Accéder au contenu principal

A cause d'elles (2011) - Alain Souchon

Depuis l'enfance, Alain Souchon m'a toujours été familier et pourtant, à la maison, nous n'étions pas "souchonistes". Dans le répertoire français, c'était plutôt Brassens, Brel, MoustakiFerrat. C'est tout aussi honorable cela dit. Puis passée la période Chantal Goya et autres débilités que tout enfant de l'époque imposait à ses parents - des parents qui résistent plus ou moins aux monstruosités musicales que leurs chères progénitures adorent - je suis passé à Jacques Dutronc (mon premier disque "adulte" fût son 45 tours Merde in France (Cacapoum)  à l'âge de 9 ou 10 ans, c'est dire du niveau de la maturité. "T'es sûr que c'est ce que tu veux ?" m'avait demandé mon père. "Oui" avais-je répondu avec assurance) et Renaud (un coup de foudre pour l'album Renaud à Bobino. Il y avait des gros mots dans ses paroles, je pouvais les dire en chantant et en me défendant que ce n'était pas moi mais Renaud).

Mais pas de disque d'Alain Souchon. Pourtant, il était apprécié et finalement souvent présent. Je me souviens que dès que j'entendais une de ses chansons, mon attention se portait dessus. Des titres que tout le monde connait : J'ai dix ans, Bidon, Y'a d'la Rumba dans l'air, Allô maman bobo, C'est comme vous voulez, La ballade de Jim, Quand j'serai KO, Foule sentimentale, L'amour à la machine, C'est déjà ça, etc. Entre ses évocations de l'enfance, sa légèreté mélancolique, sa vision plutôt désabusée sur le monde et son regard finalement ironique sur les choses de la vie y compris sur lui-même, il est toujours sincère dans les thèmes qu'il aborde. L'album que je préfère en ce qui me concerne, c'est Au ras des pâquerettes sorti en 1999. La preuve, celui-là, je l'ai. 

Mais à chaque fois que je le voyais, que ce soit en photo, dans un clip, sur un plateau de télé, ou dans un film (L'été meurtrier, L'homme aux yeux d'argent) toujours cette impression d'être quelqu'un qui m'est familier et donc, entièrement sympathique. En écoutant son dernier album, A cause d'elles, je me demandai encore pourquoi cette impression en l'imaginant chanter. Et d'un seul coup le déclic ! Alain Souchon a une tête de croisé Shar Pei et Lévrier afghan. Indéniablement sympathique je vous dis.

Sympathique comme son dernier album, illustré par Sempé et composé principalement de chansons et comptines que sa mère lui chantait enfant. On découvre ou redécouvre ces textes qui, dans le fond, ne sont pas d'une grande gaieté mais, paradoxalement, qu'on imagine bien fredonnées dans une cour de récré. On  peut même être surpris de s'apercevoir qu'on a pu oublier une partie du texte de L'hirondelle.

"Qu'est-ce qu'elle nous a fait la p'tite hirondelle
Elle nous a volé trois p'tits sacs de blé
Nous la rattraperons la p'tite hirondelle
Et nous lui donnerons trois p'tits coups de bâton


Qu'est-ce qu'il nous a fait le petit ministre
Il nous a volé trois p'tits sacs de blé
Nous le rattraperons le petit ministre
Et nous lui donnerons trois p'tits coups de bâton"


Comme quoi toutes ces comptines apparemment innocentes avec leurs histoires d'oiseaux peuvent revêtir une portée un peu plus indisciplinée.

Il y a un inédit, Le jour et la nuit, texte de Souchon père et musique de Souchon fils et qui ne dépareille pas du reste. La piste 13 est un nouvel enregistrement de J'ai dix ans. Logique.

Alain Souchon a beau avoir passé les 60 balais, il a gardé au fond de lui un peu de son âme d'enfant, aux couleurs douces et chaudes qui ont dépeintes sur les paroles et la musique de son A cause d'elles. A l'image des dessins de Sempé.

Mais attention quand même à ne pas abuser de la nostalgie de l'enfance. Ça peut vous flinguer.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…