Accéder au contenu principal

The evil dead (1981) - Sam Raimi

Je le signalais dans mon article consacré à Maniac, la liste des remakes et reboots des films de genre des années 70 et 80 s'allonge. Dans quelques jours, c'est une nouvelle version de The evil dead qui sort sur les écrans. Si ces nouvelles moutures de classiques de l'horreur ne m'intéressent pas nécessairement (en réalité, tout dépend des avis que je peux lire, surtout ceux du public qui s'expriment dans les forums sur internet), cela me donne très souvent l'envie de revoir l'original ou de le découvrir. Ainsi, la sortie du remake de The evil dead m'a rappelé que le DVD du film original prenait la poussière dans les étagères et qu'était peut-être venu le moment de le mettre à nouveau dans le lecteur pour une nouvelle soirée à s'amuser à se faire peur. Un jeu d'adolescent auquel il me plait toujours de jouer.

Le problème est que The evil dead est peut-être le seul film avec The exorcist qui m'effraie vraiment, une peur qui se prolonge dans les heures suivant son visionnage. C'est pour cette raison que je ne l'avais pas revu depuis 2004, année de sa sortie en DVD chez TF1 vidéo, visiblement pas la meilleure des versions proposées puisque le format de l'image n'est pas respecté et que la version française est en réalité un nouveau doublage. Pour la version française, aucune importance, je privilégie la VO mais pour l'image c'est plus gênant. Dans certains plans, cela pose quelques problèmes de cohérence visuelle.

5 amis se rendent dans une maison perdue au fond d'un bois pour y passer quelques jours de vacances. Ils découvrent dans la cave un étrange livre et un magnétophone. Sur la bande magnétique sont enregistrées les lectures et réflexions d'un archéologue sur le livre appelé le Necronomicon ou livre des morts fait de peau humaine et écrit avec du sang humain. Les incantations enregistrées dans le magnétophone permettent de réveiller des esprits démoniaques et c'est ce qu'il va se passer. Très vite, ces esprits vont faire vivre au groupe une nuit d'horreur.


Malgré des effets spéciaux dépassés, The evil dead reste, plus de 30 ans après sa réalisation, d'une grande efficacité. Installant dans un premier temps une ambiance inquiétante, Sam Raimi parvient à rendre son film psychologiquement dérangeant pour le conclure dans un délire gore à la limite du grotesque. Comment ne pas frissonner lorsque la caméra adopte le point de vue des esprits qui rodent autour des fenêtres de la cabane pour observer les personnages au milieu de la nuit ? Comment ne pas ressentir un malaise et même être horrifié lorsque Cheryl (Ellen Sandweiss) se fait violer par les arbres animés par les âmes maléfiques ? Enfin, comment ne pas pouffer de rire face aux délires finaux auxquels doit faire face Ashley (Bruce Campbell), entre les excès sanguinolents et l'évident second degré ? The evil dead est à la fois drôle et effrayant, ce qui peut être déstabilisant.


Le livret inclus dans l'édition DVD de TF1 vidéo rapporte ce propos de Sam Raimi à la sortie du film : "Effrayer les spectateurs en les persuadant que leurs pires cauchemars peuvent prendre corps et devenir réels est une des principales raisons d'être de Evil Dead. J'espère que ces images les hanteront bien après le film". Me concernant, je me suis longtemps questionné au sujet de la possible existence du Necronomicon puisque présent dans différentes œuvres notamment les récits d'épouvante de Howard Phillips Lovecraft, il devait donc avoir des origines réelles... En fait non, j'appris bien plus tard qu'il sort simplement de l'imagination de l'écrivain américain. J'avais lu plusieurs nouvelles de cet auteur et joué plusieurs scénarios du jeu de rôle L'appel de Cthulhu qui se déroule dans son univers.

Quelques défauts de narration m'ont quand même sauté aux yeux au cours de ce nouveau visionnage il y a quelques jours. Ainsi, pourquoi les protagonistes perdent à chaque fois leur temps à enterrer leurs amis morts dans un endroit qui ne leur appartient pas et qu'ils veulent quitter le plus vite possible, si les esprits les laissent partir bien évidemment ?


Commentaires

  1. Très envie de le revoir. Quand au remake, il m'a l'air particulièrement saignant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très envie de voir le remake pour ma part, l'original étant un film très fort encore aujourd'hui.

      Cela dit, je peux être agréablement surpris. J'étais allé voir le remake de "Zombie" un peu à reculons et j'avais été assez épaté ; moins avec le remake de "The Texas chainsaw massacre".

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…