Accéder au contenu principal

Sherlock Holmes : A game of shadows (2012) - Guy Ritchie

Ne serait-ce que pour la scène de fuite de Sherlock Holmes (Robert Downey Jr), John Watson (Jude Law) et leurs amis gitans sous les bombes des canons de l'usine d'armements du professeur Moriarty, le film mérite d'être vu. Explosif, on en vient même à s'inquiéter pour le héros lui-même.

Le film se déroule en 1891 où une série d'attentats à travers le monde crée des tensions entre pays. Les groupes anarchistes sont soupçonnés d'en être les auteurs mais Sherlock Holmes y voit plutôt la marque du professeur Moriarty. Il est tellement obnubilé par la question qu'il met complètement de côté le fait qu'il soit le témoin du mariage de son ami, le Dr Watson.

L'ambiance et le style sont les mêmes que dans le premier opus : Une enquête menée à un rythme effréné derrière laquelle se cache une menace plus importante. Malgré l'énormité de certaines situations on marche à fond, en grande partie grâce aux deux acteurs principaux qui se révèlent encore plus à l'aise dans cette suite et qui jouent beaucoup sur l'ambiguïté des relations du duo qu'ils incarnent. Voir Sherlock Holmes déguisé en femme perturber le voyage de noces de Watson pour lui sauver la vie, virer sa femme et l'embarquer dans son aventure a quelque chose d'assez réjouissant. Il y a une certaine folie dans ce film qui fait plaisir.

Les décors sont soignés. Que l'on soit à Londres, à Paris ou aux chutes du Reichenbach en Suisse, on y croit. D'ailleurs les connaisseurs de l'oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle doivent se douter de ce qu'il se passe dans le film à l'évocation du lieu suisse. C'est en effet là où l'auteur a donné la mort à son personnage alors qu'il se battait avec le professeur Moriarty dans The final problem.

Le casting ne comporte pas non plus de fausses notes. Robert Downey Jr et Jude Law se sont définitivement approprié leurs personnages et Stephen Fry joue un Mycroft Holmes remarquable. Ce qui est aussi appréciable, c'est la présence d'acteurs français (notamment Affif Ben Badra et Thierry Neuvic) pour jouer des personnages français, ce qui est assez rare dans un film hollywoodien pour être signalé. Quant à Jared Harris, il n'a aucun mal à incarner le machiavélique professeur Moriarty.

Sherlock Holmes : A game of shadows est à mes yeux une réussite où certains aspects du scénario peuvent renvoyer à notre propre époque. On parle quand même d'attentats terroristes dont les coupables désignés ne sont que des boucs émissaires.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…