Accéder au contenu principal

The evil dead (1981) - Sam Raimi

Je le signalais dans mon article consacré à Maniac, la liste des remakes et reboots des films de genre des années 70 et 80 s'allonge. Dans quelques jours, c'est une nouvelle version de The evil dead qui sort sur les écrans. Si ces nouvelles moutures de classiques de l'horreur ne m'intéressent pas nécessairement (en réalité, tout dépend des avis que je peux lire, surtout ceux du public qui s'expriment dans les forums sur internet), cela me donne très souvent l'envie de revoir l'original ou de le découvrir. Ainsi, la sortie du remake de The evil dead m'a rappelé que le DVD du film original prenait la poussière dans les étagères et qu'était peut-être venu le moment de le mettre à nouveau dans le lecteur pour une nouvelle soirée à s'amuser à se faire peur. Un jeu d'adolescent auquel il me plait toujours de jouer.

Le problème est que The evil dead est peut-être le seul film avec The exorcist qui m'effraie vraiment, une peur qui se prolonge dans les heures suivant son visionnage. C'est pour cette raison que je ne l'avais pas revu depuis 2004, année de sa sortie en DVD chez TF1 vidéo, visiblement pas la meilleure des versions proposées puisque le format de l'image n'est pas respecté et que la version française est en réalité un nouveau doublage. Pour la version française, aucune importance, je privilégie la VO mais pour l'image c'est plus gênant. Dans certains plans, cela pose quelques problèmes de cohérence visuelle.

5 amis se rendent dans une maison perdue au fond d'un bois pour y passer quelques jours de vacances. Ils découvrent dans la cave un étrange livre et un magnétophone. Sur la bande magnétique sont enregistrées les lectures et réflexions d'un archéologue sur le livre appelé le Necronomicon ou livre des morts fait de peau humaine et écrit avec du sang humain. Les incantations enregistrées dans le magnétophone permettent de réveiller des esprits démoniaques et c'est ce qu'il va se passer. Très vite, ces esprits vont faire vivre au groupe une nuit d'horreur.


Malgré des effets spéciaux dépassés, The evil dead reste, plus de 30 ans après sa réalisation, d'une grande efficacité. Installant dans un premier temps une ambiance inquiétante, Sam Raimi parvient à rendre son film psychologiquement dérangeant pour le conclure dans un délire gore à la limite du grotesque. Comment ne pas frissonner lorsque la caméra adopte le point de vue des esprits qui rodent autour des fenêtres de la cabane pour observer les personnages au milieu de la nuit ? Comment ne pas ressentir un malaise et même être horrifié lorsque Cheryl (Ellen Sandweiss) se fait violer par les arbres animés par les âmes maléfiques ? Enfin, comment ne pas pouffer de rire face aux délires finaux auxquels doit faire face Ashley (Bruce Campbell), entre les excès sanguinolents et l'évident second degré ? The evil dead est à la fois drôle et effrayant, ce qui peut être déstabilisant.


Le livret inclus dans l'édition DVD de TF1 vidéo rapporte ce propos de Sam Raimi à la sortie du film : "Effrayer les spectateurs en les persuadant que leurs pires cauchemars peuvent prendre corps et devenir réels est une des principales raisons d'être de Evil Dead. J'espère que ces images les hanteront bien après le film". Me concernant, je me suis longtemps questionné au sujet de la possible existence du Necronomicon puisque présent dans différentes œuvres notamment les récits d'épouvante de Howard Phillips Lovecraft, il devait donc avoir des origines réelles... En fait non, j'appris bien plus tard qu'il sort simplement de l'imagination de l'écrivain américain. J'avais lu plusieurs nouvelles de cet auteur et joué plusieurs scénarios du jeu de rôle L'appel de Cthulhu qui se déroule dans son univers.

Quelques défauts de narration m'ont quand même sauté aux yeux au cours de ce nouveau visionnage il y a quelques jours. Ainsi, pourquoi les protagonistes perdent à chaque fois leur temps à enterrer leurs amis morts dans un endroit qui ne leur appartient pas et qu'ils veulent quitter le plus vite possible, si les esprits les laissent partir bien évidemment ?


Commentaires

  1. Très envie de le revoir. Quand au remake, il m'a l'air particulièrement saignant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très envie de voir le remake pour ma part, l'original étant un film très fort encore aujourd'hui.

      Cela dit, je peux être agréablement surpris. J'étais allé voir le remake de "Zombie" un peu à reculons et j'avais été assez épaté ; moins avec le remake de "The Texas chainsaw massacre".

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

.

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …