Accéder au contenu principal

Emilie Simon

Je ne me souviens plus de la raison qui m'a poussé à acheter le hors-série du magazine Studio de l'année 2004. Il y avait avec le numéro un DVD contenant les bandes-annonces de films qui allaient sortir en 2005. Evidemment, je les ai regardées et l'une d'elles m'a immédiatement subjugué, celle de La marche de l'empereur, le film documentaire de Luc Jacquet. Je me souviens avoir eu un véritable coup de foudre pour les images qui promettaient un film magnifique. Ce fut le cas, lorsque le film est sorti, je n'ai pas tardé à aller le voir, il est magnifique.


Mais tout autant que les images, j'avais aussi remarqué la musique de la bande-annonce. Etait-elle celle du film ? En effet, il est régulier que la musique servant d'accompagnement à la bande-annonce d'un film soit celle d'un autre long métrage. Après quelques recherches, il semblait bien qu'il s'agissait de celle du film  ce que me confirma la séance cinéma.

C'est de cette façon que je découvris Emilie Simon. Son travail pour La marche de l'empereur se distingue de tout ce qui se fait en matière de musique de film documentaire. Elle ne se contente pas d'illustrer les images, elle fait ressentir au spectateur l'eau, le froid, la glace, les étendues gelées de l’Antarctique, la rudesse des conditions de vie des manchots empereurs pour perpétuer leur espèce. Il y a beaucoup de poésie aussi dans ses notes, ses partitions, l'utilisation des différents instruments dont certains sont originaux : Ondes Martenot, vibraphone, Glockenspiel...

Pour le film, Emilie Simon a même adapté et retravaillé l'un de ses titres, To the dancers in the rain qui devient pour l'occasion To the dancers in the ice.

Depuis, je connais tous ses albums et jusqu'à The big machine, chacun d'eux sont des réussites, des oeuvres musicales que j'écoute toujours avec plaisir même lorsqu'elle reprend I wanna be your dog des Stooges et leur célèbre chanteur Iggy Pop. Elle a réussi à adapter un morceau punk à sa propre personnalité. On est loin du nivellement par le bas que l'on constate beaucoup trop souvent lorsque certains reprennent des titres célèbres et que j'ai déjà évoqué sur ce blog. 

J'ai moins aimé The big machine, ce qui a eu pour effet de moins m'intéresser à son actualité. Je n'aurais pas dû car j'ai appris récemment qu'elle avait sorti un nouvel album... l'année dernière ! Il faut dire aussi qu'Emilie Simon ne fait pas partie des artistes les plus médiatisés : Un choix personnel ou politique de sa maison de disque ? Dans Franky Knight, on y retrouve la Emilie Simon exigeante dans son travail musical.

Franky knight est un hommage à son compagnon, François Chevallier, décédé en 2009 de la grippe H1N1. Les paroles de Mon chevalier parlent d'elles même : "Je prie pour l'homme qui m'aimait tant, que j'aimerai toute ma vie, mon chevalier"


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…