Accéder au contenu principal

Interlude

Bonjour,

Il est fort probable que pendant la dizaine de jours qui suit, il n'y ait aucune publication d'article. En effet, en raison d'un déménagement, ma connexion internet sera coupée dès demain, m'obligeant d'attendre qu'elle soit réactivée dans ma nouvelle maison. Une dizaine de jours, m'a t-on dit. 

Je fais partie désormais de ces gens qui ont fait le choix - et qui en ont eu aussi la possibilité grâce à l'obtention d'offres de prêt de la généreuse banque... Et merci pour les intérêts ! - de devenir propriétaire et ainsi de s'endetter pour presque 20 ans.

Je demande donc à mes visiteurs - surtout mes visiteurs réguliers, je sais que vous êtes quelques uns - de bien vouloir m'excuser pour cette interruption des messages. Cependant, les prochains articles sont déjà plus ou moins à un stade avancé de rédaction. Il s'agit du tome 1 de Under the dome de Stephen King et du roman Dr No de Ian Fleming. Jacques, ne vous inquiétez pas, la lecture de Ian Fleming continue.

Pour patienter, vous pouvez toujours relire mes formidables articles ou regarder la vidéo qui sert d'interlude et qui n'est autre que Love is all interprété par The butterfly band and the grasshopper's feast. Cette vidéo servait régulièrement d'interlude à Antenne 2 dans les années 70 et 80 quand la chaîne rencontrait ce que la speakerine présentait au téléspectateur comme un problème technique. 

En recherchant ce clip, j'ai eu la surprise d'apprendre qu'au chant, on retrouve Ronnie James Dio, chanteur de plusieurs formations de heavy metal dont Black Sabbath.

A bientôt.

Commentaires

  1. tu vas nous manquer quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas mort !

      A part ça, qui est Anonyme ?

      Supprimer
  2. Tiens, mais comment savez-vous donc que je viens vous lire ? Ah, ça alors ! [Rires dans l'assistance].

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais c'est parce que je jette un oeil de temps en temps via mon smartphone ou l'ordinateur du travail !

      Supprimer
  3. Bien sûr. C'était pour rire.
    Bon, votre connexion n'est toujours pas rétablie ? On s'ennuie, sans vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien saisi l'humour :)

      On s'ennuie sans moi ? Tant que ça ?

      Et non, ma connexion n'est toujours pas rétablie. Il y a un problème selon Orange dans le réseau, je n'ai plus les termes techniques en tête. Des techniciens interviennent ce matin, j'espère que ça va aller.

      A bientôt.

      Supprimer
  4. J'ai souvent entendu dire que déménager était une catastrophe pour Internet, en ce sens que, chaque fois, être connecté de nouveau demandait un temps fou. Je ne sais pas pourquoi, mais apparemment, c'est vrai. J'espère qu'on va vous tirer d'affaire prochainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je m'attendais à rencontrer quelques soucis avec internet. Ce qui est agaçant, c'est qu'à chaque fois qu'on a l'assistance technique au téléphone, on a une version différente.

      Enfin, tout semble fonctionner comme il faut maintenant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…