Accéder au contenu principal

Bond girls are forever (2002 - 2012 updated) - John Watkin

Décrocher le rôle de Kara Milovy est un peu l'heure de gloire de Maryam d'Abo car, il faut bien le reconnaitre, en dehors de The living daylights, sa filmographie n'est pas exceptionnelle. Elle est cependant la seule à avoir travaillé sur un documentaire au sujet de l'évolution des James Bond girls depuis Dr No.

Il s'agit principalement d'entretiens avec certaines d'entre elles et il est assez intéressant de voir le regard qu'elles ont aujourd'hui, avec le recul des années passées.

J'ai principalement été interpellé par la réaction de Maud Adams devant des extraits de The man with the golden gun et Octopussy, les deux Bond auxquels elle a participé dans des rôles différents. Elle se montre surprise, presque effrayée, par la façon dont son personnage est traité, comme si ce n'était pas elle qui avait joué ces scènes. Elle reconnait d'ailleurs qu'il n'est plus possible aujourd'hui de tourner de telles scènes.

Il apparait également que les plus tolérantes envers leur rôle sont les actrices les plus anciennes de la série, comme si elles étaient moins touchées par le militantisme féministe qui se développera dans les années suivantes. Honor Blackman s'amuse toujours du fait que James Bond fasse revenir aux hommes son personnage de lesbienne, Pussy Galore, et Ursula Andress affiche encore le même ravissement à l'idée d'avoir été la première James Bond girl et qui a fait d'elle un éternel sex symbol.

Lois Chiles déclare sa satisfaction d'avoir joué pour la première fois dans la série, un personnage pouvant rivaliser avec 007. C'est vite oublier que Barbara Bach interprétait une espionne russe défiant sans cesse l'espion dans un film de bien meilleure facture deux ans plus tôt.

Une anecdote surprenante : Carey Lowell raconte que Timothy Dalton lui a expliqué comment elle devait l'embrasser, ce qui semble étonner Maryam d'Abo (elles ont toutes les deux eu l'acteur gallois pour James Bond).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Casino Royale (1953) - Ian Fleming

Avant propos : la quasi intégralité de cet article a été rédigée avant le week-end James Bond au Touquet. C'est l'organisation de ce week-end qui m'a motivé pour me plonger à nouveau dans les origines de 007 plus de 20 ans après les avoir lu. Il y a quelques similitudes avec les propos de Jacques Layani lors de sa conférence du 8 octobre dernier mais en aucune façon, je n'ai copié ou récupéré ce qu'il a pu dire sur Ian Fleming et James Bond. Je tenais à le préciser afin d'éviter tout malentendu avec celles et ceux qui ont assisté à la conférence ainsi qu'avec Jacques Layani lui même.
"L'odeur d'un casino, mélange de fumée et de sueur, devient nauséabonde à trois heures du matin. L'usure nerveuse causée par le jeu - complexe de rapacité, de peur et de tension - devient insupportable ; les sens se réveillent et se révoltent."
C'est par ces mots que commence en 1953 la toute première intrigue de James Bond 007 imaginée par Ian Fleming,…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …