Accéder au contenu principal

Blacksad - Tome 2 : Artic Nation

"Quelque part entre les ombres" installait le personnage de John Blacksad, un chat détective privé, archétype du héros solitaire des années 50 et le plongeait dans l'histoire du meurtre de son ancienne maîtresse par un homme d'affaires (ou plutôt un crapaud d'affaires car tous les protagonistes sont des animaux) limite mafieux. L'intrigue était classique mais d'une grande efficacité grâce aux dessins et au découpage d'une qualité exceptionnelle.

Ici, le détective est chargé de retrouver Kayleigh, une fillette d'un quartier pauvre appelé "The line" où une guerre des gangs sévit entre les Black Claws et les Artics. On distingue très bien à quels groupes font référence ces deux clans. Le premier fait nettement penser aux black panthers (car composé uniquement d'animaux noirs) tandis que le second est une référence au Ku Klux Klan (les animaux membres sont tous blancs). Element central de l'histoire, la description des Artics est plus développée par les auteurs. Leurs membres proviennent de tous milieux, de la haute société aux catégories populaires en passant par la police ; et comme le Ku Klux Klan, ils tiennent des réunions clandestines au cours desquelles, ils portent toges et cagoules.

Personnage solitaire, John Blacksad n'est le bienvenu ni chez les Black Claws ni chez les Artics, le héros étant un chat noir au museau blanc et donc sujet à la suspicion pour chacun des clans. Il sera néanmoins amené dans son enquête à faire équipe avec Weekly, journaliste un peu filou personnalisé pertinemment en fouine. Si leur première rencontre tourne court au détriment de ce dernier, le héros se prendra finalement d'amitié pour lui jusqu'à risquer sa vie pour le sortir du lynchage que lui ont préparé les Artics. 

L'intrigue est plus développée, plus intéressante que précédemment et tout comme le premier tome, les dessins sont toujours aussi élégants si ce n'est mieux. Ce tome 2 confirme le talent de Diaz Canales et Guardino et l'alchimie de leur travail ensemble. Il est agréable par exemple de constater l'évolution du temps, on passe peu à peu de la fin de l'automne au début de l'hiver par une neige qui envahit progressivement les décors. John Blacksad tout comme son univers de façon générale gagnent en envergure.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …