Accéder au contenu principal

Durango - Tome 2 : Les forces de la colère

A la fin du premier tome, Les chiens meurent en hiver, Durango sortait mal en point de son affrontement contre Reno et sa bande. Au début du tome 2, on le retrouve refugié chez un vieil homme qui l'a soigné ; mais la maison de ce dernier se trouvant sur le territoire de Peacefull Church, une ville bâtie par une communauté d'évangélistes, leur révérend exerce une pression pour que le pistolero quitte l'endroit. Parallèlement, un certain Callahan et sa bande se livrent au braquage d'une banque dans une ville voisine pour ensuite rejoindre Peacefull Church.

J'écrivais dans mon article consacré à Les chiens meurent en hiver que la série de bande dessinée Durango était très influencée par le western italien mais en relisant récemment le tome 2, je me suis demandé si pour son début, Yves Swolfs ne s'était pas inspiré d'un passage d'un western bel et bien américain de 1980, The long riders (devenu Le gang des frères James en France) réalisé par Walter Hill. En effet, des cases du braquage m'ont rappelé des plans d'un hold-up de banque auquel on assiste dans ce film. De plus, les personnages sont vêtus du même genre de longs manteaux ; similaires également à ceux que l'on peut voir dans C'era una volta il West. Ceci dit, les westerns se sont influencés entre eux, alors pourquoi pas une bande dessinée se déroulant dans le Far West influencée par le cinéma ? Ce doit aussi être le cas pour Blueberry mais je connais assez mal cette bande dessinée. A part cela, Les forces de la colère possède son propre développement.

Alors que des familles d'évangélistes ont accueilli chez elles les membres de la bande à Callahan, l'un d'eux tente en pleine nuit  de violer une jeune femme qui le tuera d'un coup de ciseaux pour éviter le terrible sort qu'il lui réservait. Il s'avèrera qu'il s'agit du propre fils de Callahan. Ce dernier sera fou de colère et Durango devient le seul rempart contre sa folie destructrice.

Ce deuxième tome apparait comme un album de transition pour un prochain opus. Ainsi, l'histoire apparait moins intéressante mais les dessins restent toujours d'un très bon niveau ; d'autant que Yves Swolfs semble avoir pris conscience des défauts qui pouvaient entâcher son travail de dessinateur.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

.

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …