Accéder au contenu principal

Durango - Tome 5 : Sierra sauvage

Durango est retenu dans une prison du Texas au début de Sierra sauvage où il attend d'être pendu. Un marché lui est imposé par des représentants de l’État texan : il obtiendra l'immunité s'il retrouve et ramène Amos (cf. le tome précédent), toujours en cavale au Mexique. Évidemment, Durango sera étroitement encadré par des marshalls au cours de cette "mission".

Ce cinquième album est donc la suite directe de "Amos" pour une trilogie qui s'achèvera avec l'album suivant, Le destin d'un desperado. Alors que le personnage est avant tout inspiré de celui joué par Jean-Louis Trintignant dans Il grande silenzio, c'est la voix française de Clint Eastwood qu'il a dans les westerns de Sergio Leone, celle de Jacques Deschamps, qui résonnait dans ma tête quand le pistolero parlait dans cette aventure. Si les films étrangers se regardent en VO, il existe des exceptions, les westerns italiens en font partie. En effet, les acteurs étant souvent de nationalités différentes (américaine, italienne, espagnole, française et même allemande) et chacun jouant dans leur propre langue avant que la post synchronisation ne soit enregistrée, il n'y a pas de VO à proprement parlé ; et Sergio Leone avait affirmé que les versions françaises de ses westerns étaient les meilleures.

Un passage m'a tout de suite évoqué des scènes "typiques" du western, surtout un italien et un américain. Il s'agit de Per un pugno di dollari et The wild bunch ; mais je suis certain que d'autres westerns utilisent ce même genre de moment. En effet, Durango est amené à employer une mitrailleuse de type Gatling sur des militaires mexicains. Ramon Rodos (Gian Maria Volontè) se sert d'une arme similaire sur des soldats mexicains dans le film de Sergio Leone ; et dans le final ultra violent du chef d’œuvre de Sam Peckinpah, l'un des membres de la bande de Pike Bishop (William Holden) mitraille aussi des militaires mexicains de la même façon.

Avec Sierra sauvage et surtout la trilogie dont il constitue le pivot central, Yves Swolfs fait entrer son personnage dans l'aventure épique où les enjeux ne concernent plus seulement quelques individus mais l'avenir d'une région, en l’occurrence une partie du Mexique (pays mis en avant par beaucoup de westerns au cinéma  et dont le point d'orgue est à mes yeux Giù la testa (Il était une fois la révolution) de Sergio Leone).

Le propos se fait également politique. Amos prend conscience du sens révolutionnaire de son action au contact de Max, un allemand acquis au marxisme et venu au Mexique pour goûter concrètement à la révolution.. Son intervention provoquera une scission dans le groupe entre les plus (inutilement) violents influencés par un certain Larenza et les autres qui choisissent de suivre Amos et ses motivations de liberté et de justice.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…