Accéder au contenu principal

Blacksad - Tome 2 : Artic Nation

"Quelque part entre les ombres" installait le personnage de John Blacksad, un chat détective privé, archétype du héros solitaire des années 50 et le plongeait dans l'histoire du meurtre de son ancienne maîtresse par un homme d'affaires (ou plutôt un crapaud d'affaires car tous les protagonistes sont des animaux) limite mafieux. L'intrigue était classique mais d'une grande efficacité grâce aux dessins et au découpage d'une qualité exceptionnelle.

Ici, le détective est chargé de retrouver Kayleigh, une fillette d'un quartier pauvre appelé "The line" où une guerre des gangs sévit entre les Black Claws et les Artics. On distingue très bien à quels groupes font référence ces deux clans. Le premier fait nettement penser aux black panthers (car composé uniquement d'animaux noirs) tandis que le second est une référence au Ku Klux Klan (les animaux membres sont tous blancs). Element central de l'histoire, la description des Artics est plus développée par les auteurs. Leurs membres proviennent de tous milieux, de la haute société aux catégories populaires en passant par la police ; et comme le Ku Klux Klan, ils tiennent des réunions clandestines au cours desquelles, ils portent toges et cagoules.

Personnage solitaire, John Blacksad n'est le bienvenu ni chez les Black Claws ni chez les Artics, le héros étant un chat noir au museau blanc et donc sujet à la suspicion pour chacun des clans. Il sera néanmoins amené dans son enquête à faire équipe avec Weekly, journaliste un peu filou personnalisé pertinemment en fouine. Si leur première rencontre tourne court au détriment de ce dernier, le héros se prendra finalement d'amitié pour lui jusqu'à risquer sa vie pour le sortir du lynchage que lui ont préparé les Artics. 

L'intrigue est plus développée, plus intéressante que précédemment et tout comme le premier tome, les dessins sont toujours aussi élégants si ce n'est mieux. Ce tome 2 confirme le talent de Diaz Canales et Guardino et l'alchimie de leur travail ensemble. Il est agréable par exemple de constater l'évolution du temps, on passe peu à peu de la fin de l'automne au début de l'hiver par une neige qui envahit progressivement les décors. John Blacksad tout comme son univers de façon générale gagnent en envergure.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…