Accéder au contenu principal

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.

En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.

Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépoussiérant sérieusement le cinéma comique hexagonal. Savoir que le film a remporté très peu de succès à sa sortie est assez étonnant tant aujourd'hui il est devenu une référence. Nombreux sont celles et ceux, et de toutes générations, capables de sortir une quantité impressionnante de ses répliques. Il faut quand même reconnaître que sortir un film se déroulant un soir de 24 décembre en plein mois d'août est un peu risqué.

Tous les personnages sans exception vont se montrer lâches, égoïstes ou vulgaires. Même leur voisin, le pauvre Monsieur Preskovic (Bruno Moynot) qui, pour briser sa solitude le soir du réveillon, tente désespérément d'attirer l'attention des bénévoles en leur apportant des spécialités de son pays (les désormais célèbres Dobitchu de Sofia ou le fameux Kloug), essaiera de cacher au pharmacien du coin (Jacques François) qu'il a complètement ruiné son costume de soirée en le tâchant avec son Kloug : "Mais qu'est ce que c'est que cette matière ? Mais c'est... Mais c'est de la merde !" ; "Non, c'est Kloug". Je crois que c'est ma réplique préférée du film.

Ce qui frappe, c'est le fond absolument politiquement incorrect. Que le personnage soit bourgeois, clochard, travesti ou une gentille vieille fille coincée, il n'y en a pas un pour relever l'autre. Un tel radicalisme dans la satire et la caricature dans un film comique français peut surprendre. Aujourd'hui, il faut systématiquement supporter une morale, quelques personnages sympathiques pour contrebalancer l'attitude des méchants pointés du doigt ou une fin positive que, trop souvent, on voit arriver dès les premières minutes du métrage. 

Dans Le père Noël est une ordure, rien de tout cela, la dernière séquence étant celle où l'on voit les acteurs balancer les morceaux empaquetés d'un cadavre aux animaux du zoo de Vincennes. Ceci dit, j'ai une petite préférence pour la fin de la pièce de théâtre : Ils meurent tous dans l'explosion de leur immeuble.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…