Accéder au contenu principal

Ice age : Continental drift (2012) - Steve Martino & Michael Thurmeier

Je dois reconnaître avoir un certain faible pour les longs métrages d'animation, à partir du moment où ils ne prennent pas trop les enfants pour des demeurés... ni les adultes d'ailleurs ; Parce que dans le genre, il y a à boire et à manger et les niaiseries se ramassent à la pelle. Les plus détestables sont ceux qui cumulent une histoire des plus bêtes avec une animation des plus approximatives. Rien de tout cela avec le 4ème opus de Ice age qui réussit à être meilleur que le précédent qui m'avait laissé un peu sur ma faim.

Manny le mammouth, Diego le tigre à dents de sabre et Sid le paresseux sont de retour. Bien sûr, on n'oublie pas Scrat l'écureuil dont la seule préoccupation est de courir après un gland sans jamais réussir à l'attraper mais dont la quête désespérée est à l'origine de catastrophes diverses. Ici, il est responsable de la dérive des continents, rien que ça. La conséquence est que Manny, Diego et Sid vont se retrouver séparés de leurs proches. Errant dans l'océan sur un morceau de glace, ils vont être confrontés à une bande de pirates.

C'est dynamique, drôle, un peu bébête parfois il faut bien le reconnaître mais jamais idiot. On remarquera quelques clins d'oeil et références à d'autres films dont The lord of the rings et Avatar. Les plus perspicaces pourront repérer une référence à Samuel Taylor Coleridge et son poème The rime of the ancient mariner et qui avait déjà inspiré dans un autre registre le groupe de heavy metal Iron Maiden avec une chanson au titre éponyme.

L'image 3D du Blu-ray aux couleurs somptueuses est superbe. Comme c'est souvent le cas pour les films d'animation, la 3D a fait l'objet d'un travail remarquable. Profondeurs et perspectives plongent le spectateur au coeur de l'univers et des péripéties dont une tempête au milieu de l'océan des plus spectaculaires.

Et bien entendu, tout est bien qui finit bien !




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…