Accéder au contenu principal

Emilie Simon

Je ne me souviens plus de la raison qui m'a poussé à acheter le hors-série du magazine Studio de l'année 2004. Il y avait avec le numéro un DVD contenant les bandes-annonces de films qui allaient sortir en 2005. Evidemment, je les ai regardées et l'une d'elles m'a immédiatement subjugué, celle de La marche de l'empereur, le film documentaire de Luc Jacquet. Je me souviens avoir eu un véritable coup de foudre pour les images qui promettaient un film magnifique. Ce fut le cas, lorsque le film est sorti, je n'ai pas tardé à aller le voir, il est magnifique.


Mais tout autant que les images, j'avais aussi remarqué la musique de la bande-annonce. Etait-elle celle du film ? En effet, il est régulier que la musique servant d'accompagnement à la bande-annonce d'un film soit celle d'un autre long métrage. Après quelques recherches, il semblait bien qu'il s'agissait de celle du film  ce que me confirma la séance cinéma.

C'est de cette façon que je découvris Emilie Simon. Son travail pour La marche de l'empereur se distingue de tout ce qui se fait en matière de musique de film documentaire. Elle ne se contente pas d'illustrer les images, elle fait ressentir au spectateur l'eau, le froid, la glace, les étendues gelées de l’Antarctique, la rudesse des conditions de vie des manchots empereurs pour perpétuer leur espèce. Il y a beaucoup de poésie aussi dans ses notes, ses partitions, l'utilisation des différents instruments dont certains sont originaux : Ondes Martenot, vibraphone, Glockenspiel...

Pour le film, Emilie Simon a même adapté et retravaillé l'un de ses titres, To the dancers in the rain qui devient pour l'occasion To the dancers in the ice.

Depuis, je connais tous ses albums et jusqu'à The big machine, chacun d'eux sont des réussites, des oeuvres musicales que j'écoute toujours avec plaisir même lorsqu'elle reprend I wanna be your dog des Stooges et leur célèbre chanteur Iggy Pop. Elle a réussi à adapter un morceau punk à sa propre personnalité. On est loin du nivellement par le bas que l'on constate beaucoup trop souvent lorsque certains reprennent des titres célèbres et que j'ai déjà évoqué sur ce blog. 

J'ai moins aimé The big machine, ce qui a eu pour effet de moins m'intéresser à son actualité. Je n'aurais pas dû car j'ai appris récemment qu'elle avait sorti un nouvel album... l'année dernière ! Il faut dire aussi qu'Emilie Simon ne fait pas partie des artistes les plus médiatisés : Un choix personnel ou politique de sa maison de disque ? Dans Franky Knight, on y retrouve la Emilie Simon exigeante dans son travail musical.

Franky knight est un hommage à son compagnon, François Chevallier, décédé en 2009 de la grippe H1N1. Les paroles de Mon chevalier parlent d'elles même : "Je prie pour l'homme qui m'aimait tant, que j'aimerai toute ma vie, mon chevalier"


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…