Accéder au contenu principal

Durango - Tome 5 : Sierra sauvage

Durango est retenu dans une prison du Texas au début de Sierra sauvage où il attend d'être pendu. Un marché lui est imposé par des représentants de l’État texan : il obtiendra l'immunité s'il retrouve et ramène Amos (cf. le tome précédent), toujours en cavale au Mexique. Évidemment, Durango sera étroitement encadré par des marshalls au cours de cette "mission".

Ce cinquième album est donc la suite directe de "Amos" pour une trilogie qui s'achèvera avec l'album suivant, Le destin d'un desperado. Alors que le personnage est avant tout inspiré de celui joué par Jean-Louis Trintignant dans Il grande silenzio, c'est la voix française de Clint Eastwood qu'il a dans les westerns de Sergio Leone, celle de Jacques Deschamps, qui résonnait dans ma tête quand le pistolero parlait dans cette aventure. Si les films étrangers se regardent en VO, il existe des exceptions, les westerns italiens en font partie. En effet, les acteurs étant souvent de nationalités différentes (américaine, italienne, espagnole, française et même allemande) et chacun jouant dans leur propre langue avant que la post synchronisation ne soit enregistrée, il n'y a pas de VO à proprement parlé ; et Sergio Leone avait affirmé que les versions françaises de ses westerns étaient les meilleures.

Un passage m'a tout de suite évoqué des scènes "typiques" du western, surtout un italien et un américain. Il s'agit de Per un pugno di dollari et The wild bunch ; mais je suis certain que d'autres westerns utilisent ce même genre de moment. En effet, Durango est amené à employer une mitrailleuse de type Gatling sur des militaires mexicains. Ramon Rodos (Gian Maria Volontè) se sert d'une arme similaire sur des soldats mexicains dans le film de Sergio Leone ; et dans le final ultra violent du chef d’œuvre de Sam Peckinpah, l'un des membres de la bande de Pike Bishop (William Holden) mitraille aussi des militaires mexicains de la même façon.

Avec Sierra sauvage et surtout la trilogie dont il constitue le pivot central, Yves Swolfs fait entrer son personnage dans l'aventure épique où les enjeux ne concernent plus seulement quelques individus mais l'avenir d'une région, en l’occurrence une partie du Mexique (pays mis en avant par beaucoup de westerns au cinéma  et dont le point d'orgue est à mes yeux Giù la testa (Il était une fois la révolution) de Sergio Leone).

Le propos se fait également politique. Amos prend conscience du sens révolutionnaire de son action au contact de Max, un allemand acquis au marxisme et venu au Mexique pour goûter concrètement à la révolution.. Son intervention provoquera une scission dans le groupe entre les plus (inutilement) violents influencés par un certain Larenza et les autres qui choisissent de suivre Amos et ses motivations de liberté et de justice.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…