Accéder au contenu principal

Groundhog day (1993) - Harold Ramis

Groundhog day fait partie de ces films dont je ne me lasse jamais. Phil Connors (Bill Murray), présentateur météo prétentieux et cynique d'une chaîne de télévision de Pittsburgh part en reportage à Punxsutawney en Pennsylvanie. Accompagné de Larry (Chris Elliott), le caméraman et Rita (Andie MacDowell), sa productrice, il couvre pour la quatrième fois consécutive le Groundhog day (le jour de la marmotte), fête qui a lieu chaque 2 février dans cette bourgade. Arrivés la veille, Phil Connors n'a qu'une envie, tourner le reportage rapidement et quitter la bourgade au plus vite au grand dam de ses collègues. Malheureusement pour lui, un blizzard empêche l'équipe de quitter Punxsutawney et doit y passer une nuit supplémentaire. A son réveil, Phil Connors se retrouve à nouveau le 2 février, jour de la marmotte. Il est le seul à s'en apercevoir et quoi qu'il fasse dans la journée, il se réveille chaque matin le jour de la marmotte.

Le risque avec un tel sujet était de lasser le spectateur avec la répétition de la même journée sur tout le film mais Groundhog day est sans cesse amusant. Peu à peu, l'histoire prend l'allure d'une fable philosophique. Dans un premier temps, Phil Connors s'amuse de la situation et comme ce qu'il peut faire n'a plus de conséquences sur son avenir, il se livre à tous les excès possibles, nourritures, boissons, tabac, etc. Et se montre odieux avec les gens. Il s'en fiche puisque le lendemain est le même jour et personne ne se souvient de quoi que ce soit.  Petit à petit, il va chercher à tout savoir de sa productrice dans le seul but de lui plaire et de coucher avec elle, essuyant cependant les échecs successifs. Désespéré, le vide s'empare de Phil et il n'a plus qu'une envie, mourir ; Mais là aussi, il peut se suicider de toutes les façons possibles, il se réveille invariablement dans le même lit de la même pension familiale le 2 février.


Petit à petit, Phil va connaitre la vie de beaucoup de monde et s'intéresser à eux. Son comportement va changer et chercher à évoluer en prenant des cours de piano, de sculpture sur glace, se cultiver et enfin chercher à sauver la vie de ceux qui doivent mourir ce 2 février. Son amertume et son égoïsme disparaissant, il pourra enfin se réveiller le 3 février et reprendre le cour normal de sa vie, à jamais changée.


Certains pourront reprocher au film une certaine morale chrétienne mais ce serait passer à côté des nombreux thèmes qu'il évoque tels la nécessité d'avoir de la considération pour les autres,de faire preuve d'humanisme, de s'élever intellectuellement ou encore de se montrer sincère avec autrui. L'exercice aurait pu être lourd et pourtant l'ensemble évite de faire la leçon en se montrant constamment drôle, inventif, intelligent et même touchant.


Cette année, Groundhog day a 20 ans et n'a pas pris une seule ride. C'est une bonne occasion pour le revoir et le faire découvrir à ceux qui ne l'ont pas encore vu (quelle chance ont-ils ceux là!), pourquoi pas le 2 février de cette année. La fête de la marmotte est une fête traditionnelle qui existe réellement à Punxsutawney.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…