Accéder au contenu principal

Frankenstein (1931) - James Whale


Quand j'étais en CE2, je me souviens qu'une chaîne de télévision, Antenne 2 peut-être ou FR3, avait programmé plusieurs classiques de l'épouvante dont Dracula que j'ai chroniqué ICI, Frankenstein ainsi que d'autres. Programmés tard le soir, j'avais tanné mes parents pour pouvoir les regarder, mon insistance s'étant soldé par un échec. Je me souviens aussi qu'à l'école, les copains et moi nous étions partagés notre frustration de n'avoir pu voir ces films, ces monstres nourrissant notre imagination d'enfant. Il y en avait un, Laurent C, un doublant, qui du fait qu'il était plus âgé que nous, s'était permis de nous dire que nos parents avaient raison de nous censurer parce que Frankenstein était un monstre avec plein de cicatrices sur le visage, ce qui pouvait nous traumatiser. Je n'avais aucune leçon à recevoir de quiconque sur mes attraits cinématographiques et certainement pas d'un doublant. Je me souviens, je lui avais collé une mandale dans la tronche.

30 ans plus tard, je vois enfin Frankenstein. Laurent C avait menti. Frankenstein n'a pas le visage couvert de cicatrices parce que celui-ci est le savant qui créé l'être à partir de différents morceaux de cadavres humains. De plus, cet être, communément appelé la créature de Frankenstein n'a pas non plus le visage rempli de cicatrices et il n'est pas si effrayant que ça. Bon, c'est vrai, le film a plus de 80 ans. Ce qui était effrayant à l'époque, ne l'est plus aujourd'hui, surtout après huit décennies de surenchères dans le genre. Malgré cela, le film n'a pas pris une ride et ses qualités, principalement esthétiques, sont indéniables.

Entre ambiances gothiques et expressionnistes, le film offre de nombreuses images toujours saisissantes de nos jours, du cimetière où Henry Frankenstein (Colin Clive) et Fritz (Dwight Frye) son assistant viennent se fournir en cadavres jusqu'au moulin en feu où l'histoire se conclue sans oublier le laboratoire en haut d'une vieille tour de guet.

Les acteurs participent évidemment à la réussite de Frankenstein à commencer par Boris Karloff qui interprète la créature. Par sa gestuelle, l'acteur fait preuve d'indéniables subtilités conférant à son personnage une profonde humanité. La créature est une victime suscitant l'empathie plus qu'un monstre provocant la terreur. Persécuté par Fritz et sa torche en feu, il est rejeté par son créateur qui ne sait finalement pas quoi faire de lui. La scène où il jette à l'eau la petite fille Maria (Marilyn Harris) est terrible, il ne se rend pas compte qu'il vient de la noyer pensant que celle-ci allait flotter comme les fleurs qu'ils se sont amusés à lancer dans l'eau.

Il y a également ce passage toujours aussi dramatique aujourd'hui où la caméra suit le père de Maria, le corps de sa fille noyée dans ses bras, traversant le village en fête en célébration du mariage du docteur Frankenstein et d'Elizabeth (Mae Clarke). Progressivement, les villageois cessent de danser et de boire et se regroupent un à un derrière lui qui va déposer son enfant devant le bourgmestre. Très moderne pour l'époque. S'en suivra la traque de la créature.

Je n'ai pas lu le roman de Mary Shelley. Apparemment, des libertés et des raccourcis ont été pris par rapport à celui-ci. Malgré cela et sa courte durée, à peine 1h15, Frankenstein reste un bijou du cinéma d'épouvante. La restauration désormais visible sur le blu-ray ne fait qu'augmenter le plaisir. J'avais vu l'adaptation de Kenneth Branagh avec Robert De Niro dans le rôle du monstre et bien que sa fidélité à l'oeuvre d'origine soit reconnue, il ne m'avait pas autant impressionné.

Commentaires

  1. Article très intéressant, qui donne envie de voir le film. Décidément, ce blog donne envie de mieux connaître le cinéma.
    Au sujet de ce film, et de l'épouvante des années 1930, faut-il voir dans les thèmes horrifiques développés à l'époque une résonance avec la crise économique et les ravages qu'elle a causé dans la société US?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anonyme... même si je sais qui tu es :)

      Faut-il voir dans les films d'épouvante de l'époque une résonance avec la crise de 1929 ? C'est possible et si je ne suis pas entièrement affirmatif, c'est que j'ai des lacunes concernant le cinéma d'épouvante entre les deux guerres mondiales et pas uniquement dans ce genre.

      Esthétiquement, il est évident que Frankenstein profite de l'expressionnisme allemand. A la fin des années 20 et dans les années 30, pas mal d'artistes allemands dont certains travaillant dans le cinéma ont fui la montée du nazisme pour les Etats-Unis. Ce qui est intéressant avec Frankenstein, c'est que l'esthétique expressionniste se mélange avec un style gothique anglo saxon et j'ai trouvé l'ensemble vraiment excellent.

      Pour la question du lien entre crise et cinéma horrifique, il est reconnu que ce genre de cinéma s'est développé dans des périodes de crise : crise économique, politique, sociale ; et bien sûr, tout cela est lié. Pour Frankenstein, on peut faire le parallèle entre la création de la créature au moyen d'un laboratoire moderne (pour l'époque) au cours de laquelle le Dr Frankenstein s'exclame qu'il ressent ce qu'a dû ressentir Dieu (une phrase coupée au montage pendant longtemps) et les discours nazis eugéniques ayant abouti aux expériences et atrocités que l'on connait. D'ailleurs, dans le roman qui date de la 1ère moitié du XIXème siècle, il n'y a pas de laboratoire.

      Pour parler d'une période du cinéma d'horreur que je connais mieux, il est certain que ce genre s'est développé dès la fin des années 60 et surtout dans les années 70, une période de crise : tensions Est/ouest, guerre du Vietnam, Watergate, crack pétrolier, etc. A plusieurs reprises, j'ai lu dans des magazines tels que L'Ecran Fantastique ou Mad Movies que "Massacre à la tronçonneuse" était le film qui symbolisait la fin des illusions, la fin des hippies, la fin du power flowers et je suis d'accord avec cette interprétation. "Massacre à la tronçonneuse" raconte quand même l'histoire d'amis hippies qui se font charcuter de façon abominable par une famille de dégénérés.

      D'ailleurs, certains maquilleurs du cinéma d'horreur se sont inspirés des atrocités de la guerre du Vietnam pour créer leurs maquillages et effets spéciaux. Tom Savini, l'un des plus célèbres maquilleurs (Zombie, Le jour des morts vivants, Vendredi 13, Maniac, Massacre à la tronçonneuse 2 et metteur en scène d'un remake plutôt réussi de La nuit des morts vivants) a d'ailleurs été photographe de guerre au Vietnam.

      Après une période creuse dans les années 90, le cinéma d'horreur connait une recrudescence depuis le début des années 2000 (effet 11 septembre 2001 ? 2ème guerre du Golfe ?) qui s'est intensifiée depuis 3-4 ans. Certains films à venir s'annoncent d'ailleurs assez gratinés (les 1ères images du remake de "Evil dead" qui sort bientôt annoncent un film assez impressionnant). Faut-il y voir un lien avec la crise actuelle ? J'ai tendance à penser que oui. Alors... Vive la crise ?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…