Accéder au contenu principal

Les lyonnais (2011) - Olivier Marchal


Jusqu'à présent, j'avais toujours été déçu par les réalisations d'Olivier Marchal au cinéma. Seule la série Braquo qu'il avait créée pour Canal + m'avait pleinement convaincu. Il s'avère néanmoins que son dernier long métrage sorti en novembre dernier au cinéma et récemment en vidéo, Les lyonnais, est un bon polar : scénario bien ficelé, mise en scène carré et efficace. Très librement inspiré de la vie d'Edmond Vidal et des agissements du gang des lyonnais dans les années 60 et 70, le film effectue constamment des allées-retours entre notre époque où Edmond Vidal, rangé des voitures, vient en aide Serge Suttel son ancien acolyte en cavale et la période où, ensemble, ils ont enchaîné les braquages avec d'autres complices ; et avec l'aide parfois de proches de réseaux politiques très droitiers. Le service d'action civique est clairement évoqué.

Le casting est impeccable, en tête Gérard Lanvin et Tchéky Karyo, respectivement Edmond Vidal et Serge Suttel (ce personnage étant une pure création pour le film). Plutôt que de lister les nombreuses qualités du film et ces quelques défauts, je souhaite surtout évoquer mes impressions à propos du procédé suivant : Le fait qu'un acteur connu et reconnu depuis pas mal de temps voit le rôle qu'il joue interprété par un comédien plus jeune pour les flashbacks. C'est un moyen certes nécessaire dans de nombreux cas mais qui m'a toujours fait sourciller.

Gérard Lanvin est un acteur célèbre, du moins en France et il s'est fait remarquer dès son deuxième film au cinéma en incarnant le chevalier blanc dans le film de ColucheVous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine en 1977. Par la suite, il a suffisamment joué de premiers rôles dans des films divers et variés et plus ou moins marquants pour qu'un visage plus jeune de lui existe dans la tête du public. Dans Les lyonnais, le personnage d'Edmond Vidal jeune est incarné par Dimitri Storoge. Il est tout à fait crédible, ce n'est pas là le problème mais il faut bien reconnaître qu'il ne ressemble pas du tout au Gérard Lanvin d'il y a 40 ans.

Les mêmes réflexions peuvent aussi être formulées à propos de Tchéky Kario mais peut-être dans une moindre mesure. En effet, il a moins joué de rôles de premier plan que son collègue et donc son jeune visage est moins connu du grand public. Ici, c'est Olivier Chantreau qui joue son personnage dans les années 70 dont c'est le premier film.

Ceci dit, le procédé inverse, vieillir un acteur en le recouvrant de maquillage, n'est pas non plus des plus satisfaisants. Par exemple, le côté factice de la chose saute aux yeux lorsque l'on voit un Robert de Niro vieilli dans Once upon a time in America, la fresque de près de 4h de Sergio Leone.

Quoi qu'il en soit, Les lyonnais est assez solide et les acteurs assez bons pour que le spectateur parvienne à faire abstraction de ces remarques et s'immerger dans l'univers violent du grand banditisme.


Commentaires

  1. Hello,

    Moi les polars français et le cinéma français, terminés depuis des lustres !

    J'ai horreur des hommes sales, mal fringués, etc.

    Je suis une femme et j'aime regarder de bels hommes dans de très beaux polars américains, anglais, etc. exit la France !

    Les lyonnais mon mari l'a acheté et vu, mais je n'y ai pas jeté un oeil !

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des hommes sales et mal fringués ? Je n'ai rien vu de tout ça dans Les lyonnais.

      Et Gérard Lanvin n'a rien à envier à certains acteurs américains et anglais. A plus de 60 ans, il est toujours charismatique, je trouve même qu'il prend de l'ampleur avec l'âge.

      Cordialement

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…