Accéder au contenu principal

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.

En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.

Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépoussiérant sérieusement le cinéma comique hexagonal. Savoir que le film a remporté très peu de succès à sa sortie est assez étonnant tant aujourd'hui il est devenu une référence. Nombreux sont celles et ceux, et de toutes générations, capables de sortir une quantité impressionnante de ses répliques. Il faut quand même reconnaître que sortir un film se déroulant un soir de 24 décembre en plein mois d'août est un peu risqué.

Tous les personnages sans exception vont se montrer lâches, égoïstes ou vulgaires. Même leur voisin, le pauvre Monsieur Preskovic (Bruno Moynot) qui, pour briser sa solitude le soir du réveillon, tente désespérément d'attirer l'attention des bénévoles en leur apportant des spécialités de son pays (les désormais célèbres Dobitchu de Sofia ou le fameux Kloug), essaiera de cacher au pharmacien du coin (Jacques François) qu'il a complètement ruiné son costume de soirée en le tâchant avec son Kloug : "Mais qu'est ce que c'est que cette matière ? Mais c'est... Mais c'est de la merde !" ; "Non, c'est Kloug". Je crois que c'est ma réplique préférée du film.

Ce qui frappe, c'est le fond absolument politiquement incorrect. Que le personnage soit bourgeois, clochard, travesti ou une gentille vieille fille coincée, il n'y en a pas un pour relever l'autre. Un tel radicalisme dans la satire et la caricature dans un film comique français peut surprendre. Aujourd'hui, il faut systématiquement supporter une morale, quelques personnages sympathiques pour contrebalancer l'attitude des méchants pointés du doigt ou une fin positive que, trop souvent, on voit arriver dès les premières minutes du métrage. 

Dans Le père Noël est une ordure, rien de tout cela, la dernière séquence étant celle où l'on voit les acteurs balancer les morceaux empaquetés d'un cadavre aux animaux du zoo de Vincennes. Ceci dit, j'ai une petite préférence pour la fin de la pièce de théâtre : Ils meurent tous dans l'explosion de leur immeuble.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…