Accéder au contenu principal

Under the dome - Roman 1 (2009) - Stephen King


"A deux mille pieds d'altitude, Claudette Sanders prenait une leçon de pilotage. La petite ville de Cherster's Mill étincelait dans la lumière du matin, pimpante comme si elle venait juste d'être créée. Des voitures roulaient au pas dans Main Street, renvoyant les clins d'oeil du soleil. Le clocher de la première église congrégationaliste paraissait assez effilé pour transpercer le ciel sans nuages. Le soleil courait à la surface de la Prestrile, suivant la progression du Seneca V ; avion et cours d'eau coupaient la ville selon la même diagonale.
(...)
"La journée est absolument magnifique !" s'exclame Claudie.
Chuck rit.
Il leur restait quarante secondes à vivre".

L'avion percutera un dôme invisible qui entoure exactement les limites territoriales de la ville de Chester's Mill dans le Maine. D'autres accidents surviendront dans les minutes suivantes : un camion, une voiture mais aussi des oiseaux heurteront ce mur imperceptible qui soudainement coupe du monde les 2000 habitants de cette commune d'apparence tranquille. Dès lors, la population devra s'organiser face à cette strupéfiante situation tandis que les hauts responsables du gouvernement américain soupçonnent un agissement terroriste.

Jusqu'au milieu des années 90, je lisais régulièrement Stephen King ou Richard Bachman, pseudonyme qu'il utilisa pour écrire certains de ses romans. Il faut dire que dans les années 80 il était devenu l'auteur incontournable dans le domaine des romans fantastiques et d'épouvante, à juste titre. Je me souviens avoir lu The shining en deux jours les mains moites de peur alors que j'attendais de guérir d'une bronchite. Je considère encore aujourd'hui que c'est ce que j'ai lu de mieux de la part de cet auteur et Stanley Kubrick ne s'est pas trompé sur la profondeur angoissante de ce roman en l'adaptant en 1980. C'est aussi l'une des plus brillantes réalisations de ce metteur en scène majeur du 7ème art. Mais j'ai eu aussi beaucoup de plaisir à me faire peur en lisant par exemple CujoChristine, It, The dark half, Night shift, Skeleton crew, Four past midnight, etc. Je n'ai pas tout lu, il est prolifique Stephen King.

Les producteurs hollywoodiens s'arrachaient les droits d'auteur pour en faire des films et des téléfilms pour le meilleur (Carrie, The dead zone, Cujo, Christine, Pet sematary, MiseryStand by me) et pour le pire (Silver bullet, Tales from the darkside : The movie, The mangler, It). En revanche, je ne sais pas où classer The running man. Le livre est un récit d'anticipation très noir tandis que le film est une adaptation très libre, assez comique mise en scène par Paul Michael "Starsky" Glaser avec Arnold Schwarzenegger dans le rôle principal. En soi, le film n'est pas mauvais (ceci dit, ça fait au moins 15 ans que je ne l'ai pas vu, il a peut-être mal vieilli) mais très éloigné du bouquin. L'énumération est loin d'être exhaustive mais témoigne de la prolifération des adaptations. Ça remplissait les caisses des producteurs. Stephen King lui-même a adapté Trucks, nouvelle issue de son recueil Night shift. Son passage derrière la caméra avait donné Maximum overdrive avec Emilio Estévez. Suite au passage d'une comète près de la terre, les machines se mettent à agresser les humains. La plus grande partie du film se déroule dans une station service où une poignée de personnes tente de survivre à l'assaut de poids-lourds sur fond d'une bande-son issue du répertoire d'AC/DC.

Puis, j'ai fini par lâcher Stephen King, Needfull things étant le dernier bon roman que j'ai lu de lui ; et encore, j'estimais déjà que le niveau avait baissé. J'ai laissé tomber le cycle de la tour sombre en cours de route, à son 3ème tome, The wasted lands, tellement c'était long et sans grand intérêt à mes yeux. Je trouvais également qu'il rallongeait ses livres de façon artificielle en développant des intrigues secondaires peu pertinentes et en s'étalant trop longuement et trop systématiquement sur des considérations et réflexions sur les peurs et angoisses enfantines. Le procédé devenait trop voyant et rébarbatif.

Ainsi, je n'ai plus ouvert un Stephen King depuis une dizaine d'années, d'autant plus que les critiques se faisaient globalement moins élogieuses ; jusqu'à ce Under the dome dont le sujet m'a tout de suite attiré. Comme vous l'aurez compris, une petite ville se retrouve enfermée dans un dôme invisible qui empêche toute sortie et toute entrée dans l'exacte frontière de son territoire. On peut alors faire quelques suppositions sur ce qu'il peut arriver dans ce type de situation notamment sur les enjeux de pouvoir.

Under the dome se lit un peu comme on suit une série dont on attend avec impatience le prochain épisode pour connaitre la suite des événements et le devenir des personnages. Et comme il s'agit ici du roman 1, c'est un peu la 1ère saison de cette histoire que l'on lit, d'autant plus que chaque chapitre a un titre, comme les épisodes d'une série. Plus on avance dans le récit, plus la situation est tendue et on sent qu'elle peut déraper à tout moment à cause d'intérêts antagonistes (sociaux, politiques, religieux, etc.) entre plusieurs personnages dont certains sont au bord de la folie psychotique. D'ailleurs, on se rend peu à peu compte que si le missile prévu d'être lancé sur ordre du gouvernement n'arrive pas à percer le dôme, toutes ces forces qui s'opposent vont se libérer et s'affronter. Et le dôme restera intact...

Jim Rennie, deuxième conseiller municipal républicain et bigot intégriste, manipulera les autres élus et la population pour asseoir son pouvoir et installer peu à peu une dictature en renforçant la police et accuser ses adversaires de plusieurs crimes. Face à lui, Dale Barbara, vétéran de la guerre d'Irak, tentera de dénoncer ses coups fourrés aidé par une poignée d'habitants. On peut y voir une parabole de l'Amérique de Bush.

S'il est ardu au début de la lecture d'identifier chaque personnage (il y en a beaucoup), on prend de plus en plus plaisir à observer cette galerie tantôt sympathique, tantôt méprisable. L'un des meilleurs passages est certainement l'assaut du supermarché local, moment terrifiant sur ce qu'il signifie à propos de "l'homo-consommatus" mais aussi drôle tant certains comportements sont pathétiques, grotesques.

A la fin du roman 1, Dale Barbara est mis en échec ; Et on a très envie de s'attaquer au roman 2.

A suivre...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…