Accéder au contenu principal

Sherlock Holmes : A game of shadows (2012) - Guy Ritchie

Ne serait-ce que pour la scène de fuite de Sherlock Holmes (Robert Downey Jr), John Watson (Jude Law) et leurs amis gitans sous les bombes des canons de l'usine d'armements du professeur Moriarty, le film mérite d'être vu. Explosif, on en vient même à s'inquiéter pour le héros lui-même.

Le film se déroule en 1891 où une série d'attentats à travers le monde crée des tensions entre pays. Les groupes anarchistes sont soupçonnés d'en être les auteurs mais Sherlock Holmes y voit plutôt la marque du professeur Moriarty. Il est tellement obnubilé par la question qu'il met complètement de côté le fait qu'il soit le témoin du mariage de son ami, le Dr Watson.

L'ambiance et le style sont les mêmes que dans le premier opus : Une enquête menée à un rythme effréné derrière laquelle se cache une menace plus importante. Malgré l'énormité de certaines situations on marche à fond, en grande partie grâce aux deux acteurs principaux qui se révèlent encore plus à l'aise dans cette suite et qui jouent beaucoup sur l'ambiguïté des relations du duo qu'ils incarnent. Voir Sherlock Holmes déguisé en femme perturber le voyage de noces de Watson pour lui sauver la vie, virer sa femme et l'embarquer dans son aventure a quelque chose d'assez réjouissant. Il y a une certaine folie dans ce film qui fait plaisir.

Les décors sont soignés. Que l'on soit à Londres, à Paris ou aux chutes du Reichenbach en Suisse, on y croit. D'ailleurs les connaisseurs de l'oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle doivent se douter de ce qu'il se passe dans le film à l'évocation du lieu suisse. C'est en effet là où l'auteur a donné la mort à son personnage alors qu'il se battait avec le professeur Moriarty dans The final problem.

Le casting ne comporte pas non plus de fausses notes. Robert Downey Jr et Jude Law se sont définitivement approprié leurs personnages et Stephen Fry joue un Mycroft Holmes remarquable. Ce qui est aussi appréciable, c'est la présence d'acteurs français (notamment Affif Ben Badra et Thierry Neuvic) pour jouer des personnages français, ce qui est assez rare dans un film hollywoodien pour être signalé. Quant à Jared Harris, il n'a aucun mal à incarner le machiavélique professeur Moriarty.

Sherlock Holmes : A game of shadows est à mes yeux une réussite où certains aspects du scénario peuvent renvoyer à notre propre époque. On parle quand même d'attentats terroristes dont les coupables désignés ne sont que des boucs émissaires.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…