Accéder au contenu principal

La maison de Gaspard a un an d'existence...

... Et quelques jours. En effet, j'aurais du rédiger cet article le 25 juillet dernier mais pour cause d'exil dans les montagnes de Savoie, je n'ai pu l'écrire. Bon, en guise d'exil, j'étais surtout en vacances dans une résidence hôtelière à flanc de montagne au dessus de Saint-Jean-de-Maurienne et en dessous de Fontcouverte-la-Toussuire. Je n'avais pas mon ordinateur, pas pris d'option wifi, je me suis contenté de quelques messages sur twitter avec mon smartphone. De plus, j'avais autre chose à admirer qu'un écran de pc : Les Alpes de Savoie, les Alpes de Savoie et les Alpes de Savoie ainsi qu'une escapade en Isère par le col de la croix de fer et une autre à Susa en Italie.

Donc normalement, c'est le moment des statistiques mensuelles. J'ai pris soin de noter le minimum le 25 juillet. 1302 pages vues pour le mois ce qui porte à 15450 le nombre total de pages vues sur l'année.

Les 10 messages les plus lus sont : Nevermind - Nirvana -20 ans plus tard (3586), Mon 11 septembre 2001 (2507), Le Touquet - British Week : week-end James Bond des 8 et 9 octobre 2011 (491), La guerre des boutons (1962) - Yves Robert (358), A cause d'elles (2011) - Alain Souchon (267), Blacksad - Tome 4 : L'Enfer, Le Silence (219), Small soldiers (1998) - Joe Dante (205), Soldier blue (1970) - Ralph Nelson (192), Live and let die (1954) Ian Fleming (187), Casino Royale (1953) - Ian Fleming (176).

Un an d'existence, c'est un peu l'heure du bilan. Je dois bien reconnaître que le nombre de lecteurs ne casse pas la baraque. 15540 pages vues, on est loin de l'affluence d'un départ de juillettistes un jour classé rouge par Bison Futé. Ceci dit, je suis parti le 14 juillet, c'était classé rouge, il n'y avait pas foule sur l'autoroute. Et sur mon lieu de villégiature, on n'était pas bousculé par les touristes. Il y a toujours eu plus de monde sur les plages de la Côte d'Azur mais c'est la première fois que je vois si peu de vacanciers en été. La crise ?

Ce que je retiens essentiellement de cette année à entretenir ce blog, outre le plaisir de partager quelques écrits, c'est d'avoir pu échanger des mails avec Jacques Layani, l'auteur entre autres de On ne lit que deux fois Ian Fleming suite à mon article sur le week-end James Bond où il était présent. J'ai été agréablement surpris de voir un premier commentaire de sa part pour préciser certaines choses concernant sa conférence. Depuis, il a commenté chacun de mes sujets consacrés aux livres de Ian Fleming et discrètement par mail, de façon sympathique, signalé les quelques coquilles que j'ai pu faire. Merci Jacques. Un article sur Goldfinger ne devrait plus tarder, j'ai lu les chapitres qui me restaient en Savoie. Lire Fleming dans les Alpes était agréable même si le roman m'a, cette fois, un peu déçu.

A bientôt.


Commentaires

  1. Amitiés du Lot, Gaspard. Vive Fleming, et vivent les Alpes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute mon amitié également Jacques. Bon séjour dans le Lot. A bientôt.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…