Accéder au contenu principal

The Texas chain saw massacre (1974) - Tobe Hooper

Le 31 juillet dernier est sorti Texas chainsaw 3D. Contrairement à ce que je pensais, il ne s'agit pas d'un remake comme récemment pour les classiques de l'horreur The evil dead ou Maniac. Il s'agirait en réalité d'une suite. Dans la série Tronçonneuse, on compte désormais sept films. Il y a donc le film original de Tobe Hooper qui a lui même livré la première suite en 1986, The Texas chainsaw massacre part 2. Quatre ans plus tard, Jeff Burr met en scène Leatherface : The Texas chainsaw massacre 3 puis c'est au tour de Kim Henkel, le producteur et scénariste des deux premiers de livrer Texas chainsaw massacre : The next generation en 1994. En 2003, Marcus Nispel réalise un remake du film de Tobe Hooper et en 2006, Jonathan Liebesman est chargé de la suite du remake qui se déroule en fait avant les événements du remake. Vous suivez toujours ? Parce que le nouvel épisode qui vient de sortir en 3D est une suite directe au premier film, celui de Tobe Hooper.

En vérité, il faut se lever de bonne heure pour trouver une logique entre tous ces films. Si la première suite peut effectivement se raccrocher sans trop de problème au film original, l'ambiance n'en est pas moins nettement différente. D'un premier opus glauque, malsain et extrêmement brutal, on passe à une ambiance gore et ironique à la limite du second degré. Dans les films qui suivront, chaque famille Tronçonneuse sera différente, le seul élément constant étant Leatherface, l'attardé mental  au masque de peau humaine qui manie la tronçonneuse.

On peut aussi chercher la qualité. Si les deux longs métrages de Tobe Hooper ont gardé chacun dans leur style jusqu'à aujourd'hui leur efficacité, on ne peut pas en dire autant des autres films. Dans les troisième et quatrième films, on peut y voir des acteurs cachetonner en attendant de connaitre une gloire future. Dans Leatherface : The Texas chainsaw massacre 3, qui ne provoque qu'un ennui presque profond, on y trouve un Viggo_Mortensen qui n'était pas encore devenu le Aragorn du Lord of the Rings de Peter Jackson. Dans Texas chainsaw massacre : The next generation, un affreux navet, son seul intérêt est de pouvoir  admirer une Renée Zellweger qui n'était pas encore devenue Bridget Jones et un Matthew McConaughey qui n'avait pas encore tourné pour Steven Spielberg (Amistad).


Ce qui frappe aujourd'hui (si je puis dire), c'est l'absence totale d'éléments ludiques, ces éléments qui ont envahi une grande partie des productions horrifiques depuis plusieurs années. La série Saw par exemple : Sept films parmi les plus graphiquement violents de ces dernières années. Dans chacun d'eux, on assiste à l'enfermement de plusieurs personnages qui doivent se sortir de pièges divers et variés et surtout sadiques et cruels ; Malgré de terrifiantes ambiances,  il y a cette dimension ludique pour le spectateur, celle de découvrir des pièges de plus en plus élaborés. On peut aussi penser à House of the 1000 corpses de Rob Zombie. Lorgnant ouvertement du côté de The Texas chain saw massacre, il n'en demeure pas moins que l'ambiance fait preuve d'un second degré flagrant et d'un constant  humour noir.

Rien de tout cela dans The Texas chain saw massacre. Lorsque le premier meurtre survient, il n'est pas le résultat d'une machination montée de toutes pièces par un esprit calculateur. Leatherface apparaît, semble surpris de voir un étranger chez lui et abat une masse sur le crâne de la pauvre victime sans aucune raison apparente à ce qu'on vient subitement de voir. La caméra ne cherche pas le "plan qui tue", elle filme de loin. L'effet n'en est que plus troublant.


Paradoxalement, il y a très peu d'effets sanglants. Avec un pareil titre, on pourrait penser du contraire mais la mise en scène de la barbarie de certains passages, de la soudaineté des événements et de la démence qui s'exprime au cours du repas familial de fin remplacent aisément n'importe quel effet sanglant. De plus, un seul personnage est tué avec une tronçonneuse.

A l'époque, certains ont vu le film comme la manifestation de la fin d'une période, celle des années hippies et du flower power des années 60 que la guerre du Vietnam et ses conséquences, les mensonges de l'administration Nixon, le chômage et d'autres sujets de désillusions ont mis à mal. Dans le DVD de Studio Canal, Tobe Hooper affirme : "Je devenais désillusionné comme tous les jeunes de ma génération. Nous voulions changer les choses et Massacre à la tronçonneuse est ainsi devenu une métaphore cinématographique de la conjoncture de l'époque". Amusant de voir que des mêmes faits bien réels aient pu inspirer deux films complètement différents en fonction des périodes où ils ont été mis en scène. En effet, Psycho et The Texas chain saw massacre s'inspirent du tueur nécrophile Edward Theodore Gein.

Les années 90 fut une période de traversée du désert pour le cinéma d'horreur. Je me demande souvent s'il y a une signification du même acabit à donner au renouveau du cinéma horrifique depuis le début des années 2000.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…