Accéder au contenu principal

On her Majesty's secret service (1969) - Peter Hunt


Sean Connery ne souhaitant plus interpréter James Bond, il a fallu le remplacer et c'est sur George Lazenby que s'est arrêté le choix des producteurs. Dommage. S'il est bon dans les scènes physiques, s'il n'est pas aussi mauvais acteur qu'on a bien pu l'affirmer, il ne parvient jamais à convaincre entièrement malgré l'humanité qu'il donne à son personnage, ce que Sean Connery n'avait pas eu l'occasion de mettre en avant. En ce qui me concerne, le principal problème de George Lazenby est son visage. Le nez tordu vers la gauche et le menton vers la droite, oreilles décollées et gros grain de beauté sur la joue, il affiche une tronche qui va de travers. C'est assez gênant pour jouer les espions romantiques tombant amoureux de la formidable Teresa Di Vincenzo, un amour réciproque qui se conclura par un mariage... et la mort.

C'est bien là le seul défaut majeur de On her Majesty's secret service qui est peut-être l'unique adaptation ayant réussi à capter ce que j'appelle "l'esprit Fleming". Malgré quelques modifications par rapport au roman d'origine, le film lui est très fidèle et mis à part donc George Lazenby, les acteurs ont été pertinemment bien choisis. Diana Rigg a ce charmant charisme pour devenir la future Madame Bond, Gabriele Ferzetti est parfait dans le rôle du chef de l'Union corse Marc-Ange Draco et Telly Savalas devance de loin les autres interprètes de Blofeld, l'un des ennemis les plus marquants de James Bond.


On her Majesty's secret service soigne l'ambiance. Plusieurs passages permettent de voir évoluer un James Bond hors mission à travers la romance qu'il vit avec Teresa di Vincenzo, le Piz Gloria, repère de Blofeld au sommet des montagnes alpines, baigne dans une atmosphère mystérieuse et inquiétante et les scènes d'action comptent parmi les meilleures que la saga ait offertes. Les poursuites en ski, nombreuses, sont trépidantes et mettent en avant la beauté des montagnes enneigées. J'ai toujours été en admiration devant ces moments, un vrai plaisir pour les yeux. Il convient donc de mentionner la formidable mise en scène de Peter Hunt, aussi à l'aise dans les scènes intimistes que dans les scènes d'action, dans les lieux clos que dans les grands espaces. L'ensemble est soutenu par l'une des meilleures bandes originales de John Barry et la chanson de Louis Armstrong, We have all the time in the world, compte parmi les plus jolis thèmes bondiens.

Pour la 1ère fois, un James Bond se conclut sur une note tragique. Alors que l'agent secret et Teresa viennent de se marier et qu'ils convolent pour leurs noces à l'intérieur d'une Aston Martin DBS, Teresa se fait tuer par Blofeld et l'affreuse Irma Bunt. Le générique de fin commence sur l'image de l'Aston Martin DBS percée d'un impact de balle. Cette scène finale, ce dernier plan, même si j'ai toujours su qu'il existait avant même d'avoir vu le film la première fois, me laisse toujours sans voix. Quelques secondes silencieuses avant que ne débute un James Bond theme aux notes retenues.

Comme pour les précédents opus, je n'ai jamais vu On her Majesty's secret service avec une telle image. Magnifique et rend hommage aux nombreuses séquences de montagnes absolument splendides. Pendant tout le film, les couleurs sont de toute beauté et malgré l'âge du film, on pourrait penser qu'il a été réalisé ces derniers mois.


Commentaires

  1. Je ne me rappelle pas très bien mon sentiment de 1969. Pour moi, pour des millions d'autres à cette époque, Bond, c'était Sean Connery, ça ne se discutait même pas. Je crois que nous imaginions alors, bien naïvement, qu'il jouerait le rôle toute sa vie (ce à quoi, précisément, il a voulu échapper, mais nous ne le savions pas). On attendait l'adaptation de tous les Fleming, toujours avec lui et, naturellement, sans imaginer qu'ensuite, on écrirait des scénarios originaux. Il y avait Connery, il était Bond, aucun contredit n'était imaginable. Alors est arrivé Lazenby et c'est là que mon souvenir m'échappe. Je ne me rappelle pas ma réaction. Le film était bon, il l'est toujours. Aujourd'hui, je ne déteste pas Lazenby, pas du tout. Comme vous le savez, j'aime aussi Craig, et puis tous les autres, sauf le pitre, évidemment, l'imbécile clown sans présence, le plus pénible de tous, le mou, vous savez, ah, comment s'appelle-t-il, déjà ? Ah là là, ça m'échappe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le film est toujours bon.

      Vous êtes dur avec Roger Moore. Je ne le considère pas comme un très bon James Bond non plus, il a amené le personnage dans des situations et des comportements très éloignés de l'univers de Ian Fleming. Je déteste ce qui a été fait de Live and let die, The man with the golden gun et Moonraker. Pourtant, j'aime beaucoup The spy who loved me et For your eyes only. J'en parlerai le moment venu.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…