Accéder au contenu principal

Sherlock Holmes (2009) - Guy Ritchie

Avant d'aller voir Sherlock Holmes : A game of shadows (vite vite ! Il y a déjà plus d'un mois qu'il est sorti, il ne va certainement pas y rester quatre semaines de plus à l'affiche), une petite piqûre de rappel m'a semblé nécessaire à propos du premier opus, Sherlock Holmes, avec Robert Downey Jr. dans le rôle titre et Jude Law dans celui de Docteur John Watson. Alors que je ne m'étais pas précipité pour le film de 2009, c'est pourtant celui-ci qui me donne très envie de découvrir sa suite. En effet, à la base je n'étais pas convaincu du casting de tête, Downey Jr (voir l'interprète de Iron Man ici a de quoi surprendre) et Law ne correspondant pas à l'image que j'ai des personnages de Sir Arthur Conan Doyle. Ceci-dit, je peux me tromper, le seul roman de Doyle que j'ai lu est The hound of the Baskervilles il y a déjà plus de 20 ans et parce que j'en avais apprécié auparavant l'adaptation de Terence Fisher avec Peter Cushing ; et c'est certainement un tort d'avoir si peu lu Conan Doyle.

Mais ce Sherlock Holmes s'est finalement révélé être un réjouissant divertissement que j'ai voulu revoir avant sa séquelle. La personnalité des personnages se révèle plus développée qu'on peut le penser, à commencer par Sherlock Holmes himself. Assez tourmenté ici, lorsqu'il n'est pas sur une enquête, il tente de rompre l'ennui qui le mine en effectuant des combats dans des salles sordides, en jouant du violon de façon, euh, particulière ou en s'isolant pour tester des expériences qui ont le don d'irriter Watson. Il peut même se révéler affreux goujat, en témoigne les déductions qu'il fait à haute voix de son observation de Mary (Kelly Reilly), la fiancée de Watson ; et qui lui vaudra le contenu d'un verre de vin jeté en pleine figure.



L'histoire est suffisamment intelligente pour intriguer et embarquer le spectateur du début à la fin. Avec l'aide de la police et de Watson, Holmes arrête Lord Blackwood (Mark Strong), tueur de femmes et adepte de magie noire. Avant d'être pendu, Lord Blackwood lui affirme qu'il reviendra d'entre les morts et qu'il commettra trois autres meurtres que le détective ne comprendra pas. Peu de temps après, un témoin voit l'assassin sortir de sa tombe et quitter le cimetière. Bien sûr, pas de magie noire ni de zombies mais des tours de passe-passe et des supercheries que Holmes découvrira au fur et à mesure dans une aventure où l'avenir du monde est en jeu, ni plus ni moins.



La mise en scène est telle que l'on peut s'y attendre de la part d'un film à gros budget. Rapide et impressionnante dans ses effets, elle évite pour autant le tape à l'oeil et les mouvements de caméra frénétiques dans un Londres de fin XIXème criant de vérité. Mis à part quelques plans numériques visibles (surtout pendant les dernières 20 minutes), les décors sont parfaits que l'on soit dans l'appartement du détective, un restaurant mondain ou des rues mal famées. Quant aux morceaux de bravoure, nombreux, ils ne relèguent pas le scénario au second plan et sont toujours lisibles, ce qui est agréable en ces temps où la mode est à la mise en scène parkinsonienne. On a par exemple droit à une énorme et remarquable explosion filmée au ralenti où Holmes se protège comme il peut contre divers projectiles. C'est à la fois dramatique et drôle.



Fidèle ou pas au personnage littéraire, peu importe dans le fond, ce Sherlock Holmes a la pêche, se suit sans problème et se termine sur un Moriarty, l'ennemi juré du héros, tapi dans l'ombre et au visage caché. Derrière cette aventure, c'est lui qui tire en réalité les ficelles. A suivre donc...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…