Accéder au contenu principal

Agora (2009) - alejandro Amenabar



Du metteur en scène espagnol Alejandro Amenabar, je n'avais vu que The others qui ne m'avait pas vraiment convaincu, ayant deviné par avance les tenants et aboutissants du récit. Agora, découvert récemment, m'a nettement plus séduit. C'est même un excellent film.

L'histoire prend place à Alexandrie au IVème siècle après Jésus-Christ, c'est-à-dire dans une Egypte sous domination de l'Empire romain. Au sein de la bibliothèque, Hypatie enseigne les sciences et le savoir tout en effectuant des recherches sur les lois qui régissent l'univers. Mais c'est la période où les chrétiens, dont la religion est récemment tolérée, se font de plus en plus pressants envers les païens. Les chrétiens finissent par envahir la bibliothèque et la mettre à sac. Quelques années plus tard, la religion chrétienne domine la société et entend imposer sa vision du monde sur la politique en oppressant les juifs et en forçant le pouvoir à s'agenouiller devant les évangiles. Hypathie, attachée à la science, au savoir et à sa liberté (elle va jusqu'à refuser de s'unir à Oreste, futur prefet d'Alexandrie, pour garder sa liberté), devient de plus en plus gênante pour les autorités religieuses et a de moins en moins de soutien au sein du pouvoir politique.

Amenabar se base sur des éléments historiques bien réels pour exposer ce que le réalisateur semble considérer comme le début de la conquête chrétienne sur le monde. Le thème principal du film est celui du savoir et de la science contre l'obscurantisme. Rachel Weisz est une Hypatie éblouissante en même temps qu'un magnifique portrait de femme libre et indépendante. Un regret quand même ; c'est que mise à part elle et Michael Lonsdale qui interprète Théon son père, le reste du casting peut sembler manquer de charisme. Ainsi, Oscar Isaac semble un peu fade dans le rôle de Oreste, tout comme Max Minghella qui joue Davus, l'esclave d'Hypatie qu'elle affranchira au moment de la révolte des chrétiens.



Heureusement, la mise en scène est captivante. L'invasion de la bibliothèque par les chrétiens est l'un des passages forts du film où Amenabar finit par renverser sa caméra dans un mouvement lent mais affirmé pour nous signifier que le monde bascule sous nos yeux pour les siècles qui vont suivre. Par la suite, la bibliothèque deviendra une sorte d'étable pour animaux. Le destin d'Hypatie qui clôt le film est aussi un  moment tragique et intense. Non seulement toujours par une mise en scène puissante mais aussi parce qu'il marque l'arrêt du progrès scientifique pour les siècles à venir. Hypatie était sur le point de comprendre le mouvement d'ellipse des planètes.

Si Amenabar se place du côté de la science en défendant le point de vue d'Hypatie et des érudits d'Alexandrie, il n'en occulte pas cependant le fait qu'ils étaient aussi esclavagistes. Hypatie n'aura que très peu d'égards à l'intérêt que porte Davus, son esclave secrètement amoureux d'elle, à son enseignement. La philosophe aura aussi un autre esclave jusqu'à sa mort.

Evidemment, un tel sujet ne peut que faire écho à notre époque et Amenabar le sait aussi. Il nous met en garde contre l'obscurantisme religieux et la régression des connaissances. Ce n'est pas un hasard s'il fait lire à Cyrille d'Alexandrie, l'évêque d'Alexandrie, un passage des évangiles qui exige que la femme ne parle pas et soit voilée au moment où il tente d'avoir définitivement le dessus sur Oreste et le pouvoir politique. Oreste refusera de s'agenouiller, ce qui précipitera la lapidation d'Hypatie.

Graphiquement, il semblerait qu'Amenabar ait adouci la violence de certains faits. En effet, l'opposition entre Cyrille et Oreste donne l'impression de n'avoir été que verbale alors que si on s'intéresse un peu aux faits historiques, il apparait qu'elle donna lieu à un conflit sanglant et violent au cours duquel Hypatie trouva la mort, lapidée de façon très violente si l'on en croit les propos de Socrate le Scolastique que l'on peut lire sur la page wikipedia consacrée à Hypatie. Dans le film, ça prend plutôt l'allure d'un meurtre où une poignée de chrétiens lui jettent uniquement des pierres sur son corps nu alors que Davus, son ancien esclave l'a tuée avec son accord juste avant, en l'étouffant pour lui éviter d'atroces souffrances.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…