Accéder au contenu principal

Les westerns de Sergio Sollima

L'histoire du western italien veut qu'il y ait trois Sergio représentatifs du genre : Sergio Leone que l'on ne présente plus tant sa renommée a traversé les frontières et les années, Sergio Corbucci dont la noirceur a marqué et marque encore aujourd'hui ceux qui s'intéressent à lui, un nombre  qui a peu à peu grandi au fil des années et enfin, Sergio Sollima qui n'aura livré que trois westerns transalpins : La resa dei conti, Faccia a faccia et Corri uomo corri.

Ma découverte de ces films est récente. Selon quelques articles que j'avais lu bien avant de les regarder, les westerns de Sergio Sollima faisaient état d'un propos politique dans leur façon de prendre parti pour les faibles face aux puissants.

Dans La resa dei conti (1966), Jonathan Corbett (Lee Van Cleef), chasseur de primes candidat aux élections sénatoriales, se lance dans la traque de Cuchillo (Tomas Milian), accusé du viol et du meurtre d'une fillette. Avec Faccia a faccia (1967), un enseignant de la Nouvelle Angleterre joué par Gian Maria Volontè prend goût à la vie de hors-la-loi après être venu en aide à Solomon Benett (Tomas Milian), un bandit notoire. Corri uomo corri (1968) est la suite du premier westrn de Sergio Sollima où Cuchillo (toujours interprété par Tomas Milian) se retrouve dans une histoire de trésor caché après s'être évadé de prison.

Effectivement, au lyrisme de Leone et à la noirceur de Corbucci, Sollima substitue un fond possiblement politique, de gauche ; mais sur la forme, c'est très ennuyeux, voire parfois même ridicule. Voir, dans La resa dei conti, le traditionnel duel revolver contre revolver remplacé par un duel revolver contre couteau m'a presque fait rire... et consterné par l'absurdité de la chose. S'il avait été dramatisé par la mise en scène, c'eut été fort divertissant mais Sollima est incapable de l'illustrer de la sorte.

Faccia a faccia semble bénéficier d'un budget plus confortable et d'un scénario plus abouti mais l'ennui finit par prendre le dessus au bout d'une heure. Sergio Sollima ne parvient pas à donner de l'ampleur à un propos contenant pourtant la possibilité de développements prometteurs : un professeur refusant de rejoindre sa vie d'honnête homme après avoir goûté au grand banditisme.

Le budget du dernier western, Corri uomo corri, est certainement le plus important des trois : plus de personnages, plus de décors, plus de péripéties, etc. Si la mise en scène du réalisateur progresse, l'ensemble n'est cependant pas des plus passionnants. Malgré la volonté manifeste de donner du relief aux personnages comme dans l'enchaïnement des séquences, l'ensemble ne décolle véritablement jamais et à nouveau, l'ennui finit par gagner. Et Sollima récidive avec son duel revolver contre couteau.

Si ces trois westerns ne sont pas détestables, ils restent, à mon avis des œuvres assez mineures du genre. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Goldfinger (1959) - Ian Fleming

"James Bond, dans la salle d'attente de l'aéroport de Miami, se livrait à des considérations sur la vie et la mort, après avoir avalé deux doubles bourbons.
Tuer faisait partie de son métier. La chose ne lui plaisait guère, mais, lorsqu'il y était obligé, il la faisait de son mieux et l'oubliait le plus vite possible. En tant qu'agent secret dont le matricule était précédé du rarissime double 0 (ce qui lui conférait le droit de tuer où et quand il le jugeait bon), il était de son devoir de considérer la mort avec autant de calme qu'un chirurgien. Lorsque cela arrivait, c'est qu'il n'y avait pas d'autre solution à envisager. Les regrets étaient superflus. Bien plus, l'idée de la mort était profondément ancrée en James Bond."
Les considérations sur la mort qui ouvrent Goldfinger et auxquelles se livre James Bond peuvent paraître surprenantes. En réalité, elles correspondent à l'évolution du personnage. Après avoir fait tuer son hér…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …