Accéder au contenu principal

Dead rock machine

La sortie de Random Access Memories, le dernier album de Daft Punk, s'est faite à grand renfort de publicités, de supports médiatiques et de coups marketing. J'étais vraiment curieux d'entendre ce qu'allait livrer le groupe de musique électronique français mais en ce qui me concerne, c'est la déception. Je ne suis pas arrivé à l'écouter entièrement, tellement l'ensemble m'a ennuyé. Déjà, en découvrant Get lucky à la radio, j'ai eu un sentiment de déjà entendu et l'écoute de l'album m'a fait l'effet d'une sorte de revisite disco aux sons électro pop franchement pas novatrice. Si j'ai envie de sentir pousser des pattes d'eph en bas de mes pantalons et des pelles à tarte en guise de cols de chemises, j'écoute les Bee Gees. Je me demande où sont passés les géniaux inventeurs de Around the world du disque Homework qui, aujourd'hui encore, m’apparaît nettement plus moderne 15 ans après. Dommage...

Ainsi, je ne peux m'empêcher de faire le parallèle avec un autre groupe français de musique électronique dont le premier album est sorti récemment après avoir tourné quelques années avec un extended play : Dead rock machine.


Avec leur album Bright colors mean poison que j'ai déjà écouté 5 ou 6 fois en une semaine, j'ai retrouvé une fraîcheur dans les rythmes, les sons et les arrangements. On est dans une ambiance électro rock parfois agressive dont certains titres lorgnent avec talent du côté de la pop-rock britannique, celle de groupes comme Blur ou Franz Ferdinand.

Leur titre Far away now bénéficie d'un clip qui a le bon goût de renvoyer à un genre cinématographique que j'aime depuis que je suis adolescent, le Slasher. Il s'agit aussi d'un clin d'oeil au film de Michele Soavi, Deliria, plus connu en France sous le titre Bloody bird, où une troupe d'acteurs en répétition dans un théâtre se font éliminer les uns après les autres par un tueur en série portant un masque de tête de hibou. L'un des meilleurs du genre.


Commentaires

  1. Leur titre Far Away m'a fait un peu penser à un morceau de Yuksek "This is not today" en plus rock:
    http://www.youtube.com/watch?v=5aa2iKxeMco.
    Complètement d'accord avec toi concernant le dernier album de Daft Punk qui m'a vraiment déçue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      Je ne connaissais pas Yuksek.

      Merci.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…