Accéder au contenu principal

Life of Pi (2012) - Ang Lee

Je suis allé voir Life of Pi il y a quelques jours sans rien connaitre du film si ce n'est sa bande annonce et le nom de son metteur en scène, Ang Lee. J'en connaissais donc le minimum, l'histoire d'un jeune homme qui, à la suite du naufrage du cargo sur lequel il se trouvait, trouve refuge à bord d'un canot de sauvetage en compagnie... d'un tigre. Les images de la bande annonce m'avait complètement conquis. Avant de voir le film, j'ignorais qu'il s'agissait de l'adaptation d'un roman écrit par un certain Yann Martel dont je ne connaissais même pas l'existence.

De Ang Lee, je n'avais vu que Crouching tiger, hidden dragon (beau mais un peu ennuyeux), Hulk (décevant, le metteur en scène semblant trop ceinturé par le cahier des charges imposé par Marvel et Universal) et Brokeback mountain (touchante histoire d'amour entre deux cow-boys homosexuels, une réussite).

Dans son dernier long métrage, Pi est un indien originaire de Pondichéry qui raconte à un écrivain l'incroyable voyage qui l'a conduit jusqu'au Canada alors qu'il n'était qu'un jeune homme. Son père, directeur d'un parc zoologique est dans l'obligation de déménager ses animaux jusqu'au Canada car il n'était pas propriétaire du terrain qu'il occupait avec le zoo. Avec ses parents et son frère, il embarque dans un cargo qui fera naufrage en pleine tempête au milieu de l'océan Pacifique. Pi, seul survivant humain parvient à monter dans un canot de sauvetage en compagnie d'un Orang-Outan, un zèbre, une hyène et un tigre du Bengale. La hyène tue le zèbre puis l'orang-outan et le tigre tue la hyène. Pi et le tigre vont alors devoir cohabiter sur le canot à la dérive pendant de nombreux jours.

Si le premier tiers de Life of Pi comporte quelques longueurs, une fois à bord du canot, l'histoire monte en intensité et Ang Lee joue à stimuler toute la palette d'émotions de l'être humain à travers un film rempli d'images splendides au sein d'une 3D d'une subtilité rarement vue. Plusieurs fois, je me suis demandé comment avaient été élaborés les nombreux plans où l'acteur et le tigre sont ensembles devant la caméra. J'imaginais bien quelques subterfuges numériques mais c'est en lisant des sujets sur le film le lendemain que j'appris que le tigre était la plupart du temps entièrement en images de synthèse. C'est bluffant de réalisme ! Un nouveau cap dans les effets spéciaux vient à nouveau d'être franchi.

L'histoire, peu à peu, prend la forme d'un récit initiatique, tantôt terrible, tantôt onirique et souvent merveilleux. La fin réserve une surprise inattendue en ce qui me concerne (et que je ne dévoilerai pas) et qui interroge sur le sens véritable à donner à cette aventure. Il existe des oeuvres dont on sort grandi et Life of Pi fait partie de celles-ci.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…