Accéder au contenu principal

Durango - Tome 5 : Sierra sauvage

Durango est retenu dans une prison du Texas au début de Sierra sauvage où il attend d'être pendu. Un marché lui est imposé par des représentants de l’État texan : il obtiendra l'immunité s'il retrouve et ramène Amos (cf. le tome précédent), toujours en cavale au Mexique. Évidemment, Durango sera étroitement encadré par des marshalls au cours de cette "mission".

Ce cinquième album est donc la suite directe de "Amos" pour une trilogie qui s'achèvera avec l'album suivant, Le destin d'un desperado. Alors que le personnage est avant tout inspiré de celui joué par Jean-Louis Trintignant dans Il grande silenzio, c'est la voix française de Clint Eastwood qu'il a dans les westerns de Sergio Leone, celle de Jacques Deschamps, qui résonnait dans ma tête quand le pistolero parlait dans cette aventure. Si les films étrangers se regardent en VO, il existe des exceptions, les westerns italiens en font partie. En effet, les acteurs étant souvent de nationalités différentes (américaine, italienne, espagnole, française et même allemande) et chacun jouant dans leur propre langue avant que la post synchronisation ne soit enregistrée, il n'y a pas de VO à proprement parlé ; et Sergio Leone avait affirmé que les versions françaises de ses westerns étaient les meilleures.

Un passage m'a tout de suite évoqué des scènes "typiques" du western, surtout un italien et un américain. Il s'agit de Per un pugno di dollari et The wild bunch ; mais je suis certain que d'autres westerns utilisent ce même genre de moment. En effet, Durango est amené à employer une mitrailleuse de type Gatling sur des militaires mexicains. Ramon Rodos (Gian Maria Volontè) se sert d'une arme similaire sur des soldats mexicains dans le film de Sergio Leone ; et dans le final ultra violent du chef d’œuvre de Sam Peckinpah, l'un des membres de la bande de Pike Bishop (William Holden) mitraille aussi des militaires mexicains de la même façon.

Avec Sierra sauvage et surtout la trilogie dont il constitue le pivot central, Yves Swolfs fait entrer son personnage dans l'aventure épique où les enjeux ne concernent plus seulement quelques individus mais l'avenir d'une région, en l’occurrence une partie du Mexique (pays mis en avant par beaucoup de westerns au cinéma  et dont le point d'orgue est à mes yeux Giù la testa (Il était une fois la révolution) de Sergio Leone).

Le propos se fait également politique. Amos prend conscience du sens révolutionnaire de son action au contact de Max, un allemand acquis au marxisme et venu au Mexique pour goûter concrètement à la révolution.. Son intervention provoquera une scission dans le groupe entre les plus (inutilement) violents influencés par un certain Larenza et les autres qui choisissent de suivre Amos et ses motivations de liberté et de justice.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…