Accéder au contenu principal

Life of Pi (2012) - Ang Lee

Je suis allé voir Life of Pi il y a quelques jours sans rien connaitre du film si ce n'est sa bande annonce et le nom de son metteur en scène, Ang Lee. J'en connaissais donc le minimum, l'histoire d'un jeune homme qui, à la suite du naufrage du cargo sur lequel il se trouvait, trouve refuge à bord d'un canot de sauvetage en compagnie... d'un tigre. Les images de la bande annonce m'avait complètement conquis. Avant de voir le film, j'ignorais qu'il s'agissait de l'adaptation d'un roman écrit par un certain Yann Martel dont je ne connaissais même pas l'existence.

De Ang Lee, je n'avais vu que Crouching tiger, hidden dragon (beau mais un peu ennuyeux), Hulk (décevant, le metteur en scène semblant trop ceinturé par le cahier des charges imposé par Marvel et Universal) et Brokeback mountain (touchante histoire d'amour entre deux cow-boys homosexuels, une réussite).

Dans son dernier long métrage, Pi est un indien originaire de Pondichéry qui raconte à un écrivain l'incroyable voyage qui l'a conduit jusqu'au Canada alors qu'il n'était qu'un jeune homme. Son père, directeur d'un parc zoologique est dans l'obligation de déménager ses animaux jusqu'au Canada car il n'était pas propriétaire du terrain qu'il occupait avec le zoo. Avec ses parents et son frère, il embarque dans un cargo qui fera naufrage en pleine tempête au milieu de l'océan Pacifique. Pi, seul survivant humain parvient à monter dans un canot de sauvetage en compagnie d'un Orang-Outan, un zèbre, une hyène et un tigre du Bengale. La hyène tue le zèbre puis l'orang-outan et le tigre tue la hyène. Pi et le tigre vont alors devoir cohabiter sur le canot à la dérive pendant de nombreux jours.

Si le premier tiers de Life of Pi comporte quelques longueurs, une fois à bord du canot, l'histoire monte en intensité et Ang Lee joue à stimuler toute la palette d'émotions de l'être humain à travers un film rempli d'images splendides au sein d'une 3D d'une subtilité rarement vue. Plusieurs fois, je me suis demandé comment avaient été élaborés les nombreux plans où l'acteur et le tigre sont ensembles devant la caméra. J'imaginais bien quelques subterfuges numériques mais c'est en lisant des sujets sur le film le lendemain que j'appris que le tigre était la plupart du temps entièrement en images de synthèse. C'est bluffant de réalisme ! Un nouveau cap dans les effets spéciaux vient à nouveau d'être franchi.

L'histoire, peu à peu, prend la forme d'un récit initiatique, tantôt terrible, tantôt onirique et souvent merveilleux. La fin réserve une surprise inattendue en ce qui me concerne (et que je ne dévoilerai pas) et qui interroge sur le sens véritable à donner à cette aventure. Il existe des oeuvres dont on sort grandi et Life of Pi fait partie de celles-ci.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…