Accéder au contenu principal

24 - Saison 1

La première saison de 24 a été diffusée en France de septembre à novembre 2002 (aux Etats-Unis, de fin 2001 à début 2002). Elle avait été annoncée comme révolutionnant le monde des séries, novatrice dans son concept et haletante dans son suspense. Les séries m'ayant trop souvent déçu, j'étais sceptique face aux annonces la concernant mais intéressé par le concept du temps réel (l'ensemble des 24 épisodes constituant une journée complète), j'ai regardé les deux premiers épisodes diffusés sur Canal +... pour ne plus lâcher jusqu'à la fin. A mes yeux, la réussite de 24, tant artistique que commerciale, est à l'origine de l'engouement dans le monde pour les séries américaines au début des années 2000 mais surtout du degré de qualité scénaristique de beaucoup d'entre elles. 24 avait mis la barre tellement haute qu'on ne pouvait plus se contenter de faire des K2000 et autres Magnum ; Même The X-Files, série phare des années 90, avait été ringardisée.

Bien sûr, toutes les saisons de 24 ne seront pas aussi satisfaisantes, certaines seront plus convaincantes que d'autres et quelques polémiques agiteront leur production notamment à propos des actes de torture que commettra Jack Bauer (Kiefer Sutherland), le héros de 24, agent de la cellule anti-terroriste de Los Angeles.

Dans la saison 1, mis à part le fait qu'il dirige la cellule anti-terroriste, Jack Bauer est un type presque banal qui a une vie de famille en crise. Après une séparation pendant laquelle il a trompé sa femme Teri (Leslie Hope) avec Nina (Sarah Clarke), une collègue, il est retourné au foyer pour tenter de recoller les morceaux.

Le jour 1 commence à minuit, le jour des primaires californiennes du parti démocrate. Alors qu'ils veulent parler à leur fille Kim (Elisha Cuthbert), Jack et Teri Bauer s'aperçoivent qu'elle a fugué. Elle s'est sauvé pour rejoindre une copine et passer la nuit avec deux junkies qui semblent cacher quelque chose aux deux filles. Cependant Jack Bauer n'a pas le temps de partir à sa recherche puisque la cellule anti-terroriste l'appelle pour qu'il se rende en urgence à son siège. En effet, une sérieuse menace de mort pèse sur le sénateur David Palmer (Dennis Haysbert), le candidat noir aux primaires du parti démocrate et qui a toutes les chances d'accéder à la Maison Blanche.


Tous les éléments qui feront le succès de 24 sont déjà présents : Menace terroriste, personnages ambigus, ambiance paranoïaque, action et suspense. On fait connaissance avec certains personnages qui seront récurrents à plus ou moins long terme et qu'on aimera aimer ou détester, d'autres ne connaîtront que quelques heures de vie et d'autres encore qui deviendront importants n'apparaissent pas encore ici. Cette première saison est certainement celle qui gère le mieux les 24 heures de temps réel et malgré quelques raccourcis, l'ensemble reste crédible. On peut voir les personnages manger, boire, fatiguer au fur et à mesure que le temps passe, certains vont même dormir. Ce sont finalement des activités normales d'une journée que les saisons suivantes auront tendance à ignorer par la suite pour privilégier la vitesse et l'action.

La trame scénaristique est également de bonne qualité. A quelques exceptions près, elle reste cohérente et les intrigues secondaires s'imbriquent parfaitement dans la principale. On sait que les séries américaines sont écrites au fur et à mesure de leur diffusion, les scénaristes n'ayant généralement que quelques épisodes d'avance et alors que les premiers épisodes d'une saison ont déjà été diffusées, ils n'ont pas forcément encore imaginé la fin. Ce système de production ne pose pas de problème pour les séries à épisodes indépendants mais pour une série de type feuilleton, il faut maintenir la cohérence de l'ensemble et sur les saisons suivantes de 24, on se rendra compte parfois que les auteurs ne savent pas trop quelle direction exactement prendre... Ce qui ne m'empêche pas néanmoins de penser que 24 fait partie des meilleures séries jamais élaborées récemment (avec Lost mais le dernier épisode a tout gâché).


Pour cette première saison, deux fins avaient été réalisées et il est indéniable qu'en fonction de l'une ou de l'autre, la série prend des directions différentes car l'une est tragique, l'autre est heureuse. C'est la fin tragique qui a été retenue.

Spoilers

Jack Bauer a réussi à sauver la vie du sénateur David Palmer et mis hors d'état de nuire les responsables de la tentative d'assassinat. Il y avait un agent double au sein de la cellule anti terroriste et on apprend qu'il s'agit de Nina, l'ex maîtresse de Jack Bauer. Alors qu'elle cherche à partir discrètement quand elle sait qu'elle est démasquée, la femme de Jack, Teri, qui a été recueillie dans les locaux de la cellule, la surprend alors qu'elle parle allemand au téléphone et comprend qui est elle est. Peu de temps après, Jack revient à la cellule, arrête Nina qui tentait de s'enfuir mais découvre qu'elle a tué sa femme.

Cet événement fera de Jack Bauer un personnage meurtri à jamais, jusqu'au-boutiste dans sa façon d'agir, presque suicidaire.

Fin des spoilers

Revue récemment, la saison 1 de 24 n'a rien perdu de son efficacité même si je connaissais déjà ses rebondissements ; Et une série qui s'offre Dennis Hopper dans un rôle important est un très bon point mais je n'en dirais pas plus quant à son rôle.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…