Accéder au contenu principal

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.

En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.

Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépoussiérant sérieusement le cinéma comique hexagonal. Savoir que le film a remporté très peu de succès à sa sortie est assez étonnant tant aujourd'hui il est devenu une référence. Nombreux sont celles et ceux, et de toutes générations, capables de sortir une quantité impressionnante de ses répliques. Il faut quand même reconnaître que sortir un film se déroulant un soir de 24 décembre en plein mois d'août est un peu risqué.

Tous les personnages sans exception vont se montrer lâches, égoïstes ou vulgaires. Même leur voisin, le pauvre Monsieur Preskovic (Bruno Moynot) qui, pour briser sa solitude le soir du réveillon, tente désespérément d'attirer l'attention des bénévoles en leur apportant des spécialités de son pays (les désormais célèbres Dobitchu de Sofia ou le fameux Kloug), essaiera de cacher au pharmacien du coin (Jacques François) qu'il a complètement ruiné son costume de soirée en le tâchant avec son Kloug : "Mais qu'est ce que c'est que cette matière ? Mais c'est... Mais c'est de la merde !" ; "Non, c'est Kloug". Je crois que c'est ma réplique préférée du film.

Ce qui frappe, c'est le fond absolument politiquement incorrect. Que le personnage soit bourgeois, clochard, travesti ou une gentille vieille fille coincée, il n'y en a pas un pour relever l'autre. Un tel radicalisme dans la satire et la caricature dans un film comique français peut surprendre. Aujourd'hui, il faut systématiquement supporter une morale, quelques personnages sympathiques pour contrebalancer l'attitude des méchants pointés du doigt ou une fin positive que, trop souvent, on voit arriver dès les premières minutes du métrage. 

Dans Le père Noël est une ordure, rien de tout cela, la dernière séquence étant celle où l'on voit les acteurs balancer les morceaux empaquetés d'un cadavre aux animaux du zoo de Vincennes. Ceci dit, j'ai une petite préférence pour la fin de la pièce de théâtre : Ils meurent tous dans l'explosion de leur immeuble.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…