Accéder au contenu principal

Les westerns de Sergio Sollima

L'histoire du western italien veut qu'il y ait trois Sergio représentatifs du genre : Sergio Leone que l'on ne présente plus tant sa renommée a traversé les frontières et les années, Sergio Corbucci dont la noirceur a marqué et marque encore aujourd'hui ceux qui s'intéressent à lui, un nombre  qui a peu à peu grandi au fil des années et enfin, Sergio Sollima qui n'aura livré que trois westerns transalpins : La resa dei conti, Faccia a faccia et Corri uomo corri.

Ma découverte de ces films est récente. Selon quelques articles que j'avais lu bien avant de les regarder, les westerns de Sergio Sollima faisaient état d'un propos politique dans leur façon de prendre parti pour les faibles face aux puissants.

Dans La resa dei conti (1966), Jonathan Corbett (Lee Van Cleef), chasseur de primes candidat aux élections sénatoriales, se lance dans la traque de Cuchillo (Tomas Milian), accusé du viol et du meurtre d'une fillette. Avec Faccia a faccia (1967), un enseignant de la Nouvelle Angleterre joué par Gian Maria Volontè prend goût à la vie de hors-la-loi après être venu en aide à Solomon Benett (Tomas Milian), un bandit notoire. Corri uomo corri (1968) est la suite du premier westrn de Sergio Sollima où Cuchillo (toujours interprété par Tomas Milian) se retrouve dans une histoire de trésor caché après s'être évadé de prison.

Effectivement, au lyrisme de Leone et à la noirceur de Corbucci, Sollima substitue un fond possiblement politique, de gauche ; mais sur la forme, c'est très ennuyeux, voire parfois même ridicule. Voir, dans La resa dei conti, le traditionnel duel revolver contre revolver remplacé par un duel revolver contre couteau m'a presque fait rire... et consterné par l'absurdité de la chose. S'il avait été dramatisé par la mise en scène, c'eut été fort divertissant mais Sollima est incapable de l'illustrer de la sorte.

Faccia a faccia semble bénéficier d'un budget plus confortable et d'un scénario plus abouti mais l'ennui finit par prendre le dessus au bout d'une heure. Sergio Sollima ne parvient pas à donner de l'ampleur à un propos contenant pourtant la possibilité de développements prometteurs : un professeur refusant de rejoindre sa vie d'honnête homme après avoir goûté au grand banditisme.

Le budget du dernier western, Corri uomo corri, est certainement le plus important des trois : plus de personnages, plus de décors, plus de péripéties, etc. Si la mise en scène du réalisateur progresse, l'ensemble n'est cependant pas des plus passionnants. Malgré la volonté manifeste de donner du relief aux personnages comme dans l'enchaïnement des séquences, l'ensemble ne décolle véritablement jamais et à nouveau, l'ennui finit par gagner. Et Sollima récidive avec son duel revolver contre couteau.

Si ces trois westerns ne sont pas détestables, ils restent, à mon avis des œuvres assez mineures du genre. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…

James Bond, l'art d'une légende : du story-board au grand écran (2006) - Laurent Bouzereau

C'est évidemment le sujet qui m'a attiré vers ce livre mais c'est le nom de Laurent Bouzereau qui m'a convaincu d'en faire l'acquisition. On lui doit parmi les making-of les plus intéressants sur DVD, loin des réalisations promotionnelles formatées auxquelles ces supports nous habituent généralement. J'ignorais d'ailleurs qu'il était aussi le concepteur de livres sur la fabrication de films.
Agrémenté de photographies plus ou moins rares, James Bond, l'art d'une légende est divisé en plusieurs thèmes (acteurs, décors, musiques, etc.). J'ai particulièrement apprécié les extraits de storyboards, ces illustrations étant toujours amussantes à comparer avec le résultat final sur pellicule. Il regroupe aussi des anecdotes et des citations des membres des équipes techniques (réalisateurs, producteurs, décorateurs, etc.) mais aussi d'autres personnes, illustres, telles que Steven Spielberg, Peter Jackson, Ridley Scott et autres. Steven Spie…