Accéder au contenu principal

The Lord of the Rings - The Fellowship of the Ring (2001) - Peter Jackson

Ce mois ci sort The Hobbit - An unexpected journey, premier film d'une trilogie adaptant The Hobbit de J. R. R. Tolkien. Mis en scène par le néo-zélandais Peter Jackson, celui-ci avait déjà adapté en trois films l’œuvre la plus connue de Tolkien, The Lord of the Rings qui se déroule dans le même univers d'héroïc-fantasy où l'on retrouve également certains personnages.

The Lord of the Rings, le livre, m'est tombé des mains lorsque j'ai voulu le lire. Peut-être qu'un jour, je tenterai à nouveau la lecture de ce pavé mais toujours est-il que je n'avais pas du tout accroché au style d'écriture. Cependant, je ne voulais en aucun cas rater les films pour deux raisons : La première est que les univers fantastiques au cinéma me transportent sans problème à partir du moment où le métrage est réalisé avec goût. Le seconde fait que je voulais voir les nouveaux films de Peter Jackson qui fait partie du trio de tête de mes réalisateurs préférés avec Sergio Leone et Clint Eastwood.

J'admire Peter Jackson depuis son premier film très connu des amateurs de comédies gore, Bad taste, réalisé en amateur avec ses amis et sorti en 1988 en France. Pas vu au cinéma, j'ai sauté sur le film à sa sortie en location VHS et depuis, je ne me suis jamais lassé de le revoir plusieurs fois. Le film est sorti en DVD au moment du succès en salle de la trilogie de The lord of the rings avec l'accroche : "Un film de Peter Jackson, le réalisateur du Seigneur des anneaux". J'imagine la tête des personnes connaissant peu la filmographie du metteur en scène et qui l'ont acheté en fonction de cette mention... quoi que l'affiche annonce un peu la couleur : Un monstrueux alien armé d'un Kalachnikov dans une main et tendant un gros doigt d'honneur de l'autre. Bad taste est l'histoire d'un représentant qui arrive dans une ville côtière et s'aperçoit que tous les habitants ont été décimés par des extraterrestres afin d'alimenter leur chaîne de fast-food Burger Crack. Une comédie gore... Un chef d'oeuvre d'humour cradingue et déjanté !

Le chemin parcouru par le metteur en scène jusqu'à la mise en scène de The Lord of the Rings est impressionnant. Qu'il fasse dans le trash (Bad taste, Meet the Feebles, Braindead), le drame (Heavently creatures), l'imposture (Forgotten silver) ou la comédie fantastique (The frighteners), tous les films de Peter Jackson sont des réussites artistiques. Après sa trilogie de The Lord of the Rings, il signera un remake de King Kong réussi mais manquant un peu d'âme et un drame poignant, The lovely bones, qui n'est pas sans rappeler son Heavently creatures.

A sa sortie, The lord of the rings - The fellowship of the rings m'avait enthousiasmé au plus au point. On avait là l'un des meilleurs films d'héroïc-fantasy et les suites s’avéreront encore plus extraordinaires. Quelques temps plus tard sortiront des versions longues des films supervisées par Peter Jackson lui même et qui, loin de casser le rythme, apportaient encore plus d'ampleur et d'épaisseur au récit.

En Terre du Milieu, le Hobbit Bilbo Baggins (Ian Holm) possède un anneau qui permet de le rendre invisible et qu'il offre à son neveu Frodo (Elijah Wood). Leur ami, le magicien Gandalf le gris (Ian McKellen) s'aperçoit qu'il s'agit de l'anneau unique, un anneau maléfique recherché par Sauron, le seigneur des ténèbres afin de recouvrer sa toute puissance passée. Il est décidé de détruire l'anneau dans le seul endroit où il peut être détruit c'est-à-dire dans le feu de la montagne du destin. Un long voyage commence où Bilbo, chargé de porter l'anneau, est accompagné pour sa protection de représentants des différentes communautés : Deux hobbits, Gandalf, un nain, un elfe et deux humains. Ensemble, ils forment la communauté de l'anneau.

A peu près 10 ans après sa sortie en salle, que reste t-il de la trilogie de The Lord of the Rings ? La sortie de The Hobbit - An unexpected journey est la bonne occasion de la revoir, à commencer par The Fellowship of the Ring.

A part quelques effets spéciaux qui pourraient être améliorés grâce à l'incessante avancée des technologies, le film est toujours aussi passionnant et bien que la version longue dure presque 3h30, le temps passe vite. Puisque les trois films forment un ensemble, une seule et même histoire, on est presque frustré à la fin du premier opus de devoir quitter l'aventure sans en connaître l'issue, d'autant plus que le groupe a été mis à mal par les serviteurs de Sauron et que la communauté de l'anneau est dissoute par la force des choses.

Le premier film de la trilogie reste ce formidable conte épique aux images souvent d'une grande beauté, aux personnages attachants et aux péripéties à la fois grandioses et tragiques ; Mais le meilleur est encore à venir. The two towers puis The return of the King viendront confirmer le soin apporté dans l'adaptation et la mise en scène de la trilogie jusqu'à son aboutissement.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…