Accéder au contenu principal

Faute de preuves - Harlan Coben

"Le nouveau thriller du grand maître du suspense: rythme haletant et frissons garantis ! (...) Secrets du passé, disparitions, complots machiavéliques, manipulations sur le Net: Wendy n'aurait jamais pu imaginer tout ce qu'elle s'apprête à découvrir. Mais elle est allée trop loin. Bientôt, le danger rôde et se rapproche, inexorablement..."

Voilà ce qu'on peut lire sur le quatrième de couverture (éditions France Loisirs) de "Faute de preuves", le dernier livre en date de Harlan Coben. C'est alléchant et ça suppose un bon divertissement pour l'été, étendu dans son transat ou allongé sur le sable au bord de la mer.

Sauf qu'il pleut...

Mais surtout, ce n’est pas terrible. La réputation de Harlan Coben a bénéficié de l’adaptation cinématographique de son roman « Ne le dis à personne » par Guillaume Canet. On voit souvent affirmer que le film est moins bon que le roman mais pour le coup, j’ai trouvé le film meilleur. Je trouvais que le roman de Coben tombait dans le cliché du héros seul contre tous que bizarrement, le film sait mieux faire accepter. Son metteur en scène a réussi la transposition de l’action des Etats-Unis à la France et François Cluzet apporte toute l’humanité nécessaire dont a besoin le personnage principal pour que le public s’identifie entièrement à lui.

Pour avoir aussi lu « Balle de match » et « Dans les bois », je trouvais que harlan Coben était un honnête auteur de polar, du genre de ceux justement qui divertissent en saison estivale. Ainsi, son dernier roman en date pouvait très bien distraire de cette manière mais cette fois, c’est raté. Le rythme est tout sauf haletant et rien dans l’histoire ne nous donne les frissons garantis. Quant aux secrets du passé, complots et autres manipulations, ils font finalement pâle figure et à aucun moment, Wendy l’héroïne ne semblera en danger.

Dommage car à la base, « Faute de preuves » recèle quelques thèmes qui ont toute leur place dans un thriller dont celui, classique mais toujours potentiellement efficace, du personnage accusé à tort d’un crime qu’il n’a pas commis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…