Accéder au contenu principal

Dead rock machine

La sortie de Random Access Memories, le dernier album de Daft Punk, s'est faite à grand renfort de publicités, de supports médiatiques et de coups marketing. J'étais vraiment curieux d'entendre ce qu'allait livrer le groupe de musique électronique français mais en ce qui me concerne, c'est la déception. Je ne suis pas arrivé à l'écouter entièrement, tellement l'ensemble m'a ennuyé. Déjà, en découvrant Get lucky à la radio, j'ai eu un sentiment de déjà entendu et l'écoute de l'album m'a fait l'effet d'une sorte de revisite disco aux sons électro pop franchement pas novatrice. Si j'ai envie de sentir pousser des pattes d'eph en bas de mes pantalons et des pelles à tarte en guise de cols de chemises, j'écoute les Bee Gees. Je me demande où sont passés les géniaux inventeurs de Around the world du disque Homework qui, aujourd'hui encore, m’apparaît nettement plus moderne 15 ans après. Dommage...

Ainsi, je ne peux m'empêcher de faire le parallèle avec un autre groupe français de musique électronique dont le premier album est sorti récemment après avoir tourné quelques années avec un extended play : Dead rock machine.


Avec leur album Bright colors mean poison que j'ai déjà écouté 5 ou 6 fois en une semaine, j'ai retrouvé une fraîcheur dans les rythmes, les sons et les arrangements. On est dans une ambiance électro rock parfois agressive dont certains titres lorgnent avec talent du côté de la pop-rock britannique, celle de groupes comme Blur ou Franz Ferdinand.

Leur titre Far away now bénéficie d'un clip qui a le bon goût de renvoyer à un genre cinématographique que j'aime depuis que je suis adolescent, le Slasher. Il s'agit aussi d'un clin d'oeil au film de Michele Soavi, Deliria, plus connu en France sous le titre Bloody bird, où une troupe d'acteurs en répétition dans un théâtre se font éliminer les uns après les autres par un tueur en série portant un masque de tête de hibou. L'un des meilleurs du genre.


Commentaires

  1. Leur titre Far Away m'a fait un peu penser à un morceau de Yuksek "This is not today" en plus rock:
    http://www.youtube.com/watch?v=5aa2iKxeMco.
    Complètement d'accord avec toi concernant le dernier album de Daft Punk qui m'a vraiment déçue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      Je ne connaissais pas Yuksek.

      Merci.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…