Accéder au contenu principal

Sen to Chihiro no Kamikakushi (2001) - Hayao Miyazaki


A la fin des années 90 jusqu'au milieu des années 2000, il y a eu un véritable engouement en Europe pour le cinéma asiatique. Je veux dire un réel intérêt et une distribution conséquente pour des films autres que l'éternel Bruce Lee, les pitreries de Jackie Chan ou les resucées de Godzilla. Tous les genres du cinéma en provenance d'Asie devenaient nettement plus accessibles : films d'auteurs, dessins-animés, polars, science-fiction, horreur, épouvante, etc. Le pire et le meilleur. Aujourd'hui, il semble que l'enthousiasme soit passé, en tout cas il semble moins importé dans les salles. Il y a bien des sorties régulières en DVD et Blu-ray mais là aussi, ce n'est plus aussi important. La crise ?
De cette période, j'en retiens ceux qui m'ont évidemment le plus impressionné, deux coréens et trois japonais : Oldboy (Old Boy), Gwoemul (The host), Batoru rowaiaru (Battle Royale), Zatoichi (Zatoichi) et Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro) dont il est question ici. Bien sûr, cette petite liste est purement subjective, d'autres et certainement des plus pointus que moi en cinéma asiatique citeraient d'autres titres tant le cinéma asiatique est riche.

C'est toujours avec une certaine appréhension que je revois un film qui m'a touché au delà de ce que je ressens généralement. Ces films-là sont rares et il convient de ne pas les voir trop souvent au risque de ne plus en apprécier le goût. Je suis loin d'être le seul à avoir été touché par Le voyage de Chihiro, sa poésie, sa beauté, son étrangeté.


Chihiro est une jeune fille qui est sur le point d’emménager avec ses parents dans une nouvelle maison loin de la précédente et qui se lamente dans la voiture de ce changement. Son père qui conduit se trompe de route et la voiture se retrouve devant un bâtiment rouge où derrière un long tunnel, une immense plaine les mène à une ville vide de toute population. Ils s'arrêteront devant un restaurant où sont disposés des plats. Les parents se mettent à manger goulûment tandis que Chihiro, inquiète, s'éloigne. Un jeune garçon fait son apparition et lui dit qu'il faut qu'elle quitte la ville avant la tombée de la nuit. Effrayée, la jeune fille rejoint ses parents qui mangent encore mais sont transformés... en cochons ! Trop tard, la nuit tombe, des fantômes apparaissent et un bateau débarque une foule d'êtres tous plus insolites les uns des autres.

On doit à Hayao Miyazaki un certain nombre de longs métrages d'animation parmi les plus beaux au monde. Carrément. Et Le voyage de Chihiro est de mon point de vue ce qu'il a fait de mieux. Après l'avoir admirer sur grand écran en 2002 puis en DVD quelques mois plus tard, le joli coffret collector en bois laqué (avec un jeu de cartes !) a ensuite peu à peu pris la poussière au milieu des autres films. Puis je l'ai ressorti et ce fut à nouveau un grand bonheur.


On peut se contenter de suivre Chihiro dans cet univers à la fois magique et drôle mais aussi inquiétant et sombre, un peu comme on suit Alice au pays des merveilles. C'est en quelque sorte Chihiro aux pays des fantômes et des esprits. Mais Miyazaki offre plusieurs niveaux de lecture et d'interprétation. Ce voyage qu'effectue la petite fille est celui du passage de l'enfance à l'adolescence, ce qui implique la fin d'une forme de naïveté. C'est là le thème principal de l'oeuvre et Miyazaki en livre une illustration riche de symboles et de métaphores parfois un peu ardus à saisir d'autant plus que la culture japonaise n'est pas des plus répandues  chez nous.

J'ai appris que le British Film Institute avait établi une liste des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans créée par des professionnels du cinéma, des critiques et des enseignants qui devaient lister 10 films incontournables pour le jeune public. Le voyage de Chihiro a été le plus cité.

Un chef-d'oeuvre.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…