Accéder au contenu principal

Dracula & Dracula (1931)


En octobre 2012 est sorti un petit bijou, le coffret blu-ray Universal classic monters regroupant 8 films emblématiques du cinéma d'épouvante : Dracula (1931), Frankenstein (1931), The mummy (1932), The invisible man (1933), The bride of Frankenstein (1935), The wolf man (1941), The phantom of the Opera (1943) et The creature from the black lagoon (1954). Je ne pouvais pas passer à côté d'un tel coffret d'autant plus que les films ont été restaurés en haute définition, que l'ensemble contient quelques bonnes surprises telles que la version espagnole de Dracula tournée en même temps que la version américaine et que The creature of the black lagoon est proposé dans sa version 3D et que chaque blu-ray est rempli de bonus. De plus, l'objet en lui même est très beau, le coffret ayant la forme d'un cercueil et un intéressant livret consacré à ces personnages y est intégré.

Il s'agit ici de se concentrer sur le premier blu-ray :  Dracula. La version de 1931 est celle de Tod Browning avec Béla Lugosi dans le rôle titre qui l'incarnait déjà au théâtre et qui sera imprégné du personnage jusqu'à sa mort  au point tel de se faire enterrer avec la cape du célèbre vampire. Cependant, et le fait est moins connu, Universal a produit la même année deux Dracula, celle qui vient d'être évoquée ainsi qu'une version espagnole mise en scène par George Melford au sein des mêmes décors que la version américaine où Carlos Villarias joue Dracula. Ainsi, on nous explique dans les bonus que les responsables de la version espagnole tournait la nuit et s'inspiraient de ce qu'avaient fait ceux de la version américaine pour faire mieux.

Il est vrai que la version espagnole est meilleure. Plus longue de 30 minutes, elle prend plus de temps pour installer les ambiances et améliorer les effets mais il faut quand même admettre que Bela Lugosi a nettement plus de charisme que Carlos Villarias. En revanche, l'actrice principale de la version espagnole, Lupita Tovar, dégage plus de sensualité qu'Helen Chandler grâce à des tenues plus décolletées, celles d'Helen Chandler étant plus chastes afin de ne pas heurter le public américain plus prude.

Il faut aussi se rendre à l'évidence, si ces deux Dracula pouvaient effrayer les spectateurs des années 30, de nos jours seuls les âmes les plus sensibles craindront le vampire, et encore, j'en doute. Les effets spéciaux sont largement dépassés, à l'image de cette chauve-souris suspendu à un fil sensé surprendre sa victime dans son sommeil.

Reste aujourd'hui deux films dont le soin apporté à leur conception est indéniable. Des décors du château de Dracula aux jeux d'ombres et de lumières, l'ensemble crée une atmosphère mystérieuse et inquiétante renforcée par le jeu théâtral des acteurs. Dracula est le début de l'age d'or du cinéma d'épouvante chez Universal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…