Accéder au contenu principal

Walking dead - 6. Vengeance

Rick, Michonne et Glenn parviennent à fuir Woodsburry, le lieu où l'autoproclamé gouverneur régnait en maître, pour retourner au pénitencier. Avec eux, Martinez qui ne supportait plus le gouverneur. Mais à leur arrivée à la prison, ils constatent que l'entrée est grande ouverte et que les morts vivants ont investi l'enceinte du bâtiment. L'inquiétude est grande quant au sort de ceux qui étaient restés là...

Les zombies sont une évidente menace pour les survivants mais les humains ne le sont-ils pas pour eux-même ? Martinez avait en réalité pour mission de retourner voir le gouverneur pour lui indiquer le chemin vers la prison, lieu nettement plus sécurisé.

Rick prend de la consistance. Il n'hésitera pas à écraser Martinez avec un camping-car alors qu'il partait rejoindre le gouverneur pour lui donner le chemin vers la prison. Rick s'interrogera sur sa propre condition d'être humain pour avoir tué froidement Martinez.

Bien sûr, on reste sur des considérations assez basiques mais les interrogations qui agitent quelques personnages les rendent attachants, humains et maintiennent l'intérêt pour un univers qui a pourtant été exploité de nombreuses fois, principalement au cinéma. D'ailleurs, la dernière en date s'appelle Maggie et met en scène un Arnold Schwarzenegger dont la fille devient peu à peu un zombie dans un monde où semble se propager une pandémie "zombiesque".

Décidément, les histoires de zombies se déclinent sous toutes les formes jusqu'aux plus improbables ; mais le côté "survivalisme" de Walking dead me parle plus qu'un pseudo drame à la mode "zombie", d'autant plus que les premiers avis que j'ai pu lire sur ce film ne sont pas très encourageants. C'est de cette façon que George A. Romero a développé les films de sa trilogie des morts vivants. Si j'en reviens toujours à eux, c'est que, de mon point de vue, aucune mise en scène n'a fait mieux, même lorsque Romero lui même prolongera son univers de trois autres réalisations (Land of the dead, Diary of the dead et Survival of the dead).

Et pourtant, Walking dead, jusqu'ici, perpétue le thème des morts vivants avec brio. L'avantage du comic est que, s'étendant sur plusieurs numéros, il peut prendre le temps de développer la personnalité des protagonistes tout comme imaginer des situations originales et inédites, ce qui est impossible à faire au sein d'un film du fait de sa durée limitée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…