Accéder au contenu principal

La conjuration primitive (2013) - Maxime Chattam

"L'homme ne faisait que passer. Voilà ce que semblait dire la montagne. 
Une arête colossale jaillissait de la roche, haute d'un millier de mètres, grise, veinée de stries blanches d'où s'envolaient des arabesques de poudre à chaque rafale, un promontoire vertigineux qui dominait la vallée, couvrant le village de La Giettaz de son ombre permanente, immuable face à la puissance du soleil ancestral.
Cette montagne écrasait tout le paysage de sa majesté depuis des millions d'années, pour encore au moins aussi longtemps.
Le village niché entre deux replis de ce géant minéral n'était, lui, que petites maisons de briques, de planches et d'ardoises, descendantes de huttes branlantes, filles de bicoques bricolées avec de la terre séchée et des fagots de bois, menacées à chaque tempête, malmenées à chaque hiver ou par le moindre vent violent.
Ici le paysage tout entier rappelait que l'homme ne faisait que passer sur l'écorce de la Terre. Il n'était qu'un parasite vaguement persistant qui, bientôt, ne serait plus identifiable qu'aux fossiles de sa civilisation. La montagne, elle, n'aurait presque rien senti de cette courte présence entre ses jambes et sur ses reins."

La patience du diable que j'ai lu l'année dernière est en quelque sorte une suite à La conjuration primitive. Du moins, c'est dans ce dernier que l'on fait connaissance avec, entre autres, Ludivine Vancker, enquêtrice au sein d'une brigade de gendarmerie confrontée à des tueurs en série signant leurs crimes d'un énigmatique *e. Ce qui trouble les enquêteurs est que ces tueurs semblent s'organiser entre eux alors qu'ordinairement, la psychologie de tels psychopathes les conduit à agir seuls.

Dépassés, les enquêteurs font appel à un criminologue renommé, Richard Mikelis, mais celui-ci refuse dans un premier temps d'apporter son aide. En effet, ne supportant plus la violence à laquelle il a été confronté pendant plusieurs années, il a décidé de raccrocher... avant de revenir sur sa décision et de s'impliquer dans l'enquête.

Le style se veut rythmé. Les scènes de crime et les péripéties s'enchaînent assez rapidement aux dépends parfois de la qualité d'écriture ; mais Maxime Chattam a pour lui cette facilité de pouvoir créer des personnages attachants, en tête ici Ludivine Vancker.

Rebondissement classique, il était évident que le criminologue allait tôt ou tard réapparaître, attiré par le challenge que représente l'affaire qui lui a été proposée en début de livre ; et dans le cas présent, c'est tôt, permettant ainsi aux enquêteurs de progresser rapidement grâce à ses talents de criminologue. Le résultat est que les déductions de Mikelis apparaissent comme des facilités permettant à l'enquête d'avancer pratiquement à chaque fois qu'il ouvre la bouche.

Le récit est ponctué par des crimes qui ne se limitent plus alors au territoire français mais qui commencent à s'étendre sur plusieurs pays d'Europe en se faisant de plus en plus violents ; et toujours ce même symbole : *e. Impossible d'oublier cette plongée dans une mine de sel en Pologne où les corps nus ouverts aux chairs de pauvres victimes vivantes y ont été jetés... En lisant de telles lignes, je me demande parfois si leurs auteurs (Maxime Chattam ici mais je pense aussi à Franck Thilliez) sont réellement sains d'esprit. Et qu'en est-il de ceux qui, comme moi, prennent plaisir à les lire ?

A partir de la moitié du livre, l'enquête adopte un rythme intense mais peut-être un peu routinier mais c'est surtout pour mieux happer le lecteur dans un environnement terrifiant. Je ne m'y attendais en rien et j'étais partagé entre admiration pour l'auteur pour avoir su attraper les lecteurs de cette façon (en effet, combien sont-ils à ne pas avoir su anticiper l'étau dans lequel s'enferment les enquêteurs ?), effroi pour avoir imaginé un tel endroit et excitation car les cinquante dernières pages s'annonçaient alors excitantes. Malheureusement, il ne m'a pas semblé que l'écrivain allait au bout de sa logique en sortant ses personnages de la situation par une pirouette un peu facile. Cela dit, le style de Chattam étant cinématographique, d'intenses images qui pourraient constituer un beau final de film sont proposées aux lecteurs. Je voyais très bien ce qu'elles pouvaient donner sur grand écran dans les mains d'un bon metteur en scène.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…