Accéder au contenu principal

Sherlock Holmes : A game of shadows (2012) - Guy Ritchie

Ne serait-ce que pour la scène de fuite de Sherlock Holmes (Robert Downey Jr), John Watson (Jude Law) et leurs amis gitans sous les bombes des canons de l'usine d'armements du professeur Moriarty, le film mérite d'être vu. Explosif, on en vient même à s'inquiéter pour le héros lui-même.

Le film se déroule en 1891 où une série d'attentats à travers le monde crée des tensions entre pays. Les groupes anarchistes sont soupçonnés d'en être les auteurs mais Sherlock Holmes y voit plutôt la marque du professeur Moriarty. Il est tellement obnubilé par la question qu'il met complètement de côté le fait qu'il soit le témoin du mariage de son ami, le Dr Watson.

L'ambiance et le style sont les mêmes que dans le premier opus : Une enquête menée à un rythme effréné derrière laquelle se cache une menace plus importante. Malgré l'énormité de certaines situations on marche à fond, en grande partie grâce aux deux acteurs principaux qui se révèlent encore plus à l'aise dans cette suite et qui jouent beaucoup sur l'ambiguïté des relations du duo qu'ils incarnent. Voir Sherlock Holmes déguisé en femme perturber le voyage de noces de Watson pour lui sauver la vie, virer sa femme et l'embarquer dans son aventure a quelque chose d'assez réjouissant. Il y a une certaine folie dans ce film qui fait plaisir.

Les décors sont soignés. Que l'on soit à Londres, à Paris ou aux chutes du Reichenbach en Suisse, on y croit. D'ailleurs les connaisseurs de l'oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle doivent se douter de ce qu'il se passe dans le film à l'évocation du lieu suisse. C'est en effet là où l'auteur a donné la mort à son personnage alors qu'il se battait avec le professeur Moriarty dans The final problem.

Le casting ne comporte pas non plus de fausses notes. Robert Downey Jr et Jude Law se sont définitivement approprié leurs personnages et Stephen Fry joue un Mycroft Holmes remarquable. Ce qui est aussi appréciable, c'est la présence d'acteurs français (notamment Affif Ben Badra et Thierry Neuvic) pour jouer des personnages français, ce qui est assez rare dans un film hollywoodien pour être signalé. Quant à Jared Harris, il n'a aucun mal à incarner le machiavélique professeur Moriarty.

Sherlock Holmes : A game of shadows est à mes yeux une réussite où certains aspects du scénario peuvent renvoyer à notre propre époque. On parle quand même d'attentats terroristes dont les coupables désignés ne sont que des boucs émissaires.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…