Accéder au contenu principal

Durango - Tome 3 : Piège pour un tueur

Le deuxième tome, Les forces de la colère, n'était qu'une suite sans scénario franchement construit. De ce fait, il peut se voir comme une transition entre Les chiens meurent en hiver et l'album dont il est question ici, Piège pour un tueur. Ce troisième opus bénéficie donc d'une histoire indépendante et plus élaborée même si l'on reste au sein d'un schéma narratif assez classique. Durango arrive à Silverbridge où il doit rencontrer son nouvel employeur mais ce sont des cadavres et des hommes de main qui essaient d'attenter à sa vie qui l'accueillent à la gare ; et en ville, beaucoup de monde semblait attendre sa venue, trop au goût du pistolero. Très vite, il est accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis.

Le dessin s'est affiné et on remarque une fois de plus des clins d'oeil au genre western. Ainsi, quelques dessins de l'ouverture où Durango achète son Mauser C96 peuvent évoquer des angles de caméra de ce passage où Tuco (Eli Wallach) se procure un révolver dans le chef d'oeuvre de Sergio LeoneIl buono, il brutto, il cattivo (mon film préféré tous genres confondus). On aperçoit aussi Clint Eastwood, version l'homme sans nom, sur un cheval au milieu de la foule de Silverbridge. Il y a également ce cow-boy énigmatique qui finira par s'opposer à Durango et qui ressemble à Mallory, interprété par James Coburn dans Giù la testa (plus connu en France sous le titre Il était une fois la révolution) ; et si jamais Yves Swolfs ne s'en était pas inspiré, il ressemble à un type de personnage déjà vu dans d'autres westerns mais je ne parviens pas à me souvenir desquels il peut s'agir. S'ajoute également une évocation à Il grande silenzio, western qui avait intégralement inspiré le premier tome.

Tout cela intensifie le plaisir de la lecture lorsque l'on a un peu de connaissances en matière de westerns. Je n'avais pas remarqué tous ces hommages et allusions lorsque j'ai lu cette série les premières fois... il y a bien longtemps ; et pour cause, je n'avais pas encore vu tous ces films.

Saurez-vous retrouver Clint Eastwood dans cette page ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …