Accéder au contenu principal

Un avion sans elle (2012) - Michel Bussi - livre audio lu par François Hatt

C'est une erreur de "clic" à la commande du livre sur internet qui nous a envoyé la version audio de Un avion sans elle plutôt que la version papier. Après tout, pourquoi pas? "On verra", nous sommes-nous dit, Stéphanie et moi. C'est aussi l'occasion de suivre l'histoire ensemble ; et la plupart des avis concernant la "lecture auditive" semble positive.

La première impression est que la lecture du texte par François Hatt, comédien de son état, est agréable, et en fonction de ce qu'il lit, l'intonation ajustée. Il faut cependant se concentrer un peu plus, surtout au début, car les mots n'étant pas visuellement lus, il faut les imprimer dans sa tête par un autre moyen, par d'autres cheminements dans le cerveau, j'imagine. Je ne comprends donc pas comment certaines personnes peuvent écouter des livres audio en préparant à manger ou même en conduisant.

Bien sûr, l'expérience s'approche de l'écoute d'une émission radiophonique telle 2000 ans d'histoire mais la différence est qu'une émission radiophonique clôt son récit en un épisode alors qu'un livre audio s'étale sur plusieurs chapitres. Un avion sans elle compte plus de vingt heures de lecture.

De plus, une émission radiophonique est généralement accompagnée d'un fond musical et de bruitages permettant d'interpeller l'auditeur sur des points précis, alors qu'ici, mises à part quelques notes jouées en début de chaque section, aucune musique, aucun bruit, juste la voix du comédien qui lit. Trois ou quatre chapitres furent nécessaires pour s'accoutumer à l'exercice.

La voix de François Hatt, justement, celle-ci est plutôt agréable à écouter. En fonction de ce qu'il lit, il sait changer le timbre de sa voix et il fut, dès lors, très facile de repérer qui s'exprimait dans les dialogues.

Mises à part ces considérations sur la façon dont le livre a été lu, qu'en est-il de Un avion sans elle?

A l'image de Gravé dans le sable, on retrouve ce thème qui semble cher à l'auteur, celui des destins croisés qu'un événement exceptionnel vient déclencher. Dans le livre précité, il s'agissait du débarquement de Normandie, ici, c'est le crash d'un avion de ligne.

L'avion de ligne Istanbul-Paris s'écrase dans le Jura. Miraculeusement, un bébé survit. Deux familles, l'une riche, l'autre pauvre, se disputent la parenté. Toute l'histoire repose donc sur cette question : A quelle famille appartient le bébé ? Un détective privé au nom improbable, Crédule Grand-Duc, semble avoir découvert la vérité et Michel Bussi entretient le suspense à travers des extraits du journal de bord de ce personnage, qu'il parsème au fil des chapitres.

Peut-être est-ce dû à cette première "lecture audio" mais j'ai parfois eu l'impression que Michel Bussi se répétait parfois, en allongeant artificiellement le suspense, un peu comme s'il était payé à la ligne, alors que ce n'est évidemment pas le cas ; puis le suspense s'amplifie et s'accélère dans le dernier tiers, de plus en plus intrigant.

Pourtant, l'explication définitive m'a un peu laissé sur ma faim, je dirais même qu'elle est un peu facile. Impeccablement cohérente mais un peu facile.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Night of the living dead (1968), Zombie (1978), Day of the dead (1985) - George A. Romero

En apprenant la mort de George A. Romero le 16 juillet 2017, j'ai tenu à lui rendre mon petit hommage en regardant à nouveau sa trilogie des morts vivants : Night of the living dead, Zombie et Day of the dead. C'était surtout l'occasion de revoir des films qui m'amusent beaucoup et de les partager avec Stéphanie qui ne les avait jamais vu...

Lorsqu'on lit un sujet sur Night of the living dead, il y a de grandes chances que soit signalé, derrière son aspect film d'horreur, son propos contestataire, à savoir la destruction symbolique de la famille traditionnelle et son antiracisme du fait que le héros soit joué par un acteur noir, Duane Jones, chose rare effectivement à l'époque.
Personnellement, j'ai toujours douté de ces intentions prêtées à George A. Romero. D'abord, il a toujours affirmé qu'il avait choisi Duane Jones pour ses talents d'acteur ; ce qui est cependant la preuve d'une ouverture d'esprit de sa part à une époque où…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …