Accéder au contenu principal

Underworld : Awakening (2012) - Mans Marlind et Bjorn Stein


Depuis plusieurs siècles, les vampires et les lycans (terme moderne pour désigner les loups-garous) se mènent une guerre sans merci qui s'est prolongée jusqu'à notre époque. Voilà le point de départ du premier Underworld mis en scène par Len Wiseman sorti en 2003 avec pour personnage principal Selene (Kate Beckinsale), une vampire exterminatrice de lycans. Seulement voilà, les histoires d'amour tragiques continuant à passionner le public depuis le Romeo and Juliet de William Shakespeare, la jolie vampire tombe amoureuse de Michael (Scott Speedman), un hybride loup-garou-vampire. Après une première suite, Underworld : Evolution, qui raconte la fuite de Selene et Michael devenus les ennemis des deux clans et une deuxième, Underworld : Rise of the lycans qui revient sur l'origine de la guerre vampires-lycans dans un moyen-âge fantastique, le dernier opus en date place l'histoire dans un futur proche.

Dans Underworld : Awakening, les humains ont découvert l'existence des loups-garous et des vampires et ont presque réussi à les faire disparaître de la surface de la terre après 12 ans de lutte acharnée. Selene a cependant été maintenue en vie, cryogénisée pendant tout ce temps dans un laboratoire qui semble cacher quelques secrets. Réveillée par une mystérieuse petite fille, elle s'échappe et cherche à savoir pourquoi elle a ainsi été gardée pendant toutes ces années. La première chose qu'elle apprend est que Michael est mort...

Ce 4ème Underworld va très vite, le film ne dure que 88 minutes générique de fin inclus ! L'histoire est réduite à sa plus simple expression, il faut que ça aille vite, très vite et que l'action soit quasiment non stop. Le scénario repose ainsi sur des ficelles scénaristiques connues et déjà vues à de nombreuses reprises mais reliées de manière efficace. Ainsi, Underworld : Awakening prend rapidement l'allure d'une série B d'action directement réalisée en 3D. La 3D est donc de bonne qualité même s'il est un peu dommage que presque tout le métrage se passe de nuit car l'obscurité atténue parfois les effets tridimensionnels.

Sans la dévoiler, la fin reste ouverte et on sait déjà que les producteurs tout comme Kate Beckinsale ne sont pas opposés à une prochaine suite, d'autant plus que ce Underworld : Awakening a été un succès en salle. Alors, après tout pourquoi pas si c'est toujours aussi amusant ?


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…