Accéder au contenu principal

Sherlock Holmes (2009) - Guy Ritchie

Avant d'aller voir Sherlock Holmes : A game of shadows (vite vite ! Il y a déjà plus d'un mois qu'il est sorti, il ne va certainement pas y rester quatre semaines de plus à l'affiche), une petite piqûre de rappel m'a semblé nécessaire à propos du premier opus, Sherlock Holmes, avec Robert Downey Jr. dans le rôle titre et Jude Law dans celui de Docteur John Watson. Alors que je ne m'étais pas précipité pour le film de 2009, c'est pourtant celui-ci qui me donne très envie de découvrir sa suite. En effet, à la base je n'étais pas convaincu du casting de tête, Downey Jr (voir l'interprète de Iron Man ici a de quoi surprendre) et Law ne correspondant pas à l'image que j'ai des personnages de Sir Arthur Conan Doyle. Ceci-dit, je peux me tromper, le seul roman de Doyle que j'ai lu est The hound of the Baskervilles il y a déjà plus de 20 ans et parce que j'en avais apprécié auparavant l'adaptation de Terence Fisher avec Peter Cushing ; et c'est certainement un tort d'avoir si peu lu Conan Doyle.

Mais ce Sherlock Holmes s'est finalement révélé être un réjouissant divertissement que j'ai voulu revoir avant sa séquelle. La personnalité des personnages se révèle plus développée qu'on peut le penser, à commencer par Sherlock Holmes himself. Assez tourmenté ici, lorsqu'il n'est pas sur une enquête, il tente de rompre l'ennui qui le mine en effectuant des combats dans des salles sordides, en jouant du violon de façon, euh, particulière ou en s'isolant pour tester des expériences qui ont le don d'irriter Watson. Il peut même se révéler affreux goujat, en témoigne les déductions qu'il fait à haute voix de son observation de Mary (Kelly Reilly), la fiancée de Watson ; et qui lui vaudra le contenu d'un verre de vin jeté en pleine figure.



L'histoire est suffisamment intelligente pour intriguer et embarquer le spectateur du début à la fin. Avec l'aide de la police et de Watson, Holmes arrête Lord Blackwood (Mark Strong), tueur de femmes et adepte de magie noire. Avant d'être pendu, Lord Blackwood lui affirme qu'il reviendra d'entre les morts et qu'il commettra trois autres meurtres que le détective ne comprendra pas. Peu de temps après, un témoin voit l'assassin sortir de sa tombe et quitter le cimetière. Bien sûr, pas de magie noire ni de zombies mais des tours de passe-passe et des supercheries que Holmes découvrira au fur et à mesure dans une aventure où l'avenir du monde est en jeu, ni plus ni moins.



La mise en scène est telle que l'on peut s'y attendre de la part d'un film à gros budget. Rapide et impressionnante dans ses effets, elle évite pour autant le tape à l'oeil et les mouvements de caméra frénétiques dans un Londres de fin XIXème criant de vérité. Mis à part quelques plans numériques visibles (surtout pendant les dernières 20 minutes), les décors sont parfaits que l'on soit dans l'appartement du détective, un restaurant mondain ou des rues mal famées. Quant aux morceaux de bravoure, nombreux, ils ne relèguent pas le scénario au second plan et sont toujours lisibles, ce qui est agréable en ces temps où la mode est à la mise en scène parkinsonienne. On a par exemple droit à une énorme et remarquable explosion filmée au ralenti où Holmes se protège comme il peut contre divers projectiles. C'est à la fois dramatique et drôle.



Fidèle ou pas au personnage littéraire, peu importe dans le fond, ce Sherlock Holmes a la pêche, se suit sans problème et se termine sur un Moriarty, l'ennemi juré du héros, tapi dans l'ombre et au visage caché. Derrière cette aventure, c'est lui qui tire en réalité les ficelles. A suivre donc...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …