Accéder au contenu principal

Durango - Tome 4 : "Amos"

J'aime bien les westerns italiens mais je suis loin d'en connaître toutes les productions et l'entier historique du genre. Pendant longtemps, j'en suis resté aux films de Sergio Leone et au Django de Sergio Corbucci en ignorant beaucoup d'autres alors que certains méritent qu'on s'y intéresse un peu. La série de bandes dessinées Durango est très influencée par le western transalpin. Quand on connait le film Il grande silenzio, on s'aperçoit que le premier tome Les chiens meurent en hiver s'en inspire grandement. Je me demande donc si le personnage d'Amos qui apparait dans l'album dont il est question ici n'est pas inspiré de Cuchillo dans La resa dei conti (titre français : Colorado) ou si Yves Swolfs ne se serait pas inspiré d'un personnage d'un autre western italien. Considérant donc les influences du genre dans les précédents tomes et ceux qui suivront, la question peut être posée. Si quelqu'un a la réponse, il est cordialement invité à en faire part en commentaire.

La tête de Durango a été mise à prix. Alors qu'il se cache au Mexique, il sauve un certain Rodriguez Amos du guet-apens organisé par une bande de chasseurs de primes. Les deux hommes vont alors faire un bout de chemin ensemble dans les contrées arides mexicaines poursuivis par des hommes qui leur en veulent pour diverses raisons, notamment pour toucher les primes promises.

Plus cette série avance, plus elle s'améliore, aussi bien sur le plan narratif que graphique. Le dessin s'affine encore et la mise en page s'allège, même s'il reste encore des maladresses. Yves Swolfs a toujours des difficultés à dessiner des visages féminins.

On sent également une volonté de fournir un récit ambitieux dont "Amos" n'est qu'un début. En effet, avec cet album, Yves Swolfs lance une aventure qui se poursuivra dans les deux tomes suivants dans un style très "western spaghetti" comme depuis le début de la série et qui perdurera dans les épisodes suivants. Jusqu'à présent, l'auteur s'était contenté de livrer des épisodes achevés en un volume, ce qui n'empêchait cependant pas que des personnages réapparaissent d'un opus à l'autre. D'ailleurs, celui-ci est la conséquence de Piège pour un tueur.

Lorsqu'on atteint la dernière page, on a hâte de se plonger dans Sierra sauvage pour savoir ce qu'il advient de Durango qui n'est pas dans une position des plus confortables.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …