Accéder au contenu principal

La conjuration primitive (2013) - Maxime Chattam

"L'homme ne faisait que passer. Voilà ce que semblait dire la montagne. 
Une arête colossale jaillissait de la roche, haute d'un millier de mètres, grise, veinée de stries blanches d'où s'envolaient des arabesques de poudre à chaque rafale, un promontoire vertigineux qui dominait la vallée, couvrant le village de La Giettaz de son ombre permanente, immuable face à la puissance du soleil ancestral.
Cette montagne écrasait tout le paysage de sa majesté depuis des millions d'années, pour encore au moins aussi longtemps.
Le village niché entre deux replis de ce géant minéral n'était, lui, que petites maisons de briques, de planches et d'ardoises, descendantes de huttes branlantes, filles de bicoques bricolées avec de la terre séchée et des fagots de bois, menacées à chaque tempête, malmenées à chaque hiver ou par le moindre vent violent.
Ici le paysage tout entier rappelait que l'homme ne faisait que passer sur l'écorce de la Terre. Il n'était qu'un parasite vaguement persistant qui, bientôt, ne serait plus identifiable qu'aux fossiles de sa civilisation. La montagne, elle, n'aurait presque rien senti de cette courte présence entre ses jambes et sur ses reins."

La patience du diable que j'ai lu l'année dernière est en quelque sorte une suite à La conjuration primitive. Du moins, c'est dans ce dernier que l'on fait connaissance avec, entre autres, Ludivine Vancker, enquêtrice au sein d'une brigade de gendarmerie confrontée à des tueurs en série signant leurs crimes d'un énigmatique *e. Ce qui trouble les enquêteurs est que ces tueurs semblent s'organiser entre eux alors qu'ordinairement, la psychologie de tels psychopathes les conduit à agir seuls.

Dépassés, les enquêteurs font appel à un criminologue renommé, Richard Mikelis, mais celui-ci refuse dans un premier temps d'apporter son aide. En effet, ne supportant plus la violence à laquelle il a été confronté pendant plusieurs années, il a décidé de raccrocher... avant de revenir sur sa décision et de s'impliquer dans l'enquête.

Le style se veut rythmé. Les scènes de crime et les péripéties s'enchaînent assez rapidement aux dépends parfois de la qualité d'écriture ; mais Maxime Chattam a pour lui cette facilité de pouvoir créer des personnages attachants, en tête ici Ludivine Vancker.

Rebondissement classique, il était évident que le criminologue allait tôt ou tard réapparaître, attiré par le challenge que représente l'affaire qui lui a été proposée en début de livre ; et dans le cas présent, c'est tôt, permettant ainsi aux enquêteurs de progresser rapidement grâce à ses talents de criminologue. Le résultat est que les déductions de Mikelis apparaissent comme des facilités permettant à l'enquête d'avancer pratiquement à chaque fois qu'il ouvre la bouche.

Le récit est ponctué par des crimes qui ne se limitent plus alors au territoire français mais qui commencent à s'étendre sur plusieurs pays d'Europe en se faisant de plus en plus violents ; et toujours ce même symbole : *e. Impossible d'oublier cette plongée dans une mine de sel en Pologne où les corps nus ouverts aux chairs de pauvres victimes vivantes y ont été jetés... En lisant de telles lignes, je me demande parfois si leurs auteurs (Maxime Chattam ici mais je pense aussi à Franck Thilliez) sont réellement sains d'esprit. Et qu'en est-il de ceux qui, comme moi, prennent plaisir à les lire ?

A partir de la moitié du livre, l'enquête adopte un rythme intense mais peut-être un peu routinier mais c'est surtout pour mieux happer le lecteur dans un environnement terrifiant. Je ne m'y attendais en rien et j'étais partagé entre admiration pour l'auteur pour avoir su attraper les lecteurs de cette façon (en effet, combien sont-ils à ne pas avoir su anticiper l'étau dans lequel s'enferment les enquêteurs ?), effroi pour avoir imaginé un tel endroit et excitation car les cinquante dernières pages s'annonçaient alors excitantes. Malheureusement, il ne m'a pas semblé que l'écrivain allait au bout de sa logique en sortant ses personnages de la situation par une pirouette un peu facile. Cela dit, le style de Chattam étant cinématographique, d'intenses images qui pourraient constituer un beau final de film sont proposées aux lecteurs. Je voyais très bien ce qu'elles pouvaient donner sur grand écran dans les mains d'un bon metteur en scène.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…