Accéder au contenu principal

Les lyonnais (2011) - Olivier Marchal


Jusqu'à présent, j'avais toujours été déçu par les réalisations d'Olivier Marchal au cinéma. Seule la série Braquo qu'il avait créée pour Canal + m'avait pleinement convaincu. Il s'avère néanmoins que son dernier long métrage sorti en novembre dernier au cinéma et récemment en vidéo, Les lyonnais, est un bon polar : scénario bien ficelé, mise en scène carré et efficace. Très librement inspiré de la vie d'Edmond Vidal et des agissements du gang des lyonnais dans les années 60 et 70, le film effectue constamment des allées-retours entre notre époque où Edmond Vidal, rangé des voitures, vient en aide Serge Suttel son ancien acolyte en cavale et la période où, ensemble, ils ont enchaîné les braquages avec d'autres complices ; et avec l'aide parfois de proches de réseaux politiques très droitiers. Le service d'action civique est clairement évoqué.

Le casting est impeccable, en tête Gérard Lanvin et Tchéky Karyo, respectivement Edmond Vidal et Serge Suttel (ce personnage étant une pure création pour le film). Plutôt que de lister les nombreuses qualités du film et ces quelques défauts, je souhaite surtout évoquer mes impressions à propos du procédé suivant : Le fait qu'un acteur connu et reconnu depuis pas mal de temps voit le rôle qu'il joue interprété par un comédien plus jeune pour les flashbacks. C'est un moyen certes nécessaire dans de nombreux cas mais qui m'a toujours fait sourciller.

Gérard Lanvin est un acteur célèbre, du moins en France et il s'est fait remarquer dès son deuxième film au cinéma en incarnant le chevalier blanc dans le film de ColucheVous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine en 1977. Par la suite, il a suffisamment joué de premiers rôles dans des films divers et variés et plus ou moins marquants pour qu'un visage plus jeune de lui existe dans la tête du public. Dans Les lyonnais, le personnage d'Edmond Vidal jeune est incarné par Dimitri Storoge. Il est tout à fait crédible, ce n'est pas là le problème mais il faut bien reconnaître qu'il ne ressemble pas du tout au Gérard Lanvin d'il y a 40 ans.

Les mêmes réflexions peuvent aussi être formulées à propos de Tchéky Kario mais peut-être dans une moindre mesure. En effet, il a moins joué de rôles de premier plan que son collègue et donc son jeune visage est moins connu du grand public. Ici, c'est Olivier Chantreau qui joue son personnage dans les années 70 dont c'est le premier film.

Ceci dit, le procédé inverse, vieillir un acteur en le recouvrant de maquillage, n'est pas non plus des plus satisfaisants. Par exemple, le côté factice de la chose saute aux yeux lorsque l'on voit un Robert de Niro vieilli dans Once upon a time in America, la fresque de près de 4h de Sergio Leone.

Quoi qu'il en soit, Les lyonnais est assez solide et les acteurs assez bons pour que le spectateur parvienne à faire abstraction de ces remarques et s'immerger dans l'univers violent du grand banditisme.


Commentaires

  1. Hello,

    Moi les polars français et le cinéma français, terminés depuis des lustres !

    J'ai horreur des hommes sales, mal fringués, etc.

    Je suis une femme et j'aime regarder de bels hommes dans de très beaux polars américains, anglais, etc. exit la France !

    Les lyonnais mon mari l'a acheté et vu, mais je n'y ai pas jeté un oeil !

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des hommes sales et mal fringués ? Je n'ai rien vu de tout ça dans Les lyonnais.

      Et Gérard Lanvin n'a rien à envier à certains acteurs américains et anglais. A plus de 60 ans, il est toujours charismatique, je trouve même qu'il prend de l'ampleur avec l'âge.

      Cordialement

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…