Accéder au contenu principal

Ice age : Continental drift (2012) - Steve Martino & Michael Thurmeier

Je dois reconnaître avoir un certain faible pour les longs métrages d'animation, à partir du moment où ils ne prennent pas trop les enfants pour des demeurés... ni les adultes d'ailleurs ; Parce que dans le genre, il y a à boire et à manger et les niaiseries se ramassent à la pelle. Les plus détestables sont ceux qui cumulent une histoire des plus bêtes avec une animation des plus approximatives. Rien de tout cela avec le 4ème opus de Ice age qui réussit à être meilleur que le précédent qui m'avait laissé un peu sur ma faim.

Manny le mammouth, Diego le tigre à dents de sabre et Sid le paresseux sont de retour. Bien sûr, on n'oublie pas Scrat l'écureuil dont la seule préoccupation est de courir après un gland sans jamais réussir à l'attraper mais dont la quête désespérée est à l'origine de catastrophes diverses. Ici, il est responsable de la dérive des continents, rien que ça. La conséquence est que Manny, Diego et Sid vont se retrouver séparés de leurs proches. Errant dans l'océan sur un morceau de glace, ils vont être confrontés à une bande de pirates.

C'est dynamique, drôle, un peu bébête parfois il faut bien le reconnaître mais jamais idiot. On remarquera quelques clins d'oeil et références à d'autres films dont The lord of the rings et Avatar. Les plus perspicaces pourront repérer une référence à Samuel Taylor Coleridge et son poème The rime of the ancient mariner et qui avait déjà inspiré dans un autre registre le groupe de heavy metal Iron Maiden avec une chanson au titre éponyme.

L'image 3D du Blu-ray aux couleurs somptueuses est superbe. Comme c'est souvent le cas pour les films d'animation, la 3D a fait l'objet d'un travail remarquable. Profondeurs et perspectives plongent le spectateur au coeur de l'univers et des péripéties dont une tempête au milieu de l'océan des plus spectaculaires.

Et bien entendu, tout est bien qui finit bien !




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Goldfinger (1959) - Ian Fleming

"James Bond, dans la salle d'attente de l'aéroport de Miami, se livrait à des considérations sur la vie et la mort, après avoir avalé deux doubles bourbons.
Tuer faisait partie de son métier. La chose ne lui plaisait guère, mais, lorsqu'il y était obligé, il la faisait de son mieux et l'oubliait le plus vite possible. En tant qu'agent secret dont le matricule était précédé du rarissime double 0 (ce qui lui conférait le droit de tuer où et quand il le jugeait bon), il était de son devoir de considérer la mort avec autant de calme qu'un chirurgien. Lorsque cela arrivait, c'est qu'il n'y avait pas d'autre solution à envisager. Les regrets étaient superflus. Bien plus, l'idée de la mort était profondément ancrée en James Bond."
Les considérations sur la mort qui ouvrent Goldfinger et auxquelles se livre James Bond peuvent paraître surprenantes. En réalité, elles correspondent à l'évolution du personnage. Après avoir fait tuer son hér…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …