Accéder au contenu principal

Ma liberté

Mince alors ! 

Quelle ne fût pas ma surprise d'entendre une reprise de Ma liberté en allumant mon autoradio par une chanteuse que je n'ai pas reconnue ; Et pour cause ! 

Je suis loin de m'intéresser à ce qu'elle fait tant ça n'a aucun intérêt à mes yeux. Il a fallu que le présentateur dise à la fin qu'il s'agissait de Chimène Badi.

Etonnement ! Cela peut faire doucement rigoler les groupies de cette chanteuse mais j'insiste, je l'ignorais.

Qu'est-ce qui peut bien pousser Chimène Badi, habituée à chanter des bluettes sans intérêt et complètement formatée, à reprendre Ma liberté ? De l'admiration pour Serge Reggiani ? Pour Georges Moustaki ? Les deux ?

Il a fallu que je sache.

Sur son site, on apprend qu'elle a voulu rendre hommage aux artistes qui lui ont donné envie de chanter dans un album sorti l'année dernière et qui s'appelle Gospel & Soul. Des standards du répertoire américain et français revisités à la sauce gospel. 

La démarche est-elle sincère ou est-ce une opération commerciale pour relancer une chanteuse en perte de vitesse ? Si l'on en croit la page wikipédia consacrée à Chimène Badi, son précédent album a eu nettement moins de succès que celui d'avant. Après on pense ce qu'on veut...

En tout cas, j'ai du mal avec cette version où tout un tas d'artifices vocaux et musicaux s'ajoutent à un texte qui se contente parfaitement d'une guitare et d'un piano.

Enfin, si ça peut amener certaines personnes à un répertoire plus exigeant et découvrir les perles qui ne s'y cachent pas.


Site officiel de Serge Reggiani : http://serge-reggiani.com/

Site officiel de Georges Moustaki : http://www.creatweb.com/moustaki/

Commentaires

  1. J'ai peur que ce ne soit que par opportunisme. Moustaki ne chante plus depuis quelques années et, pire, il est très mal, malheureusement. Regardez cette très émouvante vidéo :

    http://www.youtube.com/watch?v=TvggIljfqdU

    Comme la mode est aux "reprises" de tous les grands auteurs de chansons qui ont disparu -- n'importe qui chante maintenant les grands, en se faisant écraser par eux, mais ils se font ainsi un peu de publicité, croient-ils (en réalité, ces interprètes de misère retombent immédiatement dans l'oubli après leurs "reprises" qui sont d'ailleurs toujours mauvaises), voilà qu'on chante Moustaki, un des tout-derniers,avant qu'il ne disparaisse, histoire d'être en avance sur les autres. Quelle horreur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Émouvante vidéo en effet. Et cette terrible réponse : " Vous aimeriez rechanter ?" - "Non... Non. C'est terminé".

      J'avais appris il y a quelques mois qu'il avait annoncé qu'il ne pouvait plus chanter. Mes parents gardent encore une photo de journal où on les voit assister à un concert de Moustaki. Je n'étais même pas né et ça semble être un fabuleux souvenir pour eux.

      Quant aux opportunistes, je rejoins vos propos. Tous ces chanteurs creux qui pensent pouvoir se donner une consistance en reprenant les grands sans le moindre scrupule. C'est révoltant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez  il y a quelques années avec La chambre des morts , polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge , thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de  Vertige  récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides. Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. P

Soldier blue (1970) - Ralph Nelson

Il existe des films dont vous entendez parler depuis des années mais les occasions de les voir sont rares voire inexistantes. Tout le monde vous en dit le plus grand bien, vous en énonce les thèmes, vous en décrit certaines scènes, les plus marquantes mais impossible pour vous de les visionner. Quasiment pas de diffusion tv et quand ils passent enfin, vous les loupez ou alors la chaîne ne fait pas partie de votre offre télévisuelle, ils ne sont pas en location en vidéo club (même si dans les années 80, le choix des films en VHS était plus vaste, nettement plus importante qu'aujourd'hui où l'offre de location DVD est d'une affligeante pauvreté), ils ne sortent pas à l'achat en DVD ou en BLU-RAY. Bref, il faut se contenter de contempler les affiches, les photos d'exploitation, lire et écouter les commentaires de ceux qui les ont vus. Avant, il fallait tomber sur un magazine qui en parlait (Merci principalement à L'Ecran Fantastique, Mad Movies et Impact), main

Casino Royale (1953) - Ian Fleming

Avant propos : la quasi intégralité de cet article a été rédigée avant le week-end James Bond au Touquet . C'est l'organisation de ce week-end qui m'a motivé pour me plonger à nouveau dans les origines de 007 plus de 20 ans après les avoir lu. Il y a quelques similitudes avec les propos de Jacques Layani lors de sa conférence du 8 octobre dernier mais en aucune façon, je n'ai copié ou récupéré ce qu'il a pu dire sur Ian Fleming et James Bond. Je tenais à le préciser afin d'éviter tout malentendu avec celles et ceux qui ont assisté à la conférence ainsi qu'avec Jacques Layani lui même. " L'odeur d'un casino, mélange de fumée et de sueur, devient nauséabonde à trois heures du matin. L'usure nerveuse causée par le jeu - complexe de rapacité, de peur et de tension - devient insupportable ; les sens se réveillent et se révoltent. " C'est par ces mots que commence en 1953 la toute première intrigue de James Bond 007 imaginée par