Accéder au contenu principal

Ice age : Continental drift (2012) - Steve Martino & Michael Thurmeier

Je dois reconnaître avoir un certain faible pour les longs métrages d'animation, à partir du moment où ils ne prennent pas trop les enfants pour des demeurés... ni les adultes d'ailleurs ; Parce que dans le genre, il y a à boire et à manger et les niaiseries se ramassent à la pelle. Les plus détestables sont ceux qui cumulent une histoire des plus bêtes avec une animation des plus approximatives. Rien de tout cela avec le 4ème opus de Ice age qui réussit à être meilleur que le précédent qui m'avait laissé un peu sur ma faim.

Manny le mammouth, Diego le tigre à dents de sabre et Sid le paresseux sont de retour. Bien sûr, on n'oublie pas Scrat l'écureuil dont la seule préoccupation est de courir après un gland sans jamais réussir à l'attraper mais dont la quête désespérée est à l'origine de catastrophes diverses. Ici, il est responsable de la dérive des continents, rien que ça. La conséquence est que Manny, Diego et Sid vont se retrouver séparés de leurs proches. Errant dans l'océan sur un morceau de glace, ils vont être confrontés à une bande de pirates.

C'est dynamique, drôle, un peu bébête parfois il faut bien le reconnaître mais jamais idiot. On remarquera quelques clins d'oeil et références à d'autres films dont The lord of the rings et Avatar. Les plus perspicaces pourront repérer une référence à Samuel Taylor Coleridge et son poème The rime of the ancient mariner et qui avait déjà inspiré dans un autre registre le groupe de heavy metal Iron Maiden avec une chanson au titre éponyme.

L'image 3D du Blu-ray aux couleurs somptueuses est superbe. Comme c'est souvent le cas pour les films d'animation, la 3D a fait l'objet d'un travail remarquable. Profondeurs et perspectives plongent le spectateur au coeur de l'univers et des péripéties dont une tempête au milieu de l'océan des plus spectaculaires.

Et bien entendu, tout est bien qui finit bien !




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…