Accéder au contenu principal

Les lyonnais (2011) - Olivier Marchal


Jusqu'à présent, j'avais toujours été déçu par les réalisations d'Olivier Marchal au cinéma. Seule la série Braquo qu'il avait créée pour Canal + m'avait pleinement convaincu. Il s'avère néanmoins que son dernier long métrage sorti en novembre dernier au cinéma et récemment en vidéo, Les lyonnais, est un bon polar : scénario bien ficelé, mise en scène carré et efficace. Très librement inspiré de la vie d'Edmond Vidal et des agissements du gang des lyonnais dans les années 60 et 70, le film effectue constamment des allées-retours entre notre époque où Edmond Vidal, rangé des voitures, vient en aide Serge Suttel son ancien acolyte en cavale et la période où, ensemble, ils ont enchaîné les braquages avec d'autres complices ; et avec l'aide parfois de proches de réseaux politiques très droitiers. Le service d'action civique est clairement évoqué.

Le casting est impeccable, en tête Gérard Lanvin et Tchéky Karyo, respectivement Edmond Vidal et Serge Suttel (ce personnage étant une pure création pour le film). Plutôt que de lister les nombreuses qualités du film et ces quelques défauts, je souhaite surtout évoquer mes impressions à propos du procédé suivant : Le fait qu'un acteur connu et reconnu depuis pas mal de temps voit le rôle qu'il joue interprété par un comédien plus jeune pour les flashbacks. C'est un moyen certes nécessaire dans de nombreux cas mais qui m'a toujours fait sourciller.

Gérard Lanvin est un acteur célèbre, du moins en France et il s'est fait remarquer dès son deuxième film au cinéma en incarnant le chevalier blanc dans le film de ColucheVous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine en 1977. Par la suite, il a suffisamment joué de premiers rôles dans des films divers et variés et plus ou moins marquants pour qu'un visage plus jeune de lui existe dans la tête du public. Dans Les lyonnais, le personnage d'Edmond Vidal jeune est incarné par Dimitri Storoge. Il est tout à fait crédible, ce n'est pas là le problème mais il faut bien reconnaître qu'il ne ressemble pas du tout au Gérard Lanvin d'il y a 40 ans.

Les mêmes réflexions peuvent aussi être formulées à propos de Tchéky Kario mais peut-être dans une moindre mesure. En effet, il a moins joué de rôles de premier plan que son collègue et donc son jeune visage est moins connu du grand public. Ici, c'est Olivier Chantreau qui joue son personnage dans les années 70 dont c'est le premier film.

Ceci dit, le procédé inverse, vieillir un acteur en le recouvrant de maquillage, n'est pas non plus des plus satisfaisants. Par exemple, le côté factice de la chose saute aux yeux lorsque l'on voit un Robert de Niro vieilli dans Once upon a time in America, la fresque de près de 4h de Sergio Leone.

Quoi qu'il en soit, Les lyonnais est assez solide et les acteurs assez bons pour que le spectateur parvienne à faire abstraction de ces remarques et s'immerger dans l'univers violent du grand banditisme.


Commentaires

  1. Hello,

    Moi les polars français et le cinéma français, terminés depuis des lustres !

    J'ai horreur des hommes sales, mal fringués, etc.

    Je suis une femme et j'aime regarder de bels hommes dans de très beaux polars américains, anglais, etc. exit la France !

    Les lyonnais mon mari l'a acheté et vu, mais je n'y ai pas jeté un oeil !

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des hommes sales et mal fringués ? Je n'ai rien vu de tout ça dans Les lyonnais.

      Et Gérard Lanvin n'a rien à envier à certains acteurs américains et anglais. A plus de 60 ans, il est toujours charismatique, je trouve même qu'il prend de l'ampleur avec l'âge.

      Cordialement

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…