Accéder au contenu principal

Interlude

Bonjour,

Il est fort probable que pendant la dizaine de jours qui suit, il n'y ait aucune publication d'article. En effet, en raison d'un déménagement, ma connexion internet sera coupée dès demain, m'obligeant d'attendre qu'elle soit réactivée dans ma nouvelle maison. Une dizaine de jours, m'a t-on dit. 

Je fais partie désormais de ces gens qui ont fait le choix - et qui en ont eu aussi la possibilité grâce à l'obtention d'offres de prêt de la généreuse banque... Et merci pour les intérêts ! - de devenir propriétaire et ainsi de s'endetter pour presque 20 ans.

Je demande donc à mes visiteurs - surtout mes visiteurs réguliers, je sais que vous êtes quelques uns - de bien vouloir m'excuser pour cette interruption des messages. Cependant, les prochains articles sont déjà plus ou moins à un stade avancé de rédaction. Il s'agit du tome 1 de Under the dome de Stephen King et du roman Dr No de Ian Fleming. Jacques, ne vous inquiétez pas, la lecture de Ian Fleming continue.

Pour patienter, vous pouvez toujours relire mes formidables articles ou regarder la vidéo qui sert d'interlude et qui n'est autre que Love is all interprété par The butterfly band and the grasshopper's feast. Cette vidéo servait régulièrement d'interlude à Antenne 2 dans les années 70 et 80 quand la chaîne rencontrait ce que la speakerine présentait au téléspectateur comme un problème technique. 

En recherchant ce clip, j'ai eu la surprise d'apprendre qu'au chant, on retrouve Ronnie James Dio, chanteur de plusieurs formations de heavy metal dont Black Sabbath.

A bientôt.

Commentaires

  1. tu vas nous manquer quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas mort !

      A part ça, qui est Anonyme ?

      Supprimer
  2. Tiens, mais comment savez-vous donc que je viens vous lire ? Ah, ça alors ! [Rires dans l'assistance].

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais c'est parce que je jette un oeil de temps en temps via mon smartphone ou l'ordinateur du travail !

      Supprimer
  3. Bien sûr. C'était pour rire.
    Bon, votre connexion n'est toujours pas rétablie ? On s'ennuie, sans vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien saisi l'humour :)

      On s'ennuie sans moi ? Tant que ça ?

      Et non, ma connexion n'est toujours pas rétablie. Il y a un problème selon Orange dans le réseau, je n'ai plus les termes techniques en tête. Des techniciens interviennent ce matin, j'espère que ça va aller.

      A bientôt.

      Supprimer
  4. J'ai souvent entendu dire que déménager était une catastrophe pour Internet, en ce sens que, chaque fois, être connecté de nouveau demandait un temps fou. Je ne sais pas pourquoi, mais apparemment, c'est vrai. J'espère qu'on va vous tirer d'affaire prochainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je m'attendais à rencontrer quelques soucis avec internet. Ce qui est agaçant, c'est qu'à chaque fois qu'on a l'assistance technique au téléphone, on a une version différente.

      Enfin, tout semble fonctionner comme il faut maintenant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…