Accéder au contenu principal

Blacksad - Tome 2 : Artic Nation

"Quelque part entre les ombres" installait le personnage de John Blacksad, un chat détective privé, archétype du héros solitaire des années 50 et le plongeait dans l'histoire du meurtre de son ancienne maîtresse par un homme d'affaires (ou plutôt un crapaud d'affaires car tous les protagonistes sont des animaux) limite mafieux. L'intrigue était classique mais d'une grande efficacité grâce aux dessins et au découpage d'une qualité exceptionnelle.

Ici, le détective est chargé de retrouver Kayleigh, une fillette d'un quartier pauvre appelé "The line" où une guerre des gangs sévit entre les Black Claws et les Artics. On distingue très bien à quels groupes font référence ces deux clans. Le premier fait nettement penser aux black panthers (car composé uniquement d'animaux noirs) tandis que le second est une référence au Ku Klux Klan (les animaux membres sont tous blancs). Element central de l'histoire, la description des Artics est plus développée par les auteurs. Leurs membres proviennent de tous milieux, de la haute société aux catégories populaires en passant par la police ; et comme le Ku Klux Klan, ils tiennent des réunions clandestines au cours desquelles, ils portent toges et cagoules.

Personnage solitaire, John Blacksad n'est le bienvenu ni chez les Black Claws ni chez les Artics, le héros étant un chat noir au museau blanc et donc sujet à la suspicion pour chacun des clans. Il sera néanmoins amené dans son enquête à faire équipe avec Weekly, journaliste un peu filou personnalisé pertinemment en fouine. Si leur première rencontre tourne court au détriment de ce dernier, le héros se prendra finalement d'amitié pour lui jusqu'à risquer sa vie pour le sortir du lynchage que lui ont préparé les Artics. 

L'intrigue est plus développée, plus intéressante que précédemment et tout comme le premier tome, les dessins sont toujours aussi élégants si ce n'est mieux. Ce tome 2 confirme le talent de Diaz Canales et Guardino et l'alchimie de leur travail ensemble. Il est agréable par exemple de constater l'évolution du temps, on passe peu à peu de la fin de l'automne au début de l'hiver par une neige qui envahit progressivement les décors. John Blacksad tout comme son univers de façon générale gagnent en envergure.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…