Accéder au contenu principal

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)


"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.

Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour garder sa direction, constata avec déplaisir que la jeune femme ne paraissait pas avoir les mêmes problèmes de tenue de route que lui. A la sortie du village  il y avait une côte toute droite qu'elle attaqua à un train d'enfer, en gardant les cinquante mètres d'avance qu'elle avait pris dans le tournant.


Et la course folle continua. Bond rattrapait aisément la fille dans les lignes droites, mais la Lancia reprenait l'avantage dans les virages. Il fallait, d'ailleurs, admettre que la jeune femme savait admirablement tirer parti des ressources de sa voiture. Sur le côté droit, un panneau Michelin indiquait : Montreuil 5, Royale-les-Eaux 10, Le Touquet 15. Bond hésita un instant sur la route à prendre. Fallait-il renoncer au casino de Royale où il s'était promis de passer la nuit, pour suivre la fille où qu'elle allât et découvrir qui elle était ?

Il finit par se décider pour Montreuil, bien qu'il sût sa traversée dangereuse, avec sa circulation intense, ses petites rues étroites et mal pavées. La jeune fille roulait à cinquante mètres devant lui quand il entrèrent dans Montreuil, mais il dut ralentir et à la sortie de la ville, il l'avait perdue de vue. La route de Royale s'ouvrait sur la gauche, après le passage à niveau. Bond s'y engagea, intimement persuadé qu'il reverrait encore cette intéressante jeune personne.

Il arriva quelques minutes plus tard à l'entrée de Royale."

(On her Majesty's secret service, chapitre II, Ian Fleming, 1963)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…