Accéder au contenu principal

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son épaule renvoient à certaines affiches de James Bond.

Benjamin Horwood est un universitaire qui se voit malgré lui, enrôlé au sein d'un service de renseignement via l'agent Karen Holt, pour enquêter sur une série de vols d'objets anciens à travers le monde. 

A James Bond, vient alors se greffer une intrigue se rapprochant des scénarios des Indiana Jones où l'humour tient une place importante, notamment dans les échanges entre les deux personnages principaux souvent moqueurs. Indiana Jones est coutumier des échanges sarcastiques avec les personnages féminins.

La filiation avec le héros de Steven Spielberg se fait de plus en plus évidente au fil des pages et se dévoile nettement quand des connexions avec des événements de la seconde guerre mondiale apparaissent. Personnellement, je n'en ai pas été surpris tant l'histoire se déroule tel un scénario de film d'aventures hollywoodien. Les dernières péripéties sont un mélange assez amusant d'un final d'un 007 et d'un Indiana Jones, un peu comme si Dr No rencontrait Raiders of the lost ark, ce qui m'a beaucoup amusé.

Aussi extravagante qu'est l'histoire, Gilles Legardinier s'appuie sur des faits historiques lointains et proches parfaitement réels, je connaissais d'ailleurs l'un d'eux, et pour appuyer son propos et inviter le lecteur à approfondir l'expérience, il fournit une bibliographie qu'il a utilisée pour écrire Le premier miracle.

Dans une dernière partie, l'auteur s'adresse directement au lecteur, un procédé qui, semble t-il, il a pris l'habitude de faire. Il y dévoile la surprenante origine du papier sur lequel a été imprimé cette première édition du roman et invite à poursuivre l'expérience du livre à travers internet et un code caché entre ses pages permettant d'accéder à des supports documentaires supplémentaires. A chacun de chercher ce code, ne comptez pas sur moi pour le donner ici, il n'est pas très difficile à trouver. Dans cette dernière partie, transparait également toute l'humanité de Gilles Legardinier, ce que j'avais pu ressentir pendant la lecture.

J'ai apprécié lire Le premier miracle. Ce fut agréable, aisé, et les situations s'avèrent suffisamment variées pour se détendre et se divertir pendant les quelques heures que prend sa lecture. Très appréciable.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…