de suspicion les uns envers les autres, élaborent un plan destiné à assassiner James Bond tout en humiliant les services secrets anglais. Point de SMERSH dans le film mais le S.P.E.C.T.R.E qui veut se venger de l'agent secret britannique pour avoir fait capoter leur plan dans Dr No tout en manipulant les services de contre-espionnage de l'Est et de l'Ouest afin de récupérer un lektor, une machine à décrypter les codes.


Il faut cependant reconnaître que ces changements sont plutôt intéressants. L'exposition du plan dans le yacht de Blofeld dont on ne voit que les mains face à Rosa Klebb et Tov Kronsteen installe l'ambiance de méfiance qui régnera pendant tout le film et la façon dont le S.P.E.C.T.R.E se joue des services secrets est plutôt habilement scénarisé. L'ensemble apparaît réaliste jusque dans ses scènes de combat et d'action, de la plus simple (la lutte entre Grant et Bond dans un compartiment de l'Orient-Express) à la plus spectaculaire (la poursuite en hors-bord qui finit sur des eaux en feu). L'ensemble est accompagné des partitions de John Barry qui livre un travail nettement plus élaboré et réjouissant que sur Dr No.

Les acteurs également sont plutôt bien choisis. Sean Connery s'affirme, Daniela Bianchi est une admirable Tatiana Romanova et si le personnage de Rosa Klebb semble moins ignoble que dans le roman, Lotte Lenya en fait quand même un personnage assez repoussant. On ne peut ignorer aussi la prestation de Vladek Sheybal, charismatique Kronsteen maître d'oeuvre du piège contre James Bond et Robert Shaw qui, en interprétant Donovan Grant, représente le robuste adversaire qu'il doit être.

Vu sur le blu-ray du coffret "BOND 50", l'image est d'une beauté inédite. Comme pour Dr No, j'ai perçu de nombreux détails jamais observés auparavant permettant une entière visibilité et lisibilité de toutes les scènes. Une impressionnante redécouverte !


Commentaires

  1. Eh oui. Voilà pourquoi je râle toujours quand j'entends dire que Bond, c'est le cinéma. Voilà pourquoi j'ai tenté de faire un livre sur l'auteur et son œuvre, qui n'a intéressé personne. Bah, il faut s'y faire, le cinéma écrase tout dans l'histoire de ce personnage et de ses aventures.
    Naturellement, le roman Bons baisers de Russie est mille fois, cent mille fois supérieur au film. Mais ce film, je le regarde toujours, évidemment, avec grand plaisir. Comment faire autrement ?
    Et puis, Tatiana, mon Dieu, quelle beauté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois à quelques James Bond girls quelques émois adolescents et Daniela Bianchi n'est pas la dernière à m'avoir troublé. Quelle Tatiana Romanova !

      Supprimer
  2. Elle est très belle. Je ne sais pas comment elle est aujourd'hui, mais les femmes magnifiques restent magnifiques. De toute façon, toutes les femmes sont magnifiques.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…