Accéder au contenu principal

Agora (2009) - alejandro Amenabar



Du metteur en scène espagnol Alejandro Amenabar, je n'avais vu que The others qui ne m'avait pas vraiment convaincu, ayant deviné par avance les tenants et aboutissants du récit. Agora, découvert récemment, m'a nettement plus séduit. C'est même un excellent film.

L'histoire prend place à Alexandrie au IVème siècle après Jésus-Christ, c'est-à-dire dans une Egypte sous domination de l'Empire romain. Au sein de la bibliothèque, Hypatie enseigne les sciences et le savoir tout en effectuant des recherches sur les lois qui régissent l'univers. Mais c'est la période où les chrétiens, dont la religion est récemment tolérée, se font de plus en plus pressants envers les païens. Les chrétiens finissent par envahir la bibliothèque et la mettre à sac. Quelques années plus tard, la religion chrétienne domine la société et entend imposer sa vision du monde sur la politique en oppressant les juifs et en forçant le pouvoir à s'agenouiller devant les évangiles. Hypathie, attachée à la science, au savoir et à sa liberté (elle va jusqu'à refuser de s'unir à Oreste, futur prefet d'Alexandrie, pour garder sa liberté), devient de plus en plus gênante pour les autorités religieuses et a de moins en moins de soutien au sein du pouvoir politique.

Amenabar se base sur des éléments historiques bien réels pour exposer ce que le réalisateur semble considérer comme le début de la conquête chrétienne sur le monde. Le thème principal du film est celui du savoir et de la science contre l'obscurantisme. Rachel Weisz est une Hypatie éblouissante en même temps qu'un magnifique portrait de femme libre et indépendante. Un regret quand même ; c'est que mise à part elle et Michael Lonsdale qui interprète Théon son père, le reste du casting peut sembler manquer de charisme. Ainsi, Oscar Isaac semble un peu fade dans le rôle de Oreste, tout comme Max Minghella qui joue Davus, l'esclave d'Hypatie qu'elle affranchira au moment de la révolte des chrétiens.



Heureusement, la mise en scène est captivante. L'invasion de la bibliothèque par les chrétiens est l'un des passages forts du film où Amenabar finit par renverser sa caméra dans un mouvement lent mais affirmé pour nous signifier que le monde bascule sous nos yeux pour les siècles qui vont suivre. Par la suite, la bibliothèque deviendra une sorte d'étable pour animaux. Le destin d'Hypatie qui clôt le film est aussi un  moment tragique et intense. Non seulement toujours par une mise en scène puissante mais aussi parce qu'il marque l'arrêt du progrès scientifique pour les siècles à venir. Hypatie était sur le point de comprendre le mouvement d'ellipse des planètes.

Si Amenabar se place du côté de la science en défendant le point de vue d'Hypatie et des érudits d'Alexandrie, il n'en occulte pas cependant le fait qu'ils étaient aussi esclavagistes. Hypatie n'aura que très peu d'égards à l'intérêt que porte Davus, son esclave secrètement amoureux d'elle, à son enseignement. La philosophe aura aussi un autre esclave jusqu'à sa mort.

Evidemment, un tel sujet ne peut que faire écho à notre époque et Amenabar le sait aussi. Il nous met en garde contre l'obscurantisme religieux et la régression des connaissances. Ce n'est pas un hasard s'il fait lire à Cyrille d'Alexandrie, l'évêque d'Alexandrie, un passage des évangiles qui exige que la femme ne parle pas et soit voilée au moment où il tente d'avoir définitivement le dessus sur Oreste et le pouvoir politique. Oreste refusera de s'agenouiller, ce qui précipitera la lapidation d'Hypatie.

Graphiquement, il semblerait qu'Amenabar ait adouci la violence de certains faits. En effet, l'opposition entre Cyrille et Oreste donne l'impression de n'avoir été que verbale alors que si on s'intéresse un peu aux faits historiques, il apparait qu'elle donna lieu à un conflit sanglant et violent au cours duquel Hypatie trouva la mort, lapidée de façon très violente si l'on en croit les propos de Socrate le Scolastique que l'on peut lire sur la page wikipedia consacrée à Hypatie. Dans le film, ça prend plutôt l'allure d'un meurtre où une poignée de chrétiens lui jettent uniquement des pierres sur son corps nu alors que Davus, son ancien esclave l'a tuée avec son accord juste avant, en l'étouffant pour lui éviter d'atroces souffrances.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

.

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …