Accéder au contenu principal

Dracula & Dracula (1931)


En octobre 2012 est sorti un petit bijou, le coffret blu-ray Universal classic monters regroupant 8 films emblématiques du cinéma d'épouvante : Dracula (1931), Frankenstein (1931), The mummy (1932), The invisible man (1933), The bride of Frankenstein (1935), The wolf man (1941), The phantom of the Opera (1943) et The creature from the black lagoon (1954). Je ne pouvais pas passer à côté d'un tel coffret d'autant plus que les films ont été restaurés en haute définition, que l'ensemble contient quelques bonnes surprises telles que la version espagnole de Dracula tournée en même temps que la version américaine et que The creature of the black lagoon est proposé dans sa version 3D et que chaque blu-ray est rempli de bonus. De plus, l'objet en lui même est très beau, le coffret ayant la forme d'un cercueil et un intéressant livret consacré à ces personnages y est intégré.

Il s'agit ici de se concentrer sur le premier blu-ray :  Dracula. La version de 1931 est celle de Tod Browning avec Béla Lugosi dans le rôle titre qui l'incarnait déjà au théâtre et qui sera imprégné du personnage jusqu'à sa mort  au point tel de se faire enterrer avec la cape du célèbre vampire. Cependant, et le fait est moins connu, Universal a produit la même année deux Dracula, celle qui vient d'être évoquée ainsi qu'une version espagnole mise en scène par George Melford au sein des mêmes décors que la version américaine où Carlos Villarias joue Dracula. Ainsi, on nous explique dans les bonus que les responsables de la version espagnole tournait la nuit et s'inspiraient de ce qu'avaient fait ceux de la version américaine pour faire mieux.

Il est vrai que la version espagnole est meilleure. Plus longue de 30 minutes, elle prend plus de temps pour installer les ambiances et améliorer les effets mais il faut quand même admettre que Bela Lugosi a nettement plus de charisme que Carlos Villarias. En revanche, l'actrice principale de la version espagnole, Lupita Tovar, dégage plus de sensualité qu'Helen Chandler grâce à des tenues plus décolletées, celles d'Helen Chandler étant plus chastes afin de ne pas heurter le public américain plus prude.

Il faut aussi se rendre à l'évidence, si ces deux Dracula pouvaient effrayer les spectateurs des années 30, de nos jours seuls les âmes les plus sensibles craindront le vampire, et encore, j'en doute. Les effets spéciaux sont largement dépassés, à l'image de cette chauve-souris suspendu à un fil sensé surprendre sa victime dans son sommeil.

Reste aujourd'hui deux films dont le soin apporté à leur conception est indéniable. Des décors du château de Dracula aux jeux d'ombres et de lumières, l'ensemble crée une atmosphère mystérieuse et inquiétante renforcée par le jeu théâtral des acteurs. Dracula est le début de l'age d'or du cinéma d'épouvante chez Universal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…