Accéder au contenu principal

Faute de preuves - Harlan Coben

"Le nouveau thriller du grand maître du suspense: rythme haletant et frissons garantis ! (...) Secrets du passé, disparitions, complots machiavéliques, manipulations sur le Net: Wendy n'aurait jamais pu imaginer tout ce qu'elle s'apprête à découvrir. Mais elle est allée trop loin. Bientôt, le danger rôde et se rapproche, inexorablement..."

Voilà ce qu'on peut lire sur le quatrième de couverture (éditions France Loisirs) de "Faute de preuves", le dernier livre en date de Harlan Coben. C'est alléchant et ça suppose un bon divertissement pour l'été, étendu dans son transat ou allongé sur le sable au bord de la mer.

Sauf qu'il pleut...

Mais surtout, ce n’est pas terrible. La réputation de Harlan Coben a bénéficié de l’adaptation cinématographique de son roman « Ne le dis à personne » par Guillaume Canet. On voit souvent affirmer que le film est moins bon que le roman mais pour le coup, j’ai trouvé le film meilleur. Je trouvais que le roman de Coben tombait dans le cliché du héros seul contre tous que bizarrement, le film sait mieux faire accepter. Son metteur en scène a réussi la transposition de l’action des Etats-Unis à la France et François Cluzet apporte toute l’humanité nécessaire dont a besoin le personnage principal pour que le public s’identifie entièrement à lui.

Pour avoir aussi lu « Balle de match » et « Dans les bois », je trouvais que harlan Coben était un honnête auteur de polar, du genre de ceux justement qui divertissent en saison estivale. Ainsi, son dernier roman en date pouvait très bien distraire de cette manière mais cette fois, c’est raté. Le rythme est tout sauf haletant et rien dans l’histoire ne nous donne les frissons garantis. Quant aux secrets du passé, complots et autres manipulations, ils font finalement pâle figure et à aucun moment, Wendy l’héroïne ne semblera en danger.

Dommage car à la base, « Faute de preuves » recèle quelques thèmes qui ont toute leur place dans un thriller dont celui, classique mais toujours potentiellement efficace, du personnage accusé à tort d’un crime qu’il n’a pas commis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…