Accéder au contenu principal

Gérald Genty

Gérald Genty
Gérald Genty, vous connaissez ? Non pas Gérard hein, Gérald, comme il le rappelle dans une de ses chansons. Gérald Genty. Il en est déjà à son 4ème album qui doit sortir dans pas très longtemps et pourtant, pour l'instant il n'est pas encore trop connu comme il le chantait dans son premier album sorti en 2004 : "Pour l'instant, j'suis pas encore trop connu, ça va, mais après, j'sais pas". Bon, 9 ans plus tard, il n'est pas encore trop connu , c'est pour cette raison qu'il s'est amusé hier soir à la médiathèque Robert Cousin de Lens à jouer avec ses paroles : "Pour l'instant, j'suis pas encore trop connu, ça va, mais après... toujours pas"... Et c'est bien dommage !

J'ai découvert Gérald Genty dès son 1er album Humble héros et j'ai adhéré tout de suite à son univers loufoque fait de jeux de mots et de calembours, de mélodies légères, amusantes et pleines de sons originaux. Son deuxième album, Le plus grand chanteur de tout l'étang, sort en 2006 et continue dans la même ambiance même s'il aborde quelques thèmes plus sérieux. Ainsi, Licence to kill parle de la scandaleuse mort de Jean Charles de Menezes, ce jeune électricien brésilien abattu par les policiers de Scotland Yard pour avoir été confondu avec un terroriste :
Sylvestre Perrusson

"Licence to kill
Welcome to london 
Vous passerez un voyage tranquille 
Si personne ne vous soupçonne

Shoot to kill
Il arrivait du Brésil
5 balles dans la tête
On s'excuse pour la bullet"

En 2009, son album Nul si pas découvert se fait plus instrumental tout en prolongeant l'univers décalé et poétique qu'il met en place depuis ses débuts.

C'est un peu par hasard que j'ai su que Gérald Genty passait à Lens. Je me suis soudain fait la réflexion qu'il y avait un petit bout de temps que je n'avais pas entendu parler de lui. Quelques clics sur internet, une visite sur son site et là, j'apprends que dans moins de 15 jours, il passe à quelques kilomètres de chez moi alors je n'allais pas louper ça.

On était dans une petite salle, à peine une centaine et Gérald était accompagné d'un contrebassiste, Sylvestre. Je me suis demandé s'il s'agissait de son vrai prénom tant ses mimiques et sa façon de bouger me faisait penser au chat Sylvestre de Sylvestre et Titi. Mais il s'appelle bien comme ça, Sylvestre Perrusson ; Et s'il se plait à prendre un air ahuri pendant le concert, il n'en maîtrise pas moins son instrument, sa contrebasse j'entends.

Aller voir Gérald Genty en spectacle, c'est en sortir avec une large banane. C'est entraînant, drôle, le public est régulièrement invité à participer. Un excellent moment !

J'ai hâte d'entendre son prochain album dont certains titres ont été joués hier soir.

Pour ceux qui ne connaissent pas ou pas bien, j'ai choisi d'illustrer mon article par son clip Plaire, peut-être pas le titre le plus parlant de ce qu'il fait mais certainement l'une de ses plus admirables chansons.


Dans la playlist Deezer La maison de Gaspard, j'ai mis un titre plus significatif de son univers musical : Autruche. Le choix fut dur, et donc forcément imparfait, tant vraiment beaucoup de ses chansons méritent d'être écoutées.

Site de Gérald Genty : http://www.geraldgenty.com/

Photos prises à la médiathèque Robert Cousin de Lens : JustmeFanny
Texte : Gaspard

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…