Accéder au contenu principal

Underworld : Awakening (2012) - Mans Marlind et Bjorn Stein


Depuis plusieurs siècles, les vampires et les lycans (terme moderne pour désigner les loups-garous) se mènent une guerre sans merci qui s'est prolongée jusqu'à notre époque. Voilà le point de départ du premier Underworld mis en scène par Len Wiseman sorti en 2003 avec pour personnage principal Selene (Kate Beckinsale), une vampire exterminatrice de lycans. Seulement voilà, les histoires d'amour tragiques continuant à passionner le public depuis le Romeo and Juliet de William Shakespeare, la jolie vampire tombe amoureuse de Michael (Scott Speedman), un hybride loup-garou-vampire. Après une première suite, Underworld : Evolution, qui raconte la fuite de Selene et Michael devenus les ennemis des deux clans et une deuxième, Underworld : Rise of the lycans qui revient sur l'origine de la guerre vampires-lycans dans un moyen-âge fantastique, le dernier opus en date place l'histoire dans un futur proche.

Dans Underworld : Awakening, les humains ont découvert l'existence des loups-garous et des vampires et ont presque réussi à les faire disparaître de la surface de la terre après 12 ans de lutte acharnée. Selene a cependant été maintenue en vie, cryogénisée pendant tout ce temps dans un laboratoire qui semble cacher quelques secrets. Réveillée par une mystérieuse petite fille, elle s'échappe et cherche à savoir pourquoi elle a ainsi été gardée pendant toutes ces années. La première chose qu'elle apprend est que Michael est mort...

Ce 4ème Underworld va très vite, le film ne dure que 88 minutes générique de fin inclus ! L'histoire est réduite à sa plus simple expression, il faut que ça aille vite, très vite et que l'action soit quasiment non stop. Le scénario repose ainsi sur des ficelles scénaristiques connues et déjà vues à de nombreuses reprises mais reliées de manière efficace. Ainsi, Underworld : Awakening prend rapidement l'allure d'une série B d'action directement réalisée en 3D. La 3D est donc de bonne qualité même s'il est un peu dommage que presque tout le métrage se passe de nuit car l'obscurité atténue parfois les effets tridimensionnels.

Sans la dévoiler, la fin reste ouverte et on sait déjà que les producteurs tout comme Kate Beckinsale ne sont pas opposés à une prochaine suite, d'autant plus que ce Underworld : Awakening a été un succès en salle. Alors, après tout pourquoi pas si c'est toujours aussi amusant ?


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…